• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 1 novembre 2007

LA SAGESSE

Posté par sylvie le 1 novembre 2007

z1wsojpc.jpgLA SAGESSE

 

La sagesse, c’est être attentif aux messages de son coeur, c’est être à l’écoute de soi, à l’écoute de l’autre.Mais comment parvenir à entendre ces messages dans ce vacarme permanent, dans ce rythme quotidien qui ne nous laisse que peu de chances de nous retrouver, de faire le point sur ce que nous ressentons, sur ce que nous desirons vraiment, sur ce qui est essentiel pour nous ?

Faute de temps, faute de regard, faute d’écoute, nous perdons notre vraie richesse. Nous nous appauvrissons un peu plus chaque jour et notre vérité devient aridité. Plus rien ne peut pousser, ni pour soi, ni pour l’autre, et l’on ne donne plus puisqu’on n’a plus rien à donner.

La sagesse, c’est tenter de développer l’harmonie avec soi, bien sur, mais aussi avec l’autre. Tenter d’integrer les contraires, souvent faces opposées d’une même vérité, plus complementaires que contradictoires. La sagesse est ouverture, rigueur, courage, endurance, engagement, humilité. Elle est apprendre et comprendre, mais comprendre de tout son être.

                 » on ne reçois pas la sagesse. Il faut la découvrir soi meme après un trajet que personne  ne peut faire pour nous » Marcel Proust.

CITATIONS :

« tu me dis, j’oublie

 tu m’enseignes,je me souviens

 tu m’impliques, j’apprends  » …………………….BENJAMIN FRANKLIN

« On n’enseigne pas ce que l’on sait

 On n’enseigne pas ce que l’on veut

 On enseigne ce que l’on est ……………………..JEAN JAURES

 » ce qui compte dans l’effort, c’est avant tout l’action, plutot que le résultat.

Fais donc ton devoir sans te préoccuper de ce qu’il en résulte, de son aboutissement bon ou mauvais. Dans la seule sagesse tu trouveras ton refuge sans penser à l’issue, source de maux et de misere. Le sage ne se soucie ni du bon ni du mauvais en ce monde……….L.Van Beethoven

« donne tes mains pour servir et ton coeur pour aimer………..Mere TERESA

« on ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux »..ST EXUPERY

« Pour obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l’autre..J.P.SARTRE

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

MARTIN LUTHER KING

Posté par sylvie le 1 novembre 2007

greatblackamericansmartinlutherkingjrposterc10085288.jpgÀ dix-huit ans, il décide de devenir pasteur, comme son père. Il termine ses études à Morehouse College, dans sa ville natale, puis entre au Crozer Theological Seminary en Pennsylvanie ; il obtient son doctorat en 1955 à l;université de Boston.

Ses origines bourgeoises l;ont protégé de la pauvreté, mais il sait très tôt ce qu’est  .la discrimination raciale. Il subit deux influences : de la lecture des œuvres de Walter Rauschenbusch (1861-1918), il conclut qu.il faut appliquer les principes chrétiens aux problèmes sociaux et se préoccuper des âmes aussi bien que des conditions économiques et sociales qui agissent sur elles ; de Gandhi, il a dès son adolescence admiré la philosophie politique. « Le véritable pacifisme . n’;est pas la soumission irréaliste au mal, observait-il ;. mais.plutôt la lutte courageuse menée par .l’amour contre  le mal  avec  la  certitude qu’il vaut mieux subir la violence que l’infliger .  .

Intelligent et sensible, sérieux et réservé, King ne peut pas, par sa formation et par sa vocation, se désintéresser du sort de ses frères de couleur.

En 1954, il est revenu dans le Sud. On lui a confié la direction .d’ une paroisse à Monggomery  dans l’.Alabama, une ville de 120 000 habitants dont 50 000 Noirs. À la fin de 1955, une passagère noire.dans un autobus refuse  de se  plier aux regles de ségrégation,  e t est arretée, a communauté noire .s’emeut,décide de réagir : les transports en commun seront boycottés. L.Association pour l’amélioration de Montgomery contrôle et organise le mouvement ; elle porte à sa tête le pasteur King. Les dons et les expressions de soutien affluent de partout. Les Noirs de la ville marchent à pied ou mettent en place leurs propres moyens de transport ; ils refusent d.acheter chez les commerçants qui leurs sont hostiles, ne repondant pas aux provocations u Ku Klux Klan. Après un boycottage d’un an,  les tribunaux féderaux  trouvent illégale la ségrégation dans les transports. La victoire est acquise grace à la non violence et avec l’appui des libéraux blancs.

 

MARTIN LUTHER KING Image3 La lutte pour les droits civiques

Dès 1957, King réunit les pasteurs noirs du Sud dans une « Southern Christian Leadership Conference », qui inspire la plupart des sit-in de l.époque. Peu à peu, la Cour suprême impose l.ouverture à tous des piscines, des plages, des cafétérias, des églises. Le mouvement acquiert une force supplémentaire avec.l’arrivée au pouvoir du president Kenneddy.; King se dépense sans compter. Il .mène une vie dure contre la segrégation en Alabama. En meme temps, il organise une marche sur Washington pour pousser un congrés réticent à voter une loi sur les droits civiques, s’adressant à plus de 200 000 personnes presentes et    a des millions de téléspectateurs, il s’écrie : j’ai encore un rêve .Mon rêve fait partie du rêve américain. Je rêve qu.un jour notre pays se décidera à appliquer véritablement ses principes, d.après lesquels nous tenons ces vérités pour évidentes que les hommes sont nés égaux. » Cette éloquence vibrante bouleverse un grand nombre d.Américains, et King atteint le sommet de sa popularité quand, en 1964, il reçoit le prix Nobel de la paix et que le président Johnson fait voter deux lois sur les droits civiques, qui posent les fondements de sa « Grande Société ».

