• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 20 octobre 2007

L’INVITATION AU VOYAGE

Posté par sylvie le 20 octobre 2007

charlesbaudelaire.jpg.

L’invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,

Songe à la douceur

D’aller là-bas vivre ensemble!

Aimer à loisir,

Aimer et Mourir,

Au pays qui te ressemble

Les soleils mouilles,

De ces ciels brouillés

Pour mon esprit ont les charmes

Si mysterieux

De tes traitres yeux

Brillant à travers leurs larmes

La, tout n’est qu’ordre et beauté

Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,

Polis par les ans

Décoreraient encore notre chambre:

Les plus rares fleurs

Melant leurs odeurs

Aux vagues senteurs de l’ambre,

Les riches plafonds,

Les miroirs profonds.

La splendeur orientale,

Tout y parlerait

A  l »âme en secret

Sa douce langue natale

Là, tout n’est qu’ordre et  beauté

Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux

Dormir ces vaisseaux

Dont l’humeur est vagabonde

C »est pour assouvir

Ton moindre desir

Qu’ils viennent du bout du monde

Les soleils couchants

Revetent les champs

Les canaux, la ville entiere

D’hyacinthe et d’or

Le monde s’endort

Dans une chaude lumière

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

CHARLES BAUDELAIRE

Les fleurs du mal.

 

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

CINEMA

Posté par sylvie le 20 octobre 2007

michaelclayton.jpg                      

MICHAEL CLAYTON

Michael est un avocat qui ne plaide pas mais qui gère les situations d’urgence de ses gros clients. Il va devoir s’occuper d’un scandale sanitaire dans lequel est impliquée l’une de ses plus grosses firmes agro-alimentaires qu’il représente. Pour cet avocat hors-normes, tous les moyens sont bons pour défendre ses clients… Mais lorsqu’il découvre jusqu’où cette entreprise est prête à aller, il décide de faire éclater la vérité au péril de sa vie.

L24232secret.jpg          

    UN SECRET   

‘exploration d’un lourd secret de famille et l’histoire d’une passion à travers le voyage intérieur de François, un enfant solitaire qui s’invente un frère et imagine le passé de ses parents. Le jour de ses 15 ans, une amie de la famille révèle au jeune garçon une vérité bouleversante mais qui lui permet de se construire.

 

21930ennemiintime.jpg                                           

 L’ENNEMI INTIME

Algerie – juin 1959 – Terrien un lieutenant  idéaliste prend le commandement d’une section de l’armée française. C’est là qu’il rencontre le sergent Dougnac, un militaire désabusé. Leurs différences et les horreurs de la guerre auxquelles ils sont confrontés vont rapidement mettre à l’épreuve les deux hommes au milieu d’une guerre qui ne pas son nom, ils vont découvrir qu’ils n’ont comme pire ennemis qu’eux mêmes.

24480unjourlaterre.jpg    

UN JOUR SUR TERRE                

riple spectaculaire à travers les saisons, ce documentaire nous transporte de l’océan arctique au printemps à l’antarctique en plein hiver. Des images à couper le souffle et met en valeur la vie qui palpite et bouillonne à chaque instant sur le moindre centimètre carré de notre planète.

24627deuxvies.jpg     

DEUX VIES PLUS UNE                                 

Eliane étouffe entre son travail d’institutrice,son mari protecteur, sa mère envahissante et sa fille. Elle est au bord de la dépression. Encouragée par ses meilleurs amis et de nouvelles rencontres, elle décide de poursuivre ce qui compte pour elle : réconcilier sa vie actuelle et celle dont elle  rêve.

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

BAUDELAIRE

Posté par sylvie le 20 octobre 2007

baudelaire001.jpgL’Etranger

- Qui aimes-tu le mieux, homme énigmatique, dis ?
ton père, ta mère, ta soeur ou ton frère ?
- Je n’ai ni père, ni mère, ni soeur, ni frère.
- Tes amis ?
- Vous vous servez là d’une parole dont le sens m’est
resté jusqu’à ce jour inconnu.
- Ta patrie ?
- J’ignore sous quelle latitude elle est située.
- La beauté ?
- Je l’aimerais volontiers, déesse et immortelle.
- L’or ?
- Je le hais comme vous haïssez Dieu.
- Eh ! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?
- J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas…
là-bas… les merveilleux nuages !                                               
CHARLES BAUDELAIRE

 

BIOGRAPHIE

Tous les guignons : une prédisposition aux troubles artériels cérébraux , une physiologie fragile de bilioso-nerveux, sur quoi se greffent les conséquences de la syphillis, de l’alcoolisme, de l’opiomanie, l’incompréhension familiale.

