• Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

LA LITTERATURE FRANCOPHONE Iere partie

Posté par sylvie le 10 janvier 2008

LA FRANCOPHONIE

Forgé au XXe siècle, ce mot désigne l’ensemble des pays ou l’on parle le français,. Un espace à géométrie variable, suivant que le français y est parlé par la majorité de la population comme c’est le cas en Wallonie, au Quebec et en Suisse romande, ou par une très petite minorité, comme en Israël ou aux États Unis. La France est, bien sur, au coeur de la francophonie, même si elle a pu jouer un rôle moins actif dans ses institutions, que le Canada, par exemple. En revanche, quand on traite de littérature francophone, on n’inclut généralement pas les écrivains français.

Une littérature francophone a pu se développer dans certains pays pour des raisons évidentes: ainsi, en en Suisse romande, on écrit depuis sept cents ans en français. Dans d’autres pays, comme ceux de l’Afrique noire, le français s’est imposé du fait de l’expérience coloniale, et parce que les langues locales n’avaient pas de forme écrite. Au Maghreb et au proche orient, le français est pratiqué en concurrence avec l’arabe, selon un jeu qui n’exclut pas une forme de complémentarité et implique des choix esthétiques, culturels et idéologiques!

EN SUISSE :

Son voisinage avec la France donne à la Suisse romande une situation paradoxale, dans la mesure où nombre de ses écrivains ont été annexés par l’histoire litteraire française. Beaucoup d’entre eux, nés en Suisse, ont été attirés par Paris, ou ils ont écrit l’essentiel de leur oeuvre. C’est le cas de Jean Jacques Rousseau ( 1712-1778) dont les Deux Discours, Emile, Julie ou la Nouvelle Heloise, les Confessions, et le Contrat social, sont des oeuvres phares des Lumières françaises.

EN BELGIQUE

Si le  » détour suisse  » de la littérature française se situe incontestablement à la fin du siècle des Lumieres,  on pourrait dater des années 1880-90 le  » moment belge » celui qui voit Bruxelles s’imposer comme rivale de Paris,et terre d’avant garde . Le bref exil bruxellois de Victor Hugo au début des années 1850 n’y est peut être pas etranger,mais l’activité intense d’un éditeur comme Kistenmackers explique mieux la montée en puissance   d’une sensibilité belge

AU QUEBEC

Louis Hemon apparait comme l’une des premieres grandes voix du Quebec litteraire avec un roman posthume  » Maria Chapdelaine » qui connaitra un succès prodigieux, mais Hemon est né à Brest, et s’il a choisi le Canada, on ne sait dans quelle nationalité le ranger..

EN AFRIQUE NOIRE

Le grand nom de la littérature africaine c’est bien sur Leopold Sedar Senghor qui  est à la fois l’un premiers Noirs à occuper une position litteraire et politique dans la France Coloniale avec le mouvement de la négritude et l’un des fondateurs d’une culture politique et litteraire  plus specifiquement africaine, en tant que president du Senégal.

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

PRIERE D’UNE SECRETAIRE

Posté par sylvie le 8 janvier 2008

Donnez-moi la sagesse d’un juge, la patience de Job et le « cuir » d’un éléphant.

Dotez mes doigts d’une agilité telle qu’ils puissent taper avant ce soir le courrier qu’on aurait dû me remettre dès hier.  Donnez-moi une ouïe tellement sensible que je perçoive la dictée qu’il marmonne, face à la fenêtre, en faisant sonner la monnaie dans ses poches.

Donnez-moi, je vous prie, cette agilité de l’esprit qui me permettra de lui rappeler les rendez-vous dont il ne m’a jamais parlé, et octroyez-moi la diplomatie d’un ambassadeur pour obtenir les sièges de train, d’avion ou de théatre dont il m’a chargée hier, assure-t-il.

