• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

JEAN FERRAT

Posté par sylvie le 21 janvier 2008

http://www.dailymotion.com/video/x32odz

 

POUR NE JAMAIS OUBLIER

Publié dans MUSIQUE | Pas de Commentaire »

LES ICEBERGS

Posté par sylvie le 20 janvier 2008

QUEL AGE ONT-ILS ?

Les   icebergs qui atteignent Terre Neuve(Arctique) ont été probablement produits par un glacier plus d’un an auparavant. Ils passent souvent un an ou plus dans les baies froides de l’Arctique, fondant lentement ou pas du tout jusqu’à ce qu’ils traversent le détroit Davis et entrent dans le courant de Labrador. Rarement les icebergs durent plus longtemps d’un an au sud de ce point. La glace peut être âgée de plus de 15000 ans!!!

COMMENT SE FORMENT-ILS?

Les glaciers se forment sur terre comme résultat d’une accumulation de neige pendant des milliers d’années. Chaque nouvelle couche de neige compresse les anciennes jusqu’à ce que, aux profondeurs au dessous de 60 m des glaciers se forment. Quant le bout d’un glacier avance dans l’ocean, les morceaux qui se cassent sont ce que nous appellons les icebergs;

OU VONT CES ICEBERGS?

Avant que les icebergs ne fondent completement, ils sont capables de voyager des milliers d’années.Pour se détruire, un iceberg peut passer 90jours  avant de se détériorer dans un mer à 0°,tandis que le meme iceberg peut passer seulement 11 jours dans une mer de 10°

ICEBERG : le mot Iceberg vient de l’anglais et de l’allemand .

en anglais : ice = glace, allemand : berg =

 montagne = d’ou iceberg = montagne de glace.

12antarktida54789.jpg

 

Publié dans NATURE | Pas de Commentaire »

LA MUSIQUE

Posté par sylvie le 20 janvier 2008

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,

Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile
La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J’escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile
Je sens vibrer en moi toutes les passions
D’un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions
Sur l’immense gouffre
Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !
(Charles Baudelaire

m23m50o3.jpg

Publié dans Non classé, POESIE | Pas de Commentaire »

OSCAR WILDE

Posté par sylvie le 19 janvier 2008

 » J’ai mis tout mon génie dans ma vie ,je n’ai mis que mon talent dans mon oeuvre…Confidence d’Oscar Wilde à André Gide (1891)

« Les enfants commencent par aimer leurs parents, en grandissant, ils les jugent, quelquefois ils leur pardonnent … Oscar Wilde.

Oscar Wilde est né à Dublin en 1854. Il est le fils d’un chirurgien irlandais de réputation internationale. Sa mère Jane Francesca Elgee est une femme pleine de ferveur nationaliste qui, dans les années 1840, soutient la cause irlandaise face à l’Angleterre.

Après des études classiques au Trinity College à Dublin, ou déjà  il fait preuve d’une forte personnalité et se distingue des autres étudiants. Oscar Wilde est admis à l’université d’Oxford. Il a notamment comme professeur John Ruskin  l’un des porte paroles d’un mouvement culturel qui estime que l’art ne doit être que la recherche du Beau, sans aucune préoccupation morale ou sociale.

Oscar Wilde est un élève brillant et distingué, il a des cheveux longs, des cravates lavllière et orne les boutonnières de ses costumes d’un lis ou d’un chrysanthème.

Esprit subtil et excentrique, dandy d’une rare élégance, sa célébrité est grande dans les milieux culturels et aristocratiques londoniens qui accueillent avec ravissement ses premiers Poèmes. Il devient très vite l’un des théoriciens de  » l’art pour l’art » et le chef des  » esthètes’, il est invité à donné une série de conférences aux Etats Unis sur l’esthétisme.

De retour en Europe, il s’installe à Paris ou il écrit deux pièces de théâtre « Duchesse de Padoue »" Vera ou les Nihilistes » ; il rencontre  les principaux écrivains  français de l’époque: Verlaine, Mallarme, Zola,Hugo. De retour à Londres, il  épouse l’une de ses admiratrices Constance Lloy. Ils auront deux enfants.

Rédacteur en chef du magazine « The womans » World », il montre ses talents de pamphlétaire et son art du paradoxe. Il s’engage à défendre également la cause féministe.

Pour ses enfants, il organise des bals costumés et écrit des contes, il publie également des nouvelles, un essai( ce serait son seul roman). Ce roman lui vaut une très grande notoriété, mais le public anglais  lui reproche l’immorabilité de certains personnages.

En 1895 Oscar Wilde décide de porter plainte en diffamation contre le Marquis de  Queensberry, le père d’Alfred Douglas, son amant, ce qui tourne mal. Finalement c’est le Marquis qui porte plainte devant les tribunaux, accusant Wilde de pervertir son fils. Oscar Wilde,est condamné pour délit d’homosexualité à deux ans de travaux forcés, il purgera cette peine dans la très répressive prison de Readlig sud de l’Angleterre.

