• Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

CLEOPATRE – L’ambiguité d’une reine

Posté par sylvie le 18 novembre 2007

Plus brillante que belle, la dernière reine d’Egypte fut une extraordinaire manoeuvrière. Le secret de son incroyable pérennité réside dans l’usage qu’elle fit de la séduction amoureuse au service d’un grand dessein politique.

S i la personnalité historique de Cléopatre est si difficile à dégager du mythe formidable qui a assuré sa célébrité, c’est que celui ci s’est formé de son vivant, nourri à la fois par l’image qu’elle a voulu donner d’elle même et par la propagande contraire de ses ennemis romains. Ces deux origines opposées du mythe permettent de rendre compte de l’ambilavence de ce dernier.

Cleopatre, souveraine raffinée et polyglotte, s’identifiant aussi bien à Isis qu’à Aphrodite, semble incarner la synthèse réussie des cultures prestigieuses de l’Egypte  et de la Grece, mais elle est également la femme lascive et venereuse. qui sut soumettre à ses charmes corrupteurs les plus valeureux généraux de Rome. Car si le secret de son incroyable pérennité dans la mémoire historique réside avant tout  dans l’usage qu’elle fit de la séduction amoureuse au service d’un grand dessein politique, ce qui étant sans précédent et qui ne sera pas renouvelé, du moins à un niveau comparable.

Les sources classiques ne nous révèlent guère la reine d’Egypte que dans ses relations avec les grands acteurs politiques de cette période cruciale de l’histoire romaine. Date de naissance, identité même de sa mère, éducation, circonstances de son accession au trône, premières années de règne : tout ce qui la concerne avant son apparition théâtrale devant César , reste obscur. Celui ci avait débarqué en Egypte à l’automne 48 avant J.C. presque par hasard alors qu’il poursuivait Pompée, son rival en fuite. Si la nature intime de leur liaison n’est pas douteuse, on s’interroge toujours sur la place réservée à la reine d’Egypte dans les projets élaborés par César durant les trois dernières années de sa carrière.

Son assassinat laissa Cléopatre seule souveraine d’une Egypte toujours aussi dépendante des caprices de Rome. Cleopatre dut attendre la fin d’une guerre de trois ans entre républicains et partisans de Cesar pour saisir l’opportunité de peser de nouveau sur les affaires romaines.  La savante mise en scène de son débarquement lui permit de conquérir un Marc Antoine vainqueur des républicains. Désormais elle lia son sort à celui d’Antoine et devint la cible privilégie de l’autre prétendant à l’heritage césarien, le jeune Octave. Si le résultat final de cette alliance fut la défaite des deux amants lors de la bataille d’Actium et l’avènement d’Octave devenu Auguste, le rôle exact de Cleopatre dans ce drame historique comporte nombre de mysteres.

En definitive, Cleopatre comme figure politique autonome reste très mal connue. On peut juste supposer que le but principal de ses efforts fut de reconstituer un empire egyptien, centré à Alexandrie, en utilisant son ascendant  sur Antoine pour récupérer le glacis protecteur de territoires qui devaient assurer son indépendance et sa prospérité. Elle pouvait espérer transmettre cet empire au fils posthume qu’elle avait eu de Cesar, ainsi qu’aux trois enfants nés de son union avec Antoine, qui avait lui meme procédé au partage ; un tel projet l’aurait replacée dans la tradition de ses ancetres.

Publié dans HISTOIRE | 1 Commentaire »