Aidez-moi à comprendre qu’après m’avoir dicté une pile de lettres, toutes urgentes, il est trop fatigué pour répondre après le dîner aux gens qui le demandent au téléphone, et que je dois intercaler ces appels entre mes autres occupations et sourire encore.

Offrez-moi, je vous en supplie, une boîte magique d’où je puisse instantanément extraire enveloppes, plumes, crayons, lettres, dossiers, pierres à briquet, billets bizarres et boutons qu’il a perdus.

Aidez-moi à corriger son orthographe atroce et son style barbare, afin qu’en se relisant, il se félicite de la pureté de sa langue… et épargnez-moi les serrements de coeur s’il griffonne à l’encre des corrections que ma machine eut proprement exécutées.

Prenez soin de me rappeler, s’il sort de ses gonds, grogne, se fait hargneux ou sarcastique, que je dois sourire avec grâce et gentillesse, que je me porte bien ou mal.

Ne permettez pas que j’oublie que le téléphone de mon foyer est d’autorité à sa disposition à toute heure incongrue du jour et de la nuit, et qu’il s’attend à une voix enjouée, même si, ruisselante de l’eau du bain, je frissonne à demi-vêtue.

Enfin, gratifiez-moi d’une mystérieuse perspicacité et d’une mémoire encyclopédique des invitations et anniversaires qu’il a omis d’enregistrer.

Mettez le comble à vos faveurs et donnez-moi cette ultime illumination qui me permettra de remplir mes devoirs de : secrétaire, femme de journée, hôtesse, diplomate, comptable, téléphoniste, commis aux dossiers et aux registres, dame de vestiaire, etc…

Si vous m’exaucez, je vous serai éternellement reconnaissante.

POUR TOUTES MES COLLEGUES -SECRETAIRES

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

MON HUMEUR DU SOIR

Posté par sylvie le 8 janvier 2008

SE PRENDRE EN MAIN :

Ne jamais laisser les autres agir à notre place ou décider de ce qui est bon pour nous. Nul ne peut vivre notre vie à notre place.

BONNE NUIT A TOUS

298b5f7g.gif

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

LE CLIMAT POLAIRE

Posté par sylvie le 6 janvier 2008

LE CLIMAT POLAIRE

GRAND FROID AU GRAND NORD

Glaces continentales permanentes et banquise : le froid caractérise le climat polaire. Été comme hiver, une masse d’air froid, très dense, stagne au dessus de l’Articque. C’est le faible éclairement solaire incident qui en est responsable. Ici , la terre perd plus d’énergie qu’elle n’en reçoit du soleil : le complément est apporté par l’océan et l’atmosphère.

CINQ MOIS D’HIVER,TROIS MOIS D’ETE

La rotondité de la terre est la cause des différences de climats, et son inclinaison face au soleil, celle des saisons. En Arctique, il existe deux saisons principales , très inégales : 9 mois d’un long hiver sombre et glacial et 3 trois mois d’un bref été, très frais. Printemps et automne ne durent que quelques semaines.

FROIDURE ET SECHERESSE : UN DESERT GLACIAL

Au pôle Nord, le ciel est souvent clair, même en hiver, par manque d’humidité: la mer, gelée, ne peut s’évaporer. Les précipitations, peu abondantes, y sont comparables à celles d’un désert! En revanche, le climat des terres côtières est plus humide. Lors du dégel, les dépressions atlantiques arrivent au-dessus de la banquise, amenant un peu de neige, voire pluie et brouillard.

Un climat encore plus rigoureux sur les terres. En hiver, il fait moins froid sur la banquise (environ -40°au pôle) que sur les continents ( jusqu’à – 67° en Siberie) En été, à l’inverse, les continents se réchauffent plus vite et plus intensément que l’océan.

