L’AUTOMNE

Posté par sylvie le 5 novembre 2018

L’automne.  (Victor Hugo)  

L’aube est moins claire, l’air moins chaud,

le ciel est pur, les longs jours sont passés,

les mois charmants finissent.

Hélas! voici déjà les arbres qui jaunissent!

L’automne est triste avec sa bise et son brouillard,

et l’été qui s’enfuit est un ami qui part.

kbgp2ey2

 

Publié dans POESIES | Pas de Commentaire »

BLOG EN PAUSE

Posté par sylvie le 29 septembre 2018

Mon blog va être en pause pour une durée indeterminée en raison du décès de mon époux ….

Bon we à tous

 

BLOG EN PAUSE

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

FEMME ET CHATTE

Posté par sylvie le 3 septembre 2018

Bon rentrée à tous …

Le 7 Septembre, cela fera onze ans que j’ai crée ce blog .. Avec plus de 132OOOO visiteurs … Je vous remercie de vos visites et des commentaires que vous apportez …  J’ai toujours le même plaisir à écrire qu’à vous lire, seul parfois le temps me manque pour être plus présente ,d’autant que j’alimente mes autres blogs sur d’autres plates formes.

Une petite poèsie pour cette rentrée …

 

FEMME ET CHATTE    

Elle jouait avec sa chatte

Et c’était merveille de voir

La main blanche et la blanche patte

S’ébattre dans l’ombre du soir.

Elle cachait – la scélérate!

Sous ses mitaines de fil noir

Ses meurtriers ongles d’agate

Coupant et clairs comme un rasoir.

L’autre aussi faisait la sucrée

Et rentrait sa griffe acérée,

Mais le diable n’y perdait rien..

Et dans le boudoir où, sonore,

Tintait son rire aérien,

Brillait quatre points de phosphore.

PAUL VERLAINE

 

d89ddc83

 

 

Publié dans Non classé, POESIE | 2 Commentaires »

BLOG EN PAUSE

Posté par sylvie le 9 juillet 2018

 

Merci de m’avoir suivi tout au long de cette année , il est temps cependant de prendre quelques jours de vacances … Mon blog est donc en pause pour quelque temps ..

Je vous retrouverai avec plaisir pour de nouvelles aventures littéraires, philosophiques  etc

Bonnes vacances à tous !

 

 

palmiers02.jpg

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

EN ETE

Posté par sylvie le 21 juin 2018

En été les lis et les roses
Jalousaient ses tons et ses poses,

La nuit, par l’odeur des tilleuls
Nous nous en sommes allés seuls.

L’odeur de son corps, sur la mousse,
Est plus enivrante et plus douce.

En revenant le long des blés,
Nous étions tous deux bien troublés.

Comme les blés que le vent frôle,
Elle ployait sur mon épaule.

Charles Cros.

L’été – un petit mot si intense pour une saison si belle ,
Ou la lumière inonde,
Les senteurs s’épanchent,
Les étoiles flambent;
La chaleur écrasante,
Les couleurs éclatent,
Les yeux pétillent,
Les enfants jouent,
Les esprits se relâchent,
Des amours naissent…..
C’est l’été.
citations111111
rose-2

Publié dans POESIE | 2 Commentaires »

L’AMERIQUE

Posté par sylvie le 24 avril 2018

Toutes les réponses aux questions que vous ne vous êtes jamais posées.

 

Pourquoi l ‘Amérique, découverte par Christophe Colomb, ne s’appelle -t-elle pas Colombie?

 

C’est l’histoire d’une injustice en trois parties

 

 Première partie : en 1942 Christophe Colomb quitte l’Europe en caravelle vers l’Ouest.  Il traverse l’océan Atlantique et atteint les îles du Japon ou de l’Inde. Il ne sait pas trop.  De retour en Espagne, il se lie d’amitié avec un compatriote italien Amerigo Vespucci.