BONNE JOURNEE

Posté par sylvie le 18 novembre 2007

itk8htihbonjou.gif

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

PREMIERS EMOIS

Posté par sylvie le 17 novembre 2007

L’AUTRE JOUR

L’autre jour que j’etais sur sur le haut d’un degré,

Passant tu m’avisas et, me tournant la vue,

Tu m’éblouis les yeux, tant j’avais l’âme émue

De me voir en sursaut de tes yeux rencontré

Ton regard dans le coeur, dans le sang m’est entré

Comme un éclat de foudre, alors qu’il fend la nue

J’eus de froid et de chand la fièvre continue

D’un si poignant regard mortellement outré

Et si ta blanche main passant ne m’eut fait signe

Main blanche qui se vante d’être fille d’un Cygne

Je fusse mort, Helène aux rayons de tes yeux

Mais ton signe retint l’âme presque ravie

Ton oeil se contenta d’être victorieux

Ta main se réjouit de me donner la vie

                                         PIERRE DE RONSARD

                                                                      les amours-sonnets pour Helene

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

CLAUDE DEBUSSY : un maître solitaire

Posté par sylvie le 17 novembre 2007

uewb04img0223.jpgToute l’existence de Claude Debussy s’est déroulée à Paris, dans la plus grande discretion. Ce n’est pas par hasard que ses camarades du Conservatoire l’avaient surnommé le Prince des Ténébres.

Epris de liberté, il a refusé le carcan de l’harmonie classique et les modèles du passé, ne se reconnaissant qu’un seul maître –  » le vent qui passe » . Tout lui a été bon pour écrire sa musique : l’exotisme de la Russie, de l’Espagne, de la Grece, de Java , mais également Wagner et Erik Satie. Il a pris son bien ou bon lui semblait. Dans l’art vocal, il a renouvelé les traditions issues de l’aria et du lied, privilegiant  une sobrieté proche du langage parlé.

En revanche, il a développé au piano une richesse extrême dans les accords, les rythmes, les sonorités, donnant à sa musique la profonde sensualité qui  la caractérise.

Publié dans MUSIQUE | Pas de Commentaire »

BON WE

Posté par sylvie le 17 novembre 2007

7ktnskrrbonwe.jpgli2jfzp5citations.gif

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

NAISSANCE DE LA PHILOSOPHIE GRECQUE: LES PRESOCRATIQUES

Posté par sylvie le 17 novembre 2007

UNE BIEN BELLE AURORE

Si la préhistoire, malgré ses découvertes et son courage, reste dans une espèce de nuit, les deux siècles qui  s’y écoulent de Thalles à Socrate apparaissent comme une aurore. Il y eut en ce temps une pléiade de penseurs singuliers, à la fois philosophes, et poètes, savants et chefs de secte. Ce sont eux qui ont écrit , en Europe, les premiers livres de réflexion personnelle.  Ce sont  eux qui ont essaye de répondre à cette question :  » qu’est ce que la nature des choses »

Tous les hommes pensent, tous les hommes  ont des représentations de la vie et de la mort, de la liberté et du bonheur, du vrai et de l’erreur, etc.. Mais pour que cette conception du monde  prenne la forme d’une philosophie, il faut  que soient réunies des conditions particuliers. La philosophie est la mise en forme de certaines pensées. Les conditions     nécessaires de la mise en forme sont l’écriture et la division sociale  du travail

POURQUOI UNE PENSEE PHILOSOPHIQUE,

 on ne fait pas de philosophie , pas plus qu’on ne ne fait des mathématiques av avec de simples paroles. Et même si la philosophie est née du dialogue, elle ne commence réellement qu’avec le texte écrit.  Certes, on pourrait objecter le fait que Socrate, considéré comme le père de la philosophie, n’a pas écrit une ligne.Mais on pourrait objecter à cette objection le fait que Socrate n’a pour nous d’existence philosophique qu’à travers les dialogues écrits de son son disciple Platon.

Pourquoi la philosophie a t-elle besoin de l’écriture ? Parce que la pensée est captive de la parole, de ses hasards, de ses détours et de ses incertitudes. L’écriture donne à la pensée une forme objective et définitive. La parole, même maîtrisée,   est toujours un peu irresponsable. .

L’ORIGINALITE ET LA DIVERSITE DE LA PHILOSOPHIE

Des l’origine, la philosophie aura des caractères qu’elle conservera jusqu’à nos jours.