11antarktida68452.jpg

SIX MOIS DE JOUR,SIX MOIS DE NUIT02antarktida39464.jpg

Les régions polaires connaissent un grand contraste entre le jour perpétuel de l’été et les ténèbres de l’interminable hiver. Le cercle polaire constitue le lieu des points ou le soleil  ne franchit plus l’horizon aux solstices: il ne se couche pas le 21 juin ne se lève pas le 21 décembre. Sa position est due à l’inclinaison de l’axe de rotation abstraite, elle correspond au lieu géographique à partir duquel on peut observer le mythique soleil de minuit. A l’intérieur de ce cercle, lorsqu’on remonte vers le nord, le nombre de nuits continues de l’hiver et des jours permanents de d’été  augmentent progressivement. Au pôle lui même, nuit puis jour polaires durent chacun six mois.

Au Groenland, la présence de la seule véritable calotte polaire de l’arctique maintient une plus grande rigueur climatique toute l’année : 10° de moins qu’au pôle, excepté sur la cote et vers le sud ou l’influence de l’atlantique devient plus franche.

                                          LA FAUNE POLAIRE

Une vingtaine de mammifères ( renard, renne, lemming, lièvre, écureuil ou musaraigne) quelques centaines d’insectes, de nombreux oiseaux, la faune Arctique est bien plus abondante que celle de l’antarctique, ou, hormis les oiseaux, le plus gros animal terrestre est un insecte!! Mais en Arctique, il n’y a presque pas de reptiles ni d’amphi biens, car ils n’y trouvent pas assez de soleil.

Pendant le bref été boréal, les animaux se nourrissent en abondance et se reproduisent . Souvent , la croissance des jeunes est très rapide car ils devront affronter le froid de l’hiver ou de longues migrations, quelques semaines seulement après leur naissance.

 

En Siberie, comme au Canada, nombreux sont les animaux qui refluent vers la taïga à l’approche de l’hiver. Par exemple, les caribous migrent en immenses troupeaux traversant cours d’eau et marécages afin d’atteindre les vastes forêts du Grand Nord. Ces migrateurs entraînent dans leur voyage leurs prédateurs … Les loups.

En hiver, les animaux à sang chaud s’isolent du froid: fourrure ou plumage épais et matelas de graisse. Les plus petits mammifères (musaraignes, campagnols) s’installent  » au chaud » sous la neige. Profitant du reste de tiédeur emmagasiné dans le sol, ils se nourrissent des plantes ensevelies. D’autres hibernent comme l’écureuil spermophile.

Dans la toundra, la différence de température entre le corps d’un mammifère et celle de l’air est considérable, elle peut atteindre 82°   en hiver. Or un abaissement de la température interne de quelques degrés peut être mortel, sauf pour les animaux qui hibernent.Les mammifères produisent leur propre chaleur grâce à leur métabolisme, la nourriture fournissant l’énergie nécessaire. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les animaux de la toundra n’ont pas de problèmes majeurs pour se nourrir: l’été la végétation est riche et croît rapidement grâce au jour permanent, l’hiver la nourriture est au réfrigérateur : le froid évite aux aliments de se décomposer. Leur problème est plutôt de limiter au maximum la perte de chaleur corporelle, à l’extérieur.

Pour se protéger du froid, il existe plusieurs parades :

 - la fourrure: elle s’épaissit et souvent blanchit l’hiver, constituant l’arme essentielle contre la déperdition de chaleur et un excellent camouflage.

- une épaisse couche de graisse: c’est aussi un bon isolant et une source d’énergie pour les mammifères de l’extrême.

-La forme du corps : les espèces arctiques sont en général  » ramassées » pour diminuer proportionnellement la perte de chaleur par rapport à leur masse, et leurs extrémités les plus exposées au froid sont plus petites ( oreilles, queues, nez, pattes).

g10751980975509laplaneteblancheours.jpg

Publié dans GEOGRAPHIE | Pas de Commentaire »

BON WE

Posté par sylvie le 5 janvier 2008

_

 

bonweek.gif

               BON WE A TOUS

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

HONORE DE BALZAC

Posté par sylvie le 3 janvier 2008

HONORE DE BALZAC

Le   20 Mai 1799  nait à Tours Honoré Balzac, fils d’un fournisseur aux armées. L’enfant, mélancolique, n’a pour seul refuge que la lecture. Employé, pendant ses études, chez un notaire parisien, il s’amuse et s’impregne des drames familiaux et financiers qui trouvent leur aboutissement dans l’étude de son employeur.