 

Deuxième partie : Amerigo Vespucci prend lui aussi  part à des expéditions vers l’ouest. On ignore combien , il semble qu’il ait inventé certains de ses voyages. Toujours est-il qu’il écrit de longues lettres où il dit avoir posé le pied sur un nouveau continent.

 

Troisième partie : en 15O7, dans la ville vosgienne de Saint Dié, un cartographe s’apprête à publier un recueil de cartes du monde. Pour qu’elles soient le plus à jour possible, il cherche des informations  sur les découvertes récentes et lit les lettres de Vespucci. Il dessine alors le continent et lui cherche un nom. Comme il en découvert l’existence grâce à Amerigo Vespucci, il pense a Amerigo,Ameriga, America, Amérique!! le nom sonne bien et il l’a inscrit sur la carte.

Le nouveau monde a un nom…

8bw2o55usuperbeimage5.jpg

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

CE QUE DISENT LES HIRONDELLES

Posté par sylvie le 14 avril 2018

Ce que disent les hirondelles

Déjà plus d’une feuille sèche
Parsème les gazons jaunis;
Soir et matin, la brise est fraîche,
Hélas! les beaux jours sont finis!

On voit s’ouvrir les fleurs que garde
Le jardin, pour dernier trésor:
Le dahlia met sa cocarde
Et le souci sa toque d’or.

La pluie au bassin fait des bulles;
Les hirondelles sur le toit
Tiennent des conciliabules:
Voici l’hiver, voici le froid!

Elles s’assemblent par centaines,
Se concertant pour le départ.
L’une dit: « Oh! que dans Athènes
Il fait bon sur le vieux rempart!

« Tous les ans j’y vais et je niche
Aux métopes du Parthénon.
Mon nid bouche dans la corniche
Le trou d’un boulet de canon. »

L’autre:  » J’ai ma petite chambre
À Smyrne, au plafond d’un café.
Les Hadjis comptent leurs grains d’ambre
Sur le seuil, d’un rayon chauffé.

J’entre et je sors, accoutumée
Aux blondes vapeurs des chibouchs,
Et parmi des flots de fumée,
Je rase turbans et tarbouchs. »

Celle-ci: « J’habite un triglyphe
Au fronton d’un temple, à Balbeck.
Je m’y suspends avec ma griffe
Sur mes petits au large bec. »

Celle-là: » Voici mon adresse:
Rhodes, palais des chevaliers;
Chaque hiver, ma tente s’y dresse
Au chapiteau des noirs piliers. »

La cinquième:  » Je ferai halte,
Car l’âge m’alourdit un peu,
Aux blanches terrasses de Malte,
Entre l’eau bleue et le ciel bleu. « 

La sixième:  » Qu’on est à l’aise
Au Caire, en haut des minarets!
J’empâte un ornement de glaise,
Et mes quartiers d’hiver sont prêts. »

 » À la seconde cataracte,
Fait la dernière, j’ai mon nid;
J’en au noté la place exacte,
Dans le pschent d’un roi de granit. « 

Toutes:  » Demain , combien de lieues
Auront filé sous notre essaim,
Plaines brunes, pics blancs, mers bleues
Brodant d’écume leur bassin! « 

Avec cris et battement d’ailes,
Sur la moulure aux bords étroits,
Ainsi jasent les hirondelles,
Voyant venir la rouille aux bois.

Je comprends tout ce qu’elles disent,
Car le poète est un oiseau;
Mais, captif, ses élans se brisent
Contre un invisible réseau!

Des ailes! des ailes! des ailes!
Comme dans le chant de Rückert,
Pour voler, là-bas avec elles
Au soleil d’or, au printemps vert!

