• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 19 janvier 2008

OSCAR WILDE

Posté par sylvie le 19 janvier 2008

 » J’ai mis tout mon génie dans ma vie ,je n’ai mis que mon talent dans mon oeuvre…Confidence d’Oscar Wilde à André Gide (1891)

« Les enfants commencent par aimer leurs parents, en grandissant, ils les jugent, quelquefois ils leur pardonnent … Oscar Wilde.

Oscar Wilde est né à Dublin en 1854. Il est le fils d’un chirurgien irlandais de réputation internationale. Sa mère Jane Francesca Elgee est une femme pleine de ferveur nationaliste qui, dans les années 1840, soutient la cause irlandaise face à l’Angleterre.

Après des études classiques au Trinity College à Dublin, ou déjà  il fait preuve d’une forte personnalité et se distingue des autres étudiants. Oscar Wilde est admis à l’université d’Oxford. Il a notamment comme professeur John Ruskin  l’un des porte paroles d’un mouvement culturel qui estime que l’art ne doit être que la recherche du Beau, sans aucune préoccupation morale ou sociale.

Oscar Wilde est un élève brillant et distingué, il a des cheveux longs, des cravates lavllière et orne les boutonnières de ses costumes d’un lis ou d’un chrysanthème.

Esprit subtil et excentrique, dandy d’une rare élégance, sa célébrité est grande dans les milieux culturels et aristocratiques londoniens qui accueillent avec ravissement ses premiers Poèmes. Il devient très vite l’un des théoriciens de  » l’art pour l’art » et le chef des  » esthètes’, il est invité à donné une série de conférences aux Etats Unis sur l’esthétisme.

De retour en Europe, il s’installe à Paris ou il écrit deux pièces de théâtre « Duchesse de Padoue »" Vera ou les Nihilistes » ; il rencontre  les principaux écrivains  français de l’époque: Verlaine, Mallarme, Zola,Hugo. De retour à Londres, il  épouse l’une de ses admiratrices Constance Lloy. Ils auront deux enfants.

Rédacteur en chef du magazine « The womans » World », il montre ses talents de pamphlétaire et son art du paradoxe. Il s’engage à défendre également la cause féministe.

Pour ses enfants, il organise des bals costumés et écrit des contes, il publie également des nouvelles, un essai( ce serait son seul roman). Ce roman lui vaut une très grande notoriété, mais le public anglais  lui reproche l’immorabilité de certains personnages.

En 1895 Oscar Wilde décide de porter plainte en diffamation contre le Marquis de  Queensberry, le père d’Alfred Douglas, son amant, ce qui tourne mal. Finalement c’est le Marquis qui porte plainte devant les tribunaux, accusant Wilde de pervertir son fils. Oscar Wilde,est condamné pour délit d’homosexualité à deux ans de travaux forcés, il purgera cette peine dans la très répressive prison de Readlig sud de l’Angleterre.

Il sort de prison le 19 mai 1897 et s’exile en France, près de Dieppe. C’est un homme brisé et ruiné. Il prend pour pseudonyme le nom de Sebastian Melmoth.

Il publie en 1898  » la ballade de la geôle  » de Reading, un témoignage émouvant sur sa douleur de prisonnier. Il meurt  à Paris en 1900 de misère et de solitude.

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...