A 20 ans, il passe le baccalaureat de droit, et avec l’accord de sa famille décide de se consacrer à la litterature. Il écrit un drame  » Cromwell » , un academicien le lit et lui conseille d’abandonner la littérature.

Puisqu’il ne semble pas doué pour le theatre, Balzac se lance alors dans le roman feuilleton, signant Horace  de Saint Aubin ou Lord R’hoone. Ce roturier a herité de son père le gout de la noblesse et sera souvent critiqué  pour avoir ajouté une particule à son patronyme.  En 1823 il rencontre Laure de Berny , voisine de ses parents. Elle a 15 ans de plus que lui. Ils s’aimeront pendant plus de dix années . De cet amour naitra  » Le lys dans la vallée » mais aussi le romancier de  » La comedie humaine ». Laure de Berny initie le jeune provincial au milieu aristocratique de la capital et l’aide financièrement dans ses entreprises: maison d »edition, imprimerie. Balzac bien que persuade qu’il va gagner une fortune  » subite et colossale »  fait chaque fois faillite. Il n’aura jamais le sens des affaires, et toutes ses entreprises financières seront des échecs. Tout en frequentant les salons, où son élegance tapageuse ne passe pas inaperçue, et en s’eprenant de femmes dela haute societé , il se documente curieux de tout, et fait aussi du journalisme.

En 1829 il publie  » Les chouans »  première pièce de sa comedie humaine qui comptera  31 romans et nouvelles.; renonçant aux aventures mondaines pour se consacrer à son oeuvre il va désormais publier en moyenne trois romans par an.Cet homme débonnaire et généreux, au physique comme au moral, qui aime le luxe, gaspille fastueusement l’argent que lui rapportent ses livres. Pour payer ses dettes, il travaille la nuit, écrit quinze heures de suite en buvant des litres de café, se nourrissant de tartines de sardines et de beurre mélangés, réinventant ses romans sur les épreuves que lui envoient les imprimeurs . Pour échapper à ses créanciers, il se cache, déménage, se deguise… et commence à ressentir des douleurs cardiaques.

A 32 ans il est célebre dans toute l’Europe et s’eprend de la comtesse Hanska ,l’une de ses admiratrices . Elle est l’épouse d’un comte russe , vieux et tres riche, et qui, aux yeux du perpetuel désargenté qu’est Balzac, lui donne un charme supplementaire.  La comtesse etant rarement à Paris, leur passion mutuelle s’exprime surtout de façon épistolaire. La comtesse est enfin veuve en 1841 . Pour l’épouser, mais le mariage se trouve sans cesse retardé, Madame Hanska etant moins pressée que son soupirant – Balzac est pret à prendre la nationalité russe ;le 14 mars 1850 ils se marient.

Entretemps l’academie française a refusé de l’accueillir, son génie s’est tari.Il souffre du coeur et ne parvient plus, malgré le café, à  » produire » pour calmer les créanciers et les directeurs de journaux qui lui réclament des chapitres payés d’avance. Son mariage le comble mais c’est un homme usé, épuisé , qui revient à Paris. Il doit s’aliter.  Son ami, Victor Hugo lui rend une dernière visite le 18 aout 1850, quelques  heures plus tard à  51 ans meurt Honore De Balzac . Il n’a pas achevé l’oeuvre gigantesque qu’il s’etait proposé de batir. Mais il a inventé, en moins de 20 ans deux mille cinq cents personnages, parmi lesquels certains sont devenus universels.

