• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 27 janvier 2008

LES ECRIVAINS ROMANTIQUES FRANCAIS

Posté par sylvie le 27 janvier 2008

LE CULTE DU « MOI » ET DE LA LIBERTE DE L’ARTISTE

Le romantisme est un mouvement culturel et artistique europeen dont les premières manifestations, en Allemagne et en Angleterre, datent de la fin du XVIIIe siècle. Il s’épanouit au début du XIXè siècle dans le reste de l’Europe, notamment en France et en Italie.

Le romantisme est un courant de sensibilité et de pensée et non une école. Il n’a pas de visée pédagogique. C’est en tant que tel  que le romantisme a marqué la création littéraire, que ce soit en

Allemagne , en Angleterre, en France ou en Italie.

SES REJETS ET SES PASSIONS:

Les differents romantismes nationaux ont en commun d’être des mouvements destructeurs, rejetant les préceptes rationalistes du siecle des Lumières et les canons esthétiques du classicisme.

L’ECLOSION DU ROMANTISME

Au début du XIX siecle, la  France est touchée par la vague du romantisme. Trois raisons pour expliquer le retard du romantisme en France par rapport à l’Angleterre et à l’Allemagne :

- La force du clacissisme ( la réussite des tragedies de Racine par exemple)

-l’immobilisme des institutions litteraires

-Le conservatisme litteraire, social et politique en vigueur dans les premières années de la Restauration.

Deux écrivains jouent un role determinant pour le développement du romantisme en France . Chateaubriand, et Mme de Stael .

LA POSTERITE DU ROMANTISME

Apres le foisonnement des oeuvres entre 18930 -1840 l’échec du drame des Gurgraves de Victor Hugo marque la fin de la période romantique.   Toute la production littéraire d’écrivains, qui, à un titre ou à un autre se rattacherent au romantisme ( Nerval,Gautier, Baudelaire) ne releve plus alors du mouvement de 1830.

Le romantisme français fut particulièrement varié et vigoureux dans ses manifestations puisqu’il s’incarna dans la peinture ( Delacroix), la musique ( Berlioz), l’histoire ( Jules Michelet) la politique ( Lamartine), la critique litteraire ( Sainte Beuve) , le théatre, la poesie, le roman, l’essai, l’es memoires etc…  De nombreux auteurs ne se réclamant pas du romantisme furent pourtant si profondément influencés par lui qu’ils lui sont traditionnellement associes dans l’histoire litteraire française.

LES GRANDS ECRIVAINS ROMANTIQUES

BALZAC : 1799-1850   – Auteur de la Comedie Humaine;titre d’une oeuvre rassemblant 95 romans ou nouvelles formant une fresque de la societe française de la Revolution à la fin de la monarchie de Juillet. La conviction que la pensée, le désir, la passion consument l’énergie humaine lui fournissent des cles pour interpreter le fonctionnement d’une societé qu’il observe avec une cruelle lucidité.

CHATEAUBRIAND  1768-1848 – Ecrivain engagé dans son temps, il regroupe autour de lui la jeunesse romantique fascinée par ses romans, et connait un destin exceptionnel qu’il orchestre avec génie dans les  » Memoires d’Outre Tombe ». Il a porté la musique de la prose française à son point de perfection.

DESBORDES VALMORE:  Poete maudit et femme malheureuse, éprouvée par des deuils familiaux, un des maitres du genres intime.

DUMAS  Pere /Auteur de romans universellement connus , fut aussi un grand dramaturge, rival de Victor Hugo.

GAUTIER Theophile / 1811-1862  :P artisan du romantisme lors de la bataille d’Hernani,  dedicataire des Fleurs du mal de Baudelaire,, chroniqueur dramatique et des recits de voyage, critique d’art et defenseur en poesie de  » l’art pour l’art ».

HUGO Victor :  1802-1885   Il est l’animateur de la révolte romantique contre le classicisme. Avec Hernani et le scandale qui s’en est suivi, Hugo domine la création dramatique romantique, il mène une vie politique  qui culmine avec son élection comme député de Paris , puis s’exile à Bruxelles, à Jersey, et à Guernesy . Les honneurs, la gloire précoce et les malheurs ne l’empechent pas d’accomplir une oeuvre considérable de poetes ( les Contemplations, ) dramaturge(Ruy Blas) et  romancier ( Les miserables) qui reflètent sa puissance d’inspiration et son optimisme généreux.

LAMARTINE   -  un recueil poetique,  » Meditations » fait de lui le maitre de la jeune génération romantique. Engagé dans une carriere politique, il connait un cuisant échec à l’election présidentielle de l’automne, il quitte la vie publique  après le 2 sdecembre 1852 et termine sa vie dans la gene…

Il y’eut également Michelet – Musset – DE Nerval -  Sand- Stael -  Sue – Vigny /

s

Publié dans LITTERATURE | 28 Commentaires »

LES MULTIPLES VISAGES DE LA PEUR Iere partie

Posté par sylvie le 27 janvier 2008

FACE AU RISQUE

La peur est la réaction de l’organisme face au danger. Elle sonne l’alerte  dans l’organisme et mobilise  nos ressources pour faire face à l’adversité étant d’éveil maximal, le cerveau analyse la situation en croisant les multiples données. Il organise notre protection et choisit la meilleure attitude : fuir, combattre ou faire le mort.

Dans certaines situations, la peur démultiplie nos capacités. Nombre de comédiens disent avoir besoin de trac pour jouer intensément. Les athlètes offrent le meilleur d’eux mêmes dans les compétitions , alors que le stress est au maximum. Pourquoi certains d’entre nous ratent -ils leurs examens ? Bégaient en public? Sont paralysés devant un saut dans le vide, un rendez vous amoureux ou un coup de fil pour annuler un dîner ?

Nous interprétons négativement nos battements cardiaques, nos mains moites et l’envie de courir … Nous cherchons à contrôler, nous usons notre énergie à tenter de réprimer notre effarement. Mémé dans des conditions de danger extrême, la peur  reste la meilleure conseillère. Malgré les idées communément admises, et relayées par le cinéma, ceux qui s’en sortent le mieux ne sont pas ceux qui se blindent, mais ceux qui écoutent leurs affects. Les militants d’organisations populaires salvadoriennes sont aussi soumis en permanence au risque de torture ou d’assassinat. Ils disent que la crainte favorise l’élaboration d’une tactique efficace. Car connaître sa propre peur permet de sentir celle de l’autre; non pas de la fantasmer, ou de l’imaginer mais de la voir, de la percevoir dans l’être réel en face de soi.

A condition de lui faire confiance, sans la minimiser ou en rajouter, la peur peut nous sauver la vie.

Les alpinistes décrivent cet état second dans lequel ils entrent lorsqu’ils passent des crevasses particulièrement dangereuses, lorsque le moindre faux pas peut être fatal..

Toutes les peurs sont elles justifiées ?  Il parait inutile et bloquant d’être effrayé par son patron, de craindre le jugement, le qu’en dira t-on, l’avion,les souris et autres araignées…un effroi excessif ou déplacé est un « élastique » ou un « racket » , l’émotion n’est alors pas à ressentir ou exprimer mais à déraciner, en écoutant le traumatisme ancien ou l’affect sous jacent.

Publié dans GEOGRAPHIE | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...