La diversité de la philosophie n’est pas sans faire songer au monde de l’art. Un trait assez tôt , sépare la philosophie et la science. Alors que la science tend vers une solution unique pour chaque problème donné, la philosophie éclate en une multitude d’écoles  et de courants divers. Alors qu’une statue n’a qu’une seule masse, il ya mille manière de la regarder: tandis que la mesure, la philosophie la regarde. La mesure dépend de l’instrument, le regard dépend du point de vue …..

Le savoir pour lui meme : la philosophie est une pratique et un amour du savoir et de la théorie pour eux meme. A la difference des penseurs des époques précédentes et des autres cultures, les premiers philosophes ont pratiqué une recherche désinteressée qui n’etait soumise ni à l’impératif technique ou économique, ni au pouvoir religieux*

La simplicité: il y’a dans la philosophie une volonté de réduire l’infini bariolage des choses et des êtres à la simplicité des idées. Il est peu de philosophes qui n’aient été hantés par le reve d’unité et de totalité.

Une activité de la raison: la philosophie est une activité de la raison. Elle soumet à sa critique, et donc met en crise, la plupart des énoncés tenus pour vrais par l’opinion de l’époque. C’est des présocratiques que date la rupture entre le mythe et la vérité, entre l’opinion et le savoir. La philosophie cherche la cohérence de la representation en cherchant un principe d’ordre des phénomènes.

Publié dans philo | 4 Commentaires »

MALTRAITANCE D’ENFANT

Posté par sylvie le 16 novembre 2007

rv91sepw.gif

Ce matin ,à la radio : une enfant de quatre ans hospitalisée pour maltraitance…les medecins n’ont jamais vu ça chez un enfant!!  maltraitée depuis l’âge de six mois …. Oeil perdu , des multi fractures …

Des parents qui vont aller en prison ……..Mais peut on oublier les sevices moraux et physique de cette petite fille ? une peine plus radicale est nécessaire à mon avis !

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

BON VENDREDI

Posté par sylvie le 16 novembre 2007

gh050ee4.jpg

                           A TOUS

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 16 novembre 2007

 

CAUSES ET EFFETS

Ne pas perdre de vue que les mêmes causes produisent les mêmes effêts. Si nos comportements ne changent pas, les résultats ne changeront pas non plus.

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

COMMENT S’Y RETROUVER ( en justice)

Posté par sylvie le 16 novembre 2007

La justice intéresse les Français parce qu’elle est au coeur de l’actualité et peut les concerner à titre personnel. Petit tour d’horizon pour comprendre ce monde complexe.

LA JUSTICE PENALE

  – LE TRIBUNAL DE POLICE

Il juge toutes les contraventions classées en cinq catégories qui vont des violation du code de la route aux coups et blessures volontaires ayant entrainé une interruption de travail inférieure à trois jours. Il est possible de s’y faire représenter par un avocat mais cette juridiction peut également exiger la présence des parties. On peut faire appel des décisions de ce tribunal dans les dix jours deleur prononcé.

  – LE TRIBUNAL CORRECTIONNEL

Les délits sont jugés par un magistrat unique ou plus rarement par une formation collegiale de trois magistrats professionnels. Dans tous les cas, on peut s’y présenter sans l’assistance d’un avocat , mais pour la plupart des délits, un avocat peut y représenter son client. Toutefois, la comparution personnelle est parfois exigée, notamment quand la peine encourue est supérieure  à deux ans d’emprisonnement. Les décisions de ce tribunal sont susceptibles d’appel dans les dix jours.Mais le tribunal peut tout de meme exiger la comparution personnelle  et effectuer un renvoi de l’audience à une date ultérieure dans ce but.

   – LE JUGE D’INSTRUCTION

 C’est un magistrat indépendant des services du procureur dont les actes( mise en détention provisoire, ou en liberté, controle judiciaire, ) sont soumis au controle de la chambre d’accusation. Certaines de ses décisions – mise en examen, renvoi devant le tribunal correctionnel ou la cour d’Assises  – ne sont pas susceptibles  d’appel. Il instruit à la charge ou à décharge,: il doit donc réunir les preuves de la culpabilité et les indices permettant de disculper la personne poursuivie. Ce juge décide seul, après avis du procureur,du renvoi  devant une juridiction répressive de la personne mise en examen.