Il sort de prison le 19 mai 1897 et s’exile en France, près de Dieppe. C’est un homme brisé et ruiné. Il prend pour pseudonyme le nom de Sebastian Melmoth.

Il publie en 1898  » la ballade de la geôle  » de Reading, un témoignage émouvant sur sa douleur de prisonnier. Il meurt  à Paris en 1900 de misère et de solitude.

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

BON WE

Posté par sylvie le 18 janvier 2008

 

PAS D’ARTICLE CE SOIR  -

JE VOUS SOUHAITE UN BON WE – BISOUS A TOUS

eoxg9n2wbonwende.jpg

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

LES PROBLEMATIQUES CLES – 1 -

Posté par sylvie le 17 janvier 2008

LA CONSCIENCE,L’INCONSCIENT ET LE SUJET

- L’homme est conscient de lui même: il est capable de se prendre lui meme pour objet de pensée. Cette conscience de soi, Descartes en fait la seule certitude qui ne puisse être remise en doute: même si l’existence du monde n’était qu’une illusion,il serait certain que j’existe en tant que  » substance pensante ». Pourtant, n’est ce pas méconnaitre la nature même de la conscience ? Loin d’être repliée sur elle meme , la conscience n’est t elle pas plutot une ouverture sur le monde et sur soi, une activité de projection vers les choses ?

- C’est la conscience qui m’ouvre au monde : mais cela n’implique pas que la conscience soit pour moi totalement transparente, n’existe t-il pas un inconscient qui me détermine à mon insu ?

LANGAGE ET COMMUNICATION

Aristote définissait l’homme comme  » le vivant possédant le langage »: la capacité linguistique semble en effet n’appartenir en propre qu’à l’homme, et le distinguer de tous les autres vivants.

Le langage permet à l’homme de penser, c’est grâce à lui que l’homme interprète le monde qui l’entoure, qu’il le classe et l’ordonne. C’est aussi par le langage qu’il entre en contact avec autrui, en ce sens, n’est ce pas le langage qui fonde la communauté humaine.

AUTRUI

Autrui est en même temps autre que moi et le même que moi , quelle est la nature de la relation qui m’unit à lui? Alors que Descartes faisait de la prise de conscience de mon existence un acte solitaire, ne faut-il pas au contraire soutenir que j’ai besoin d’autrui pour avoir conscience de moi ?

Mais s’il faut admettre que j’ai besoin d’autrui comme il a besoin de moi, ce n’est pas pour autant que nos relations seront nécessairement pacifiques : ce qui règle mon rapport à autrui, n’est ce pas la soif de domination et le désir de pouvoir.?

 

Publié dans philo | 3 Commentaires »

BONNE JOURNEE

Posté par sylvie le 17 janvier 2008

6sistwy1.gif

JE VOUS SOUHAITE UNE AGREABLE JOURNEE

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

LES SOUVENIRS D’ENFANCE

Posté par sylvie le 16 janvier 2008

Une question que l’on se pose souvent : pendant un traitement psychologique, recherche t-on systématiquement les moindres souvenirs d’enfance.

Chacun de nous , à chaque seconde de sa vie est la résultante de ce qu’il a été depuis sa naissance. Chaque moment que nous vivons est l’aboutissement inexorable des millions d’autres moments ( conscients ou inconscients) qui l’ont précédé. De même, le moment que nous vivons devient le point de départ de millions d’autres moments de notre vie ( et de la vie de ceux que nous côtoyons).

Dès notre naissance, chacun de nos actes tisse une gigantesque trame.  De plus, nous sommes engages par les actes de nos parents , les actes des parents de nos parents, etc.. Nombre de personnes croient qu’en analyse, on fouille systématiquement les moindres recoins de l’enfance, exactement comme on chercherait un cheveu dans un champ… C’est absurde. Ceci dit, certains digèrent plus ou moins  leur passé. D’autres le vomissent. D’autres ont eu un passé développant parfaitement  leur personnalité…Certains demeurent accrochés à leur passé, restent infantiles … D’autres non. Certains accumulent des lambeaux de leur passé dans un vieux sac enfoui dans l’inconscient.

Enfin il n’y a pas , dans le passé d’un homme une série de souvenirs, mais une masse considérable de situations. Ces situations sont familiales, sociales, culturelles etc… Au début d’une analyse, chaque personne  » démarre » de façon différente. Certains patients découvrent une masse de souvenirs, parlent de leurs parents, de leur traumatismes d’enfance,et.. D’autre, par contre, disent :  » je n’ai aucun souvenir, je ne me souviens de rien, je n’ai rien à dire, c’est un trou noir …  » De toutes façon, une personne qui arrive à l’âge adulte est affligée d’une personnalité infantile relativement grande, et d’un  » Moi » relativement fort. Le rôle de la psychologie est donc d’éliminer les infantilismes et de renforcer  » le Moi » : donc la personne adulte.

