• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 janvier 2008

VICTOR HUGO

Posté par sylvie le 10 janvier 2008

Le 26 février 1802 à Besançon naît Victor Hugo. Son père est devenu général au cours des guerres de la Révolution et de l’Empire. Enfant, il souffre de la mésentente de ses parents. Dès son adolescence, il affirme des ambitions littéraires et participe à des concours poétiques. Après des études brillantes, il épouse Adele Foucher son amie d’enfance, grâce à la pension  accordée par le roi à la suite de la parution de son premier recueil poétique premier succès public – « Les odes » qui deviendront plus tard  »  » Les odes et ballades » La nuit de son mariage, son frère Eugène son frère, qui lui aussi aimait Adèle, devient fou.

Naissent Leopoldine, Charles, Francis-Victor, et Adele.  Il est reconnu comme le chef de file du mouvement romantique. Les milieux  officiels l’estiment. Ce révolutionnaire en littérature, qui a reçu la légion d’honneur est conservateur en politique. Sa femme, amoureuse du critique littéraire,Sainte-Beuve,ami de la famille se détache de lui avant de lui revenir.  Il a rencontré l’actrice Juliette Drouet. Entre son épouse et l’actrice  qui ont fait voeu de se consacrer à leur grand homme, sa vie privée devient digne d’un vaudeville.  Il reçoit ses maîtresses dans son bureau  relié par une porte secrète à son appartement. En 1843 la noyade tragique de sa fille Leopoldine, un an après son mariage, est pour lui une terrible épreuve , qui lui inspirera les poèmes les plus poignants des Contemplation. Lui, qui a composé de si beaux poèmes sur l’enfance  inspirés de sa vie familiale, verra dans sa vieillesse mourir aussi ses deux fils .Quant à sa fille Adele, elle sera internée , devenue folle à la suite d’une histoire d’amour, comme son oncle Eugène.

Ce chef de file du  » Cénacle » romantique, cet ami d’Alexandre Dumas, de Théophile Gautier ne se contente pas d’écrire. Il participe activement à la vie politique. Académicien de 38 ans en 1840, il devient pair de France et réclame lors d’une intervention, le retour en France de la famille Bonaparte. Mais le coup d’état du 2 décembre 1851 le fait entrer dans l’opposition  ouverte au régime de Louis Napoléon. Il doit se réfugier en Belgique. Il y rédige  » Les Châtiments » avant de s’installer à Jersey puis à Guernesey avec sa famille et Juliette Drouet.

Hugo se passionne alors pour le spiritisme, écrit coup sur coup  » Les Contemplations »,  » Chanson des rues et des bois »  » l’année terrible »   » Les misérables »  » les Travailleurs de la mer », La légende des siècles » et refuse les amnisties proposées par Napoléon III qu’il accable  dans son pamphlet Napoléon le Petit. Il s’est laissé pousser  une barbe blanche de patriarche et s’habille comme un ouvrier.

Les Misérables font un triomphe à Paris. Après l’effondrement du Second Empire, Hugo revient à Paris le 5 septembre 1870 et reçoit un accueil triomphal. Élu au Sénat, mais ayant renoncé à jouer un role politique de premier plan, il cultive l’art d’être grand père.

Ses 80 ans sont l’occasion d’une immense manifestation nationale.Des millions d’hommes se reconnaissent dans son oeuvre universelle, Premier dramaturge de son siècle, il en est aussi l’un des plus grands romanciers, un poète de génie et un illustrateur de talent. Et bien que couvert de gloire et d’honneurs, il est devenu le protecteur des humbles.

Le 11 mai 1883 Juliette s’éteint, ( sa femme est morte à Bruxelles en 1868). Il lui survit deux ans . Le 22 mai 1885 une congestion pulmonaire l’emporte. Des obsèques nationales sont décrétées. Le 1er juin      , deux millions de personnes suivent le cercueil de ce grand républicain, de l’Arc de Triomphe au Panthéon ou ses cendres sont déposées.

ELLE AVAIT PRIS CE PLI…..

Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin

De venir dans ma chambre un peu chaque matin

Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère,

Elle entrait et disait  » bonjour mon petit père »,

Prenait ma plume, ouvrait mes livres, et s’asseyait

Sur mon lit, dérangeait mes papiers et riait,

Puis soudain s’en allait, comme un oiseau qui passe.

Alors je reprenais, la tête un peu moins lasse,

Mon oeuvre interrompu, et tout en écrivant,

Parmi mes manuscrits, je rencontrais souvent

Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,

Et mainte feuille blanche entre ses mains froissées,

Ou je ne sais comment, venaient mes plus doux vers,

Et c’etait un esprit avant d’être une femme

Son esprit reflétait la clarté de son âme,

Elle me consultait sur tout,à tout moments

Oh! que de soirs d’hiver radieux et charmants,

Passés à raisonner langue,histoire et grammaire.

Mes quatre enfants groupés sur mes genoux, leur mère

Tout près, quelques amis causant au coin du feu!

J’appelais cette vie être content de peu!

Et dire qu’elle est morte! Hélas! que Dieu m’assiste!

Je n’étais jamais gai quand je la sentais triste,

J’étais morne au milieu du bal le plus joyeux,

Si j’avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux

VICTOR HUGO

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

LA LITTERATURE FRANCOPHONE Iere partie

Posté par sylvie le 10 janvier 2008

LA FRANCOPHONIE

Forgé au XXe siècle, ce mot désigne l’ensemble des pays ou l’on parle le français,. Un espace à géométrie variable, suivant que le français y est parlé par la majorité de la population comme c’est le cas en Wallonie, au Quebec et en Suisse romande, ou par une très petite minorité, comme en Israël ou aux États Unis. La France est, bien sur, au coeur de la francophonie, même si elle a pu jouer un rôle moins actif dans ses institutions, que le Canada, par exemple. En revanche, quand on traite de littérature francophone, on n’inclut généralement pas les écrivains français.

Une littérature francophone a pu se développer dans certains pays pour des raisons évidentes: ainsi, en en Suisse romande, on écrit depuis sept cents ans en français. Dans d’autres pays, comme ceux de l’Afrique noire, le français s’est imposé du fait de l’expérience coloniale, et parce que les langues locales n’avaient pas de forme écrite. Au Maghreb et au proche orient, le français est pratiqué en concurrence avec l’arabe, selon un jeu qui n’exclut pas une forme de complémentarité et implique des choix esthétiques, culturels et idéologiques!

EN SUISSE :

Son voisinage avec la France donne à la Suisse romande une situation paradoxale, dans la mesure où nombre de ses écrivains ont été annexés par l’histoire litteraire française. Beaucoup d’entre eux, nés en Suisse, ont été attirés par Paris, ou ils ont écrit l’essentiel de leur oeuvre. C’est le cas de Jean Jacques Rousseau ( 1712-1778) dont les Deux Discours, Emile, Julie ou la Nouvelle Heloise, les Confessions, et le Contrat social, sont des oeuvres phares des Lumières françaises.

EN BELGIQUE

Si le  » détour suisse  » de la littérature française se situe incontestablement à la fin du siècle des Lumieres,  on pourrait dater des années 1880-90 le  » moment belge » celui qui voit Bruxelles s’imposer comme rivale de Paris,et terre d’avant garde . Le bref exil bruxellois de Victor Hugo au début des années 1850 n’y est peut être pas etranger,mais l’activité intense d’un éditeur comme Kistenmackers explique mieux la montée en puissance   d’une sensibilité belge

AU QUEBEC

Louis Hemon apparait comme l’une des premieres grandes voix du Quebec litteraire avec un roman posthume  » Maria Chapdelaine » qui connaitra un succès prodigieux, mais Hemon est né à Brest, et s’il a choisi le Canada, on ne sait dans quelle nationalité le ranger..

EN AFRIQUE NOIRE

Le grand nom de la littérature africaine c’est bien sur Leopold Sedar Senghor qui  est à la fois l’un premiers Noirs à occuper une position litteraire et politique dans la France Coloniale avec le mouvement de la négritude et l’un des fondateurs d’une culture politique et litteraire  plus specifiquement africaine, en tant que president du Senégal.

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...