• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 15 février 2008

Posté par sylvie le 15 février 2008

FRIEDRICH NIETZCHE

PHILOSOPHE ALLEMAND

Ne  le 15 Octobre 1844 à Rolcken

décédé le 25 août 1900 à Weimar

La découverte de Schopenhauer marque le jeune Nietzche puis il rencontre Wagner dont il est un fervent admirateur et deviendra un intime. Pourtant il se brouillera rapidement avec lui  jugeant  » parsifal » le sommet de la dégéneres-

cence  de l’art allemand.

Il connait l’échec de ses publications , dès lors il voyage entre l’Allemagne et l’Italie et poursuit son oeuvre.    « Aurore  » est un échec cuisant mais Nietzche n’abandonne pas et écrit  » Ainsi parlait Zarathoustra »ou prend la naissance du surhumain . Sa philosophie à travers une morale cynique dresse une affirmation de l’etre et organise une violente critique à l’égard du christianisme , allant jusqu à affirmer que Dieu est mort.

L’effondrement des valeurs prédit par Nietzche permettra de libérer l’etre humain de ses afflictions tout en dénonçant le risque totalitaire . 

Son dernier ouvrage  » Ecce Homo » où domine le sentiment de joie  sera suivi de crise de démence due à la syphillis.  Il vivra encore 11 ans sans avoir retrouvé ses esprits.

CRITIQUE DE L’OEUVRE

Qui pourrait dire qui était Nietzche ? Il s’est plu  à brouiller toutes les pistes, à porter tous les masques, il se moque des ascètes, et a vécu comme un moine, seul , faible et souvent malade.

Fut-il cet esprit criminel qui voulut assassiner Dieu comme le lui reprochaient certains religieux ?  Philosophe plus dangereux que la foudre ? contempteur des valeurs morales , iconoclaste vaniteux, égocentrique délirant ?

SES CITATIONS

 » Le bonheur, quel qu’il soit, apporte air,lumière et liberté du mouvement »

 » Nos défaites sont les yeux avec lesquels nous voyons l’idéal ».

 » expérimenter c’est imaginer »

« Le verdict du passé est toujours le verdict d’un oracle, vous ne le comprendrez que si vous êtes les architectes de l’avenir »

 » tout acte exige l’oubli »

 » Je suis trop fier pour croire qu’un homme m’aime cela suppose qu’il sache qui je suis »

 » Ce qui ne me tue pas me rend plus fort  » .

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

ALBERT CAMUS

Posté par sylvie le 15 février 2008

Biographie d’Albert Camus :

Ecrivain français, romancier, auteur de pièces de théâtre, journaliste. Albert Camus n’a pas connu son père et a passé son enfance avec sa mère en Algérie. Sa santé (tuberculose) ne lui permet pas d’accéder à une carrière universitaire. Après une licence de philosophie, il devient journaliste engagé (parti communiste et Alger-Républicain), puis fut résistant. D’une courte adhésion au parti communiste, il retire une méfiance de l’endoctrinement et la certitude que la stratégie politique ne devait jamais prendre le pas sur la morale. En 1943, il rencontre Jean-Paul Sartre et travaille au journal « Combat ».

Albert Camus élabore une philosophie existentialiste de l’absurde résultant du constat de l’absence de Dieu et de sens à la vie. La prise de conscience de cette absurdité doit être considérée comme une victoire de la lucidité sur le nihilisme qui permet de mieux assumer l’existence en vivant dans le réel pour conquérir sa liberté. L’homme peut ainsi dépasser cette absurdité par la révolte contre sa condition et contre l’injustice.

Albert Camus met à profit son talent d’écrivain pour diffuser sa philosophie en adaptant la forme au sujet. Le roman symbolique et l’?uvre théâtrale sont utilisés comme moyens d’expression pour les idées et les doutes. L’auteur de « La Chute » se tourne vers un humanisme sceptique et lucide pour lequel il convient avant tout d’être juste. Il est prix Nobel de littérature en 1957 et meurt dans un accident de voiture.

Publié dans LITTERATURE, Non classé | 1 Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...