En analyse, chacun est absolument libre de dire tout ce qui lui passe par la tête.. Par conséquent , telle personne va commencer par tous les souvenirs d’enfance conscients qui se présentent. Et cela pour plusieurs raisons : soit parce que cela lui vient à l’esprit, soit parce qu’elle cherche avant tout un  » bouc émissaire » auquel elle puisse endosser tous ses maux. Elle considere que c’est uniquement sa situation passée qui l’a mise dans son état actuel,mais elle ne se demande pas pourquoi à l’âge adulte elle a continué à souffrir de névrose , alors que les causes premières ont disparu.

De toutes façons, le  » raclage » des souvenirs d’enfance reculés est parfois indispensable. Mais qu’est ce qui compte chez une personne atteinte de névrose ? C’est évidemment sa souffrance actuelle, ses symptômes actuels, la façon dont elle réagit actuellement  dans la vie, son inadaptation sociale actuelle…..Mais d’un autre coté ce qu’elle a est actuellement dépend de ce qu’elle a été été pendant son enfance et son adolescence..

En début d’analyse, il s’agit de faire la synthèse de ce que la personne possède (mentalement). Quelle est la force de son « Moi », quelles sont ses défenses caractérielles? Quelle est l’essence de sa névrose ?  a quoi sert sa névrose ? Quel est son degré d’angoisse ? Pourquoi a t-elle de l’angoisse ? Toutes ces questions sont évidemment primordiales… Peu à peu, à partir de sa situation actuelle, le patient va établir des  » connexions  » avec le passé..

En résumé, il faut examiner avant tout la situation et les souffrances actuelles de la personne, en fonction de l’enfance et de l’adolescence. Il ne faut jamais oublier qu’une vie humaine forme une totalité et que tout ce qui se passa dans notre vie s’inscrit en nous à tout jamais.

Publié dans psychologie | 1 Commentaire »

LES 100 PERSONNAGES QUI ONT MARQUE LE SIECLE

Posté par sylvie le 15 janvier 2008

LES CURIE

S’il est un nom indissociable de la radioactivité du radium jusqu’à la création des laboratoires de physique nucléaire, à Orsay, c’est bien celui des Curie. Tout d’abord, il y’a Pierre Curie,(1859-1906) et sa femme Marie ( 1867-1934). Tous deux avec Henri Becquerel, reçurent le prix Nobel de physique, en 1903 pour leurs travaux sur la radioactivité naturelle.

Cette découverte apporta d’immenses moyens d’études  sur la constitution de l’atome et du noyau atomique – et trouva des applications multiples en physique, en chimie et en thérapeutique.

En 1911 Marie Curie isola le radiu à l’état métallique et fut récompensée par un second Nobel ,de Chimie, cette fois. Sa fille Irene qui se maria en 1926  avec un autre physicien, Frederic Joliot, découvrit en 1934 avec son mari le principe de la radioactivité artificielle. Irene et Fréderic Joliot Curie reçurent pour leurs recherches le troisième Prix Nobel de la famille, celui de Chimie en 1935

SALVADOR DALI  : le surréalisme au quotidien

Peintre, graveur, et écrivain catalan, Salvador Dali fut, de son vivant,  » lartiste le plus célèbre du monde, après … Picasso. Ce fils de notaire s’est identifié, pour le meilleur et pour le pire , au surréalisme, le faisant même entrer dans les chaumières par le biais de la télévision.

Les moustaches, l’accent, les excentricités de ce clown de génie sont dans toutes les mémoires. Malgré un énorme déchet, du à une surproduction mercantile, son oeuvre est l’une des plus audacieuses et des plus accomplies de la peinture surréaliste,dont il fut le fougueux animateur .

Il a collaboré avec le cinéaste Luis Bunuel ,mis au point une méthode paranoiaque -critique  -    et  transcrit ses hantises.à dominante sexuelle, morbide et scatologique, sur des toiles dont la facture académique compense la stupéfiante invention onirique.

Publié dans Divers | 1 Commentaire »

JE PEUX

Posté par sylvie le 15 janvier 2008

JE PEUX

Si tu te crois battu, tu le seras;
Si tu n’oses pas, tu n’auras rien;
Si tu veux gagner, mais si tu t’en crois incapable,
Il est presque certain que tu ne gagneras pas.
Si tu crois que tu vas perdre, tu es perdu,
Car, dans le monde, on se rend compte
Que le succès dépend de la confiance en soi;
Tout dépend de notre état d’esprit.
Les batailles de la vie ne sont pas gagnées
Par les plus forts, ni les plus rapides,
Mais par ceux qui croient en eux…
En pensant toujours; « JE PEUX »

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1234
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...