Il a révolutionné le roman français, lui apportant une dimension que l’on ne retrouve que chez les grands romanciers russes et anglo-saxons: une façon unique de préparer lentement le lecteur puis d’accélerer les scenes jusqu’à leur fin rapide, une grande maitrise dans les découpages de l’intrigue et la mise en avant de détails symboliques. Avant Zola, il a décrit une société hantée par l’argent, avant Freud il a démonté le mécanisme des passions, melant dans son univers romanesque tous les genres: poesie, drame, comedie,  et panorama social.

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

JEAN MOREAS

Posté par sylvie le 3 janvier 2008

JEAN MOREAS

Poete

Ioannis Papadiamantopoulos  dit Jean Moréas est un poète grec  né à Athènes  15 avril 1856 et mort a Saint Mandé le 30 avril 1910

Issu de deux familles grecques, fils de magistrat, Jean Moreas reçoit une éducation française et vient à Paris en  1875 pour y faire ses études de droit. Il y fréquente les cercles littéraires, notamment les Hydropathes. Il rentre en Grèce brièvement avant de revenir se fixer à Paris vers  1880.

Il publie dans « Lutece et Le chat noir  et fait paraître ses premiers recueils poétiques: les Syrtes et les Cantilènes. D’inspiration verlainienne, ces deux recueils  pourraient se rattacher au mouvement décadent si leur auteur ne récusait celui ci pour revendiquer l’étiquette  » symboliste ». Il rejette en effet l’ésotérisme de la poésie décadente ainsi que l’ambiguïté de l’épithète et note que :  » la critique, puisque sa manie d’étiquetage est incurable, pourrait les appeler plus justement des symbolistes ».

Il développe cette conception dans le  » manifeste littéraire » qu’il publie dans le supplément littéraire du Figaro qui fonde le mouvement symboliste en rompant tant avec le décadentisme qu’avec le Parnasse. Selon lui,  » la poésie symboliste cherche à vêtir l’idée d’une forme sensible qui ne serait pas son but à elle même, mais qui, tout en servant à exprimer l’idée, demeurerait sujette », ce qui suppose  » un style archétype et complexe: d’impolie vocables, des pléonasmes significatifs, les mystérieuses ellipses, l’anacoluthe en suspens, tout trop hardi et multiforme »

Moreas cherche à passer de la théorie à la pratique avec  » les Demoiselles Goubert », écrit en collaboration avec Paul Adam, grand roman symboliste qui connaît un échec complet. Le recueil de poésie  » le Pèlerin passionné  » suscite une indifférence polie. L’auteur y prend déjà ses distances avec les influences germaniques et scandinaves sensibles dans une partie de l’inspiration symboliste.

Approfondissant cette esthetique, il se détourne du symbolisme pour fonder l’ecole romane, qui veut rompre avec l’hermetisme et opposer à l’obscurité et au brumes du nord la lumière du monde gréco-latin. Son recueil le plus célèbre  » les Stances » illustre cette nouvelle ambition avec plus de bonheur que les oeuvres antérieures , dans une langue d’une pureté classique qui rappelle Andre Chénier.

EXEMPLE DE POEME :

L’INVESTITURE

Nous longerons la grille du parc,

A l’heure où la Grande ourse décline,

Et tu porteras, car je le veux

Parmi les bandeaux de tes cheveux

La fleur nommée asphodèle.

Tes yeux regarderont mes yeux

A l’heure où la Grande Ourse décline,

Et mes yeux auront la couleur

De la fleur nommée asphodèle

Tes yeux regarderont mes yeux

Et vacillera tout ton être

Comme le mythique rocher

Vacillait, dit on , au toucher

De la fleur nommée Asphodèle.

                   JEAN MOREAS

;

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

L’AMITIE

Posté par sylvie le 3 janvier 2008

L’AMITIE

les vrais amis t’aiment pour ce que tu es et non pas pour ce qu’ils voudraient que tu sois ………..TED RALL

C’est ça qu’il y’a de merveilleux avec l’amitié: on ne juge pas et on n’est pas jugé. Pourquoi ? Parce que c’est ça l’amitié.

on choisit délibérement une personne pour ce qu’elle est et non pas pour ce qu’on aimerait la voir devenir.