Mais deux menaces pèsent sur le mouvement de la non-violence. La première vient de la communauté noire elle-même. L.émeute, qui éclate en 1965 dans le ghetto de Los Angeles à Watts et se propage en 1966-1967 dans les autres ghettos, montre que la jeunesse noire veut tout obtenir tout de suite. Auprès des partisans du « Black Power », King a beau jouir d.un grand prestige, il ne fait pas moins figure d.apôtre du gradualisme et de la modération. Face aux violences, les libéraux blancs sont décontenancés, tandis que la majorité silencieuse adopte une attitude plus rigide à .égard des Noirs.

La deuxième menace est liée à la guerre du Viêt Nam. Dès 1966, encore plus en 1967, King a manifesté son hostilité, parce que toute guerre est immorale, que celle-ci en particulier empêche la réalisation de la Grande Société et menace .l’humanité,d’un cataclysme nucléaire. Pour beaucoup de Blancs, King a cessé d.être rassurant ; il va trop loin. Sa lutte contre la pauvreté déclenche de violentes réactions, par exemple à Chicago en 1966. La bourgeoisie noire, de son côté, qui a toujours affiché son patriotisme, ne se reconnaît plus en King.

Néanmoins, King continue de combattre avec les mêmes méthodes. Au début de 1968, il prépare une deuxième marche sur Washington pour faire voter des mesures de lutte contre la pauvreté. Le 4 avril, il est à Memphis, dans le Tennessee, pour apporter son soutien aux éboueurs, tous Noirs, qui sont en grève. Il est assassiné sur le balcon de son hôtel par James Earl Ray, qui n.a peut-être été qu.un tueur à gages stipendié par une organisation de droite.

Dès que l.on apprend dans les ghettos l.assassinat de King, des émeutes se déclenchent, dernière preuve de sa popularité personnelle et de la faible influence de sa doctrine.

 

 

 

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

LES EMOTIONS

Posté par sylvie le 1 novembre 2007

zm4u3amufond1.jpgLes émotions  ont besoin d’être libérées. Si on les garde en soi, elles nous oppressent. Mais les cris, les pleurs dérangent … 

 

Pour la plupart des gens, il est inconvenant de montrer ses affects en public. Même quand ils sont appropriés, après un accident grave, un choc physique ou affectif, une rupture, un deuil. 

 

Les émotions font peur parce qu’elles nous confrontent à une réalité qu’on préfèrerait ne pas voir, elles nous obligent à la vérité.Les émotions qui ne peuvent être dites creusent un fossé entre les gens qui s’aiment. Ce n’est pas parce qu’une souffrance ne se voit pas qu’elle n’existe pas. Elle peut faire mal longtemps quand elle n’a pas d’espace pour se dire. La plupart des détresses ont pour cause une émotion bloquée. Il y’a peu d’endroits dans notre société où l’on puisse laisser couler ses larmes et éclater sa colère, peu de lieux pour dire ses peurs, et ses angoisses, peu de bras pour se réfugier le temps d’exprimer un chagrin , alors la plupart gardent en eux leurs affects, tentent de les enterrer dans leur inconscient…et vivent une vie dictée par les circonstances et les convenances. 

 

En réprimant nos émotions spontanées, ou en les déguisant pour les rendre conformes et socialement acceptables, nous perdons des informations précieuses sur notre vécu psychique. Taire son être intérieur, c’est abdiquer une part de sa liberté ; Il faut bien pour cela  quelques pilules tranquillisantes, anxiolytiques ou somnifères, mais qu’importe, elles sont remboursées par la sécurité sociale. 

Publié dans psychologie | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU MATIN

Posté par sylvie le 1 novembre 2007

8yuur638bonjour.gif 

                             LE MIROIR DES AUTRES

Les autres sont nos juges,

Notre miroir,

Nos référents

Nos partenaires

Qu’ils soient nos amis ou nos ennemis

Ils nous sont utiles

Pour mieux nous connaitre

Car c’est souvent par rapport aux autres

Que nous mesurons notre propre valeur.

  

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

AUX ENFANTS DU MONDE ENTIER

Posté par sylvie le 1 novembre 2007

fond021024x768.jpg

 

Aux enfants tristesUne larme qui perle au coin de l’oeil
Une larme qui coule le long d’une joue
Une larme qui s’achéve sur une lévre …

Un sourire qui illumine un visage
Un rire qui éveille le voisinage
Un éclat qui fait sourire les passants…

Un enfant chantant sous la pluie
Un enfant courant derriére un chat
Un enfant qui entend dans le silence…

Un « s’il te plaît, monsieur »
Qui se terre au pied d’un arbre
Puis qui joue avec des cailloux

Cherchant l’amour qu’il ne voit plus
Qui touchera le coeur d’un homme,
Si un enfant n’y parvient pas ?

Auteur : www.alazais.net

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...