• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 25 octobre 2007

L’HOMME ET LA MER

Posté par sylvie le 25 octobre 2007

                                                        dimanchalamer0071.jpg

Homme libre, toujours tu cheriras la mer!

La mer est ton miroir, tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer

Tu te plais à plonger au sein de ton image

Tu l’embrasses des yeuxet des bras, et ton coeur

Se distrait quelquefois de sa propre rumeur

Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage

Vous etes tous les deux ténébreux et discrets

Homme, nul n’a sondé le fond de tes abimes

O mer, nul ne connait tes richesses intimes

Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets

Et cependant voilà des siècles innombrables

Que vous vous combattez sans pitie ni remords

Tellement vous aimez le carnage et la mort

O lutteurs éternels, ô frères implacables

CHARLES BAUDELAIRE

Les fleurs du Mal 

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

LORSQUE TU SERAS VIEUX

Posté par sylvie le 25 octobre 2007

coupleage.jpgLORSQUE TU SERAS VIEUX

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,

Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,

Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,

Nous nous croirons encor de jeunes amoureux

Et je te sourirai tout en branlant la tête

Et nous ferons un couple adorable de vieux

Nous nous regarderons assis sur notre treille

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur le banc familier, tout verdatre de mousse,

Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer

Nous aurons une joie attendrie et douce

La phrase finissant souvent par un baiser

Combien de fois jadis, j’ai pu dire  » je t’aime »

Nous nous ressouviendrons de mille choses, meme

De petits riens exquis dont nous radoterons

Un rayon descendra, d’une caresse douce,

Parmi nos cheveux blancs,tout rose, se poser

Quand sur notre vieux banc tout verdatre de mousse

Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer

Et comme chaque jour je t’aime davantage

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain

Qu’importeront alors les rides du visage

Si les mêmes rosiers parfument le chemin.

Songe à tous les printemps qui dans nos coeurs s’entassent

Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens

Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent

Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens

C’est vrai, nous serons vieux, tres vieux , affaiblis par l’âge

Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main

Car vois tu, chaque jour je t’aime davantage

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain

                                          ROSEMONDE GERARD

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

PROTECTION DES ANIMAUX DE L’ANTARCTIQUE

Posté par sylvie le 25 octobre 2007

manchotavpetit1.jpgPROTEGER LES ANIMAUX DE L’ANTARCTIQUE

- LE MANCHOT sur le continent l’Antarctique
- LA BALEINE dans l’océan l’Antarctique
L’Antarctique se situe à l’extrémité Sud de notre terre.
Le continent est couvert de roches et de glaces.
Il est très froid (-5O° parfois en hiver) et est balayé par des vents glaciaux (transportant des particules de glace) et parfois très violents (appelés Blizzards, 300 Km/h.)
C’est pour cette raison qu’il est quasi inhabité. Seuls, les manchots vivent sur ses côtes et la banquise (= croûte de glace formée par congélation de l’eau de mer autour du continent). Ils peuvent résister à des températures extrêmes. C’est pourquoi, ils sont étudiés par les scientifiques.
Autour du continent, dans l’océan antarctique, vivent les baleines qui supportent aussi le froid.

LE MANCHOT

C’est un oiseau à l’allure plaisante. En effet, il se balance bien droit (40 kg) sur ses deux pattes.
Son habit est clair à l’avant et sombre à l’arrière.
Ses ailes ont été transformées en nageoires. Il ne vole donc pas, mais il nage et il plonge pour se nourrir des poissons et du krill (petite crevette rose) qui se trouvent en abondance dans l’Antarctique.
Les manchots vont migrer et faire des dizaines de Km pour arriver sur une banquise, lieu de reproduction de l’espèce à l’abri des vents marins et d’une dislocation des glaces.

Fait curieux et assez exceptionnel, c’est durant l’hiver que ces animaux se reproduisent (l’hiver polaire sud va de mai à octobre).

Le m‰le et la femelle qui se sont accouplés se reconnaissent parmi des milliers d’individus formant une colonie grâce à leur cri. C’est ainsi qu’ils distinguent aussi leur petit.

Après la ponte, la femelle va passer l’œuf au mâle.
Le mâle assurera seul la couvaison. L’oeuf éclot après environ 65 jours. Le petit est bien protégé entre les pattes du père et en-dessous d’un duvet.
Le père régurgite une sécrétion pour le nourrir. Il a ježné durant quatre mois avant de revoir la femelle reprendre le relais.
Vers 40 jours, le bébé manchot pourra maintenir sa température interne sans retourner s’abriter chez ses parents.
Pour avoir plus chaud, lors des périodes de mauvais temps, les jeunes manchots imitent leurs parents en se serrant les uns contre les autres et en tournant pour que ce ne soient pas toujours les mêmes à l’extérieur du cercle.
Le manchot peut vivre en paix au moins jusqu’en 2O41 !
En effet, un traité international interdit toute exploration et toute exploitation minière sur ce continent pour une durée de 50 ans à partir de 1991 !

LA BALEINE

C’est un énorme mammifère marin, le plus grand mammifère marin.
Elle peut avoir 2Om de long et plus, peser 100 tonnes et plus. Seuls ses yeux sont petits !
Elle ressemble à un poisson, mais sa queue est une nageoire horizontale.
C’est un mammifère, car il a des poumons et remonte pour respirer. L’air vicié ressort par un ou des évents (narine/s) en un jet pouvant atteindre 12m de haut pour la baleine bleue.
C’est un mammifère, car le petit se développe dans le ventre de sa mère et une fois né, elle l’allaite.

Dans l’Antarctique, nous trouvons des baleines à fanons.
Elles n’ont pas de dents mais des centaines de lamelles en corne formant un peigne qui pend à la mâchoire supérieure. Ces fanons leur permettent de retenir les poissons et le krill lorsque leur langue grosse comme un éléphant repousse l’eau que chaque baleine avait engloutit.
Pendant l’été pôlaire, elles accumulent beaucoup de nourriture dans ce garde-manger qu’est l’Antarctique avant de partir pour les mers chaudes, restant à ježn pendant 6 mois !
Elles feront souvent 5000 à 6000 Km de distance .
Là, elles s’accoupleront ou mettront bas un petit qui sortira de la baleine la queue en premier et montera pour respirer l’air à l’aide de sa mère et une autre femelle cŽlibataire.
Le petit se tiendra dans le sillage de sa mère juste au-dessus d’elle. Ainsi, il sera protégé.
Durant le XXème siècle, les baleines ont été chassŽes par l’homme (invention du harpon  en 186O).baleinesadents755300.jpg
Certaines espèces sont au bord de l’extinction.

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...