Et toutes les chances : son génie, confessé par ses camarades des qu’il eut 20 ans, ses dons, un sens infaillible du beau : dans son écriture, dans ses dessins, dans les reliures dont il faisait habiller ses livres et jusque dans le choix de son linge , des amis et des admirateurs qui de son vivant s’appelaient Verlaine et Mallarmé, une légende crée à dessein qui écartait de lui les imbéciles, et une conscience déchirée qui l’a mis en résonance avec un monde déchiré où cherchait à naître un monde nouveau.

Baudelaire a été l’homme et le poète de toutes les contradictions. En quoi, il reste de notre temps, et pour longtemps. Il l’est aussi par la conscience critique qu’il a eue de son activité littéraire.

MASQUES ET PROMESSES

Fort jeune, Baudelaire écrit de nombreux vers dont nous ne connaissons qu’une faible partie.Son ami, Ernest Prarond se rappellera qu’à cette époque des pièces importantes des Fleurs du Mal étaient déjà composées. En 1844  Baudelaire esquisse  un pas vers les coulisses, il coopère à la rédaction des Mystères galan de Paris. ,libelle anonyme,  il y égratigne des auteurs et des actrices. Et de la fin de 1844 au début 1846 il accepte ou provoque la publication de sonnets sous le masque d’un masochiste de la littérature. Il signe d’autres sonnets sous le nom de sa mère, déformé… Le jour de ses 30 ans, Baudelaire sort de sa clandestinité et publie d’un coup onze pièces des Limbes,il passait pour un critique d’art, il devient un poète. Tandis qu’il complète les Fleurs du Mal, que lui inspirent Mme Sabatier, il obtient la publication de 18 fleurs du Mal   dans la  » Revue des deux mondes ».  Critique d’art? Traducteur de Ope ? poète ?  il ne choisit pas, il  complète ses titres ; toujours harcelé, toujours vaincu, encore vainqueur partir de 1957  il est sacré poète par « Les Fleurs du Mal »,

LA CRITIQUE COMME PRELUDE A LA CREATION

Baudelaire a été un grand critique d’art. Il a parfaitement compris DelacroiX; Mais il a commis des erreurs: champion de la modernité dans l’art, ami de Courbet et de Manet, il n’a pas reconnu en eux les representants de cette modernité, peut être en raison de son attachement à Delacroix. Mais quelque que soit l’originalité de Baudelaire critique d’art,  la contemplation artistique n’est d’abord pour lui qu’une préparation à la création poétique : la difficulté à créer se résorbe devant un tableau, une gravure, une statue, l’image occupe le centre de la page blanche, annule le vertige.  C’est notamment pourquoi les Fleurs du Mal chantent les grands artistes.

Baudelaire est avant tout un poète, il a tenté les voies du romans, mais malgré de nombreux projets, il n’a écrit qu’une seule nouvelle originale  » La Fanfarlo ».

L’UNIVERS POETIQUE

Retracée à grands traits, l’évolution poétique de Baudelaire atteste les fortes variations de son esthétique, mais on peut deceler quelques constantes . Quelques années apres Baudelaire, Mal larme, Verlaine,Rimbaud dépassent les contradictions. Baudelaire, lui les a assumées, attentif à nous en rendre conscients.

Il a éveillé beaucoup de poètes à leur vocation, ceux  cités plus haut, et bien d’autres, mais il exigeait que l’on s’éloigne de ses livres pour être soi.  Les Fleurs du Mal restent immarcescibles dans leur altier solitude, à ce sommet d’où Baudelaire regarde vers Malherbe comme vers le surréalisme.  Elles donnent aux lecteurs ce qu’elles refusent aux poètes.

 

Publié dans LITTERATURE, POESIE | 1 Commentaire »

ARAGON

Posté par sylvie le 20 octobre 2007

aragonetelsa.jpgLe 3 octobre 1897 naît à Paris un enfant illégitime auquel son père  , préfet de police, donne le nom d’Aragon et son propre prénom.