Une fois ce postulat de base établi, régle non dite et non écrite puisqu’elle coule de source,  les rapports sont sains, agréables, et enrichissants.

Une amitié nous fait grandir nécéssairement; non pas parce que quelqu’un va nous conseiller sans cesse ou nous dire quoi faire,, au contraire, c’est parce que cette personne, qu’on a le privilège d’avoir pour ami (e) va tout simplement nous laisser être et grandir. Meme si elle doit nous regarder nous casser la figure à quelques reprises.

 L’amitie n’a pas de prix!

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

LES PERSONNAGES QUI ONT MARQUE LE SIECLE

Posté par sylvie le 1 janvier 2008

Bonne année à tous!

Il etait bon de commencer la nouvelle année en pensant aux personnes qui ont marqué le siecle !

ALEXANDRE SOLJENITSYNE : la Sainte Russie.

Victime du systeme concentrationnaire sovietique, Soljenitsyne a conquis la gloire en osant le dénoncer. Exaltant la liberté interieure de l’homme, la fraternité des bagnards face à leurs bourreaux, il dénonce aussi la dénaturation de la Russie et de l’âme russe par la modernisation forcée, l’atheisme liberal, puis marxiste. Avec Soljenitysine renait la tradition antioccidentale qui s’exprime jusque dans sa langue, drue, d’ou sont bannis tous les gallicismes et germanismes.  Prophete parfois qualifie de réactionnaire, il ne voit le salut de l’humanité que dans le renoncement au progrès technique et à la science, à la conception anthropocentrique du monde au  profit du mysticisme religieux.

ERIC TABARLY : l’homme tranquille de la mer.

La civilisation des loisirs et le culte du sport ont permis l’essor de la navigation dite de plaisance. Une discipline purement anglo-saxonne jusqu’à l’apparition, en 1964  d’Eric Tabarly et ses disciples ( Colas, Kersauson, Pajot,Poupon, les frères Peyron parmi d’autres) ont fait des grandes courses au  large leur terrain de jeux.

Cet officier discret,voire taciturne, plus à l’aise à la barre que devant un micro ou une caméra, devint célèbre à 33 ans  en remportant la deuxième course transatlantique en solitaire. Il a été le premier au monde à faire construire des bateaux dans des materiaux légers et modernes , c’est lui qui a lancé la formule des catamarans de haute mer  , des trimarans, des hydrofoils, bref, il est l’instigateur de tous ces étranges coursiers qui, barrés par ses anciens équipiers, ont triomphé- et triomphent encore, sur toutes les mers du globe.La voile française, ,les architectes navals français, la plaisance et la course au large doivent beaucoup à  Tabarly.

MERE TERESA

Sur le fronton d’une maison, à Calcutta, un écriteau indique , en anglais et en bengali :  » Etablissement pour moribonds abandonnés »; à l’intérieur deux grandes pièces de 72 lits  chacune, l’une pour les femmes, l’autre pour les hommes. Il ne s’agit là que d’un exemple parmi la centaine de réfugiès d’école, de dispensaires crées depuis 1950 par Mere Teresa, la fondatrice des congrégations des Missionnaires de la charité. La voie douce et bien timbrée, drapée dans un sari blanc bordé d’un large ruban bleu, l’épaule  frappée d’un  discret crucifix, Mere Teresa explique son oeuvre par ces deux phrases :  » ils ont vécu comme des animaux, mais ici ils meurent comme des anges ».  » Sans la conviction que c’est le Christ lui même que l’on voit à travers ces deshérités, pareil genre de vie serait impossible »telles sont les phrases qu’elle fait passer autour d’elle !! une veritable sainte !

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

1234
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...