Théophile Gautier

seule sur le sable

Publié dans POESIES | Pas de Commentaire »

HUMOUR

Posté par sylvie le 24 mars 2018

HUMOUR ok

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

L’ETRANGERE

Posté par sylvie le 19 mars 2018

L’Etrangère

Il existe près des écluses
Un bas quartier de bohémiens
Dont la belle jeunesse s’use
À démêler le tien du mien
En bande on s’y rend en voiture,
Ordinairement au mois d’août,
Ils disent la bonne aventure
Pour des piments et du vin doux

On passe la nuit claire à boire
On danse en frappant dans ses mains,
On n’a pas le temps de le croire
Il fait grand jour et c’est demain.
On revient d’une seule traite
Gais, sans un sou, vaguement gris,
Avec des fleurs plein les charrettes
Son destin dans la paume écrit.

J’ai pris la main d’une éphémère
Qui m’a suivi dans ma maison
Elle avait des yeux d’outremer
Elle en montrait la déraison.
Elle avait la marche légère
Et de longues jambes de faon,
J’aimais déjà les étrangères
Quand j’étais un petit enfant !

Celle-ci parla vite vite
De l’odeur des magnolias,
Sa robe tomba tout de suite
Quand ma hâte la délia.
En ce temps-là, j’étais crédule
Un mot m’était promission,
Et je prenais les campanules
Pour des fleurs de la passion

À chaque fois tout recommence
Toute musique me saisit,
Et la plus banale romance
M’est éternelle poésie
Nous avions joué de notre âme
Un long jour, une courte nuit,
Puis au matin : “Bonsoir madame”
L’amour s’achève avec la pluie.

Louis Aragon, Le Roman inachevé

artfichier_394624_1128422_201208154654344

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

L’ECOLE

Posté par sylvie le 11 mars 2018

L’ECOLE D’AUTREFOIS

 

 

Je me souviens encore quand j’étais écolière
De ce tablier rose dont je n’étais pas fière.
Nous entrions en classe en rangs bien ordonnés,
Nous devions être sages, surtout ne pas parler.

 

Assises côte à côte sur des bancs bien cirés
Et à la même place tout au long de l’année.
Certes pas de radio ni téléphone portable
Nous n’avions pour tout bien qu’un tout petit cartable!
Chaque jour de l’année, inscrite au tableau noir
Une phrase nouvelle nous dictait nos devoirs.
En lettres bien formées on y lisait« La Morale »,
La tournure des phrases n’était jamais banale,
Elle faisait appel à nos bons sentiments
Afin que nos restions toujours de bons enfants.
Nos petits encriers, je m’en souviens encore
Ainsi que de nos plumes, plumes« sergent major !».

 

Notre encre était violette et salissait parfois
Les pages du cahier ou le bout de nos doigts.
Après un bon travail, c’était une faveur
Nous avions toujours droit à« un billet d’honneur »

 

Nous aimions la maîtresse, surtout nous l’admirions
Et devenir comme elle c’était notre ambition.
C’est avec nostalgie que j’évoque ce temps,
Tout paraissait possible à nous jeunes enfants.

 

Nous ignorions souvent les tracas de ce monde
Nous savions seulement que la terre était ronde.
Tout ce qui s’y passait nous était étranger
Il n’y avait pas encore ni radio ni télé.

Seuls quelques journaux que lisaient nos parents
Pour avoir des nouvelles, se tenir au courant.
C’était le temps béni de notre jeune enfance
Où nous étions heureux et en toute confiance.

Nous allions dans la vie en suivant les consignes
De nos instituteurs nous voulions être dignes.
Que les temps ont changé, elle est loin cette école
Où nos maîtres étaient surs de bien remplir leur rôle.

 

Respectés des élèves et fiers de leur métier
Ils se donnaient à fond pour la postérité.
Aujourd’hui il leur faut avoir bien du courage
Pour garder le moral et faire leur ouvrage

.Mais il le font c’est sur avec ténacité,
Car être instituteur, c’est le plus beau métier du monde

Texte trouvé sur le net …

ECOLIERE

Publié dans Divers | 2 Commentaires »

12345...112
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...