L‘HOMME QU’AIMAIENT LES FEMMES

Parmi toutes les attitudes rassurantes, Aragon choisit très tôt d’être un bon élève : élève brillant à St Pierre de Neuilly, puis au lycée Carnot, il compose des romans dès 1904 et de la poesie, dictant d’abord ses textes à ses tantes. Lecteur avide, traînant une réputation de surdoué il est bachelier en 1915 et entame des études de médecine.

Il rencontre un jeune étudiant de son âge, André Breton, avec lequel il échange plaisanteries de carabin et extraits d’Apollinaire, il fait en meme temps la connaissance Philippe Soupault, la première triade surréaliste est montée.

Envoyé au Front, Aragon décroche la croix de guerre, et commence à écrire un roman : » Anicet ou le panorama » cette quête de la beauté, d’un dandysme achevé , est rédigée dans le sang et la boue des tranchées et sera publie en 1920.  Après sa démobilisation, Aragon toujours inscrit en médecine, voyage beaucoup, en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, il publie  » feu de joie » avec un dessin de Picasso.

Il publie des poèmes du Mouvement perpétuel  et entre au PCF, après Eluard, mais avec Breton et Benjamet Peret, ces derniers plus par provocation que par conviction. Cet été là, Aragon redige le violent pamphlet du Traite du Style, en réaction à l’exécution aux USA de Sacco et Vanzetti. Il détruit une grande partie des milles pages de la  » Défense de l’Infini » ou l’interview collective sur la sexualité qui parait dans deux numéros successifs de la Révolution surréaliste  témoignent d’une grande difficulté, pour Aragon de faire passer ses desirs de la sphere mentale au niveau physique. Ce séducteur dandy se maîtrise mal , dans l’intimité. Abandonné par Nancy Cunard, submergé de problèmes financiers, Aragon tente de se suicider à Venise en septembre 1928.

ELSA EST L AVENIR DE L’HOMME

Il ne tombera jamais plus bas, et tout ce qui suit, apparaît à posteriori comme une tentative raisonnée de sauvetage mental,  quitte à y sacrifier ses talent. En Novembre 1928 il rencontre une certaine Elsa Kagan, elle vit séparée de son mari , c’est sous ce nom d’Elsa Triolet qu’elle se fera un renom en littérature. 

Née en 1896 dans une famille d’intellectuels juifs moscovites, proche des milieux formalistes russes, elle a délibérément  rencontré Aragon à Paris avec le projet de s’en faire aimer. Vivant avec Aragon, elle adopte la langue et la nationalité française et commence l’élaboration d’oeuvres croisées : à un roman d’Aragon répondra, en écho, un roman d’Elsa Triolet.  » je ne suis pas un écrivain » dit elle dans son journal  » je suis simplement une femme malheureuse et j’écris avec mon malheur »

A l’automne 1930 Aragon voyage en URSS  pour représenter les surréalistes au Congres des écrivains révolionnaires. Les communistes de stricte obédience accablent les surréalistes, suspects de derive trotskiste et anarchiste. Aragon choisit son camp, il revient d’URSS avec un poème  » Front rouge » qui rompt avec l’esthétique surréaliste et sonne comme une déclaration de guerre à Breton – le poème vaut à son auteur d’être inculpé pour appel au meurtre . Breton le défend  en publiant l’affaire Aragon . Mais la rupture est consommée entre lui et le surréalisme.

Il épouse Elsa -  Durant toute la guerre, Aragon publie sous différents pseudonymes.  A la libération, Aragon et Elson ne sont pas tendres pour les écrivains suspects de collaboration et exigent et obtiennent des têtes.  Le poète avait prévenu  » je ne pratique pas le pardon des injures ». 

A la mort d’Elsa, vêtu de blanc avec une recherche permanente, homosexuel enfin affirmé , il pose comme un acquis cette vie  » ratée de bout en bout » 

Vilipendé par les uns, encensé par les autres, définitivement décale, commandeur descendu de son socle, il meurt en 1982

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

BON WE

Posté par sylvie le 20 octobre 2007

BON WE  dans Divers hupaeaht

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...