 - LA COUR D’ASSISES

 Elle comprend trois magistrats professionnels et neuf citoyens désignés par tirage au sort. Tout le monde peut y être appelé et c’est un devoir que d’y sieger. Une seule exception : en matiere de terrorisme la Cour n’est composée que de magistrats afin d’éviter tout risque d’intimidation.

 - LE PROCUREUR

 Il possede l’opportunité des poursuites: cela signifie qu’il peut, meme s’il considere le délit établi,décider de ne pas poursuivre. Selon les cas, il confie l’enquete aux services de police ou de gendarmerie, ou bien ouvre une information et fait désigner un juge d’instruction. Il peut aussi faire citer une personne directement devant le tribunal correctionnel. Le procureur est connu pour son action dans le domaine pénal, mais il joue également un role en matière civile : dans les affaires d’etat civil, de nationalité, de filiation, de presse.

- LA PROCEDURE PENALE

 Pour l’engager , on peut :

- déposer plainte entre les mains du procureur de LA Republique du lieu de commission des faits

- déposer plainte entre les mains du doyen des juges d’instruction en se constituant partie civile. Un juge d’instruction est obligatoirement désigné pour examiner les faits dénoncés.

-faire citer la personne prétendument responsable devant le tribunal correctionnel.

Dans les deux premiers cas, le plaignant peut retirer sa plainte, mais le procureur conserve la possibilité de continuer les poursuites. Il peut aussi juger utile de le faire, meme si la victime a  » pardonné ».  Le cas type : l’épouse frappée par son mari, qui porte plainte, puis quelques jours après, retire sa plainte pour éviter le procès. Le mari violent risque tout de même d’être poursuivi, dans le troisième cas , si le plaignant retire sa plainte, il n’y a plus d’affaire.

LA JUSTICE CIVILE

LES TRIBUNAUX D’INSTANCE ET DE GRANDE INSTANCE

Le tribunal d’instance est competent pour tous les litiges déterminés d’un montant inferieur à  7622 E , et pour certains litiges precis , meme s’ils dépassent ce seuil. Le tribunal de Grande Instance juge tous les litiges indétermines et ceux qui dépassent le seuil de  7622 E.Il est seul competent pour connaitre les problèmes de droit de la famille, du divorce, des contrats, des actions en responsabilités.

LE TRIBUNAL DE COMMERCE

il est competent pour tous les litiges entre commerçants. Les juges ne sont pas professionnels, mais élus parmi les commerçants et par leurs pairs pour une dureé de deux  a 4 ans.

LA PROCEDURE CIVILE

Le tribunal civil est saisi par une assignation , acte délivré par un huissier à la partie adverse. Devant le tribunal d’instance, on peut se passer d’un avocat de meme que que devant le tribunal de commerce ,et recourir seulement aux services d’un huissier. Devant le tribunal de grande instance, l’avocat est obligatoire.

LE JUGE DE L EXECUTION

Le juge de l’éxécution de votre domicile accorde des délais pour éxécuter une décision de justice, d’autre part,il tranche les difficultés d’exécution de décisions rendues.

LE CONSEIL DE PRUD’HOMMES

Il est composé de quatre magistrats non professionnels  élus par leurs pairs dans chaque corps de metier. Le président a voix préponderante en cas de partage des voix.Ils tranchent tous les litiges opposant les employeurs aux salariés pendant la durée des contrats de travail comme après la rupture.

LA JUSTICE ADMINISTRATIVE

LES TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

Ils jugent les litiges entre l’administration et les particuliers. Avant de saisir le tribunal administratif, un recours gracieux préalable est indispensable auprès de l’administration. Un refus express ou l’absence de réponse passé un délai de deux mois permet de saisir le tribunal administratif.

Publié dans Divers | 1 Commentaire »

1234567
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...