• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 2 mars 2008

Posté par sylvie le 2 mars 2008

MARCEL PROUST

Valentin Louis Georges Eugène Marcel Proust( 1871-1922) est un écrivain français dont l’oeuvre principale s’intitule  » A la recherche du temps perdu » . Marcel Proust demeure l’ écrivain français traduit et diffusé dans le monde.

Marcel Proust est né le 10 juillet 1871 à Auteuil,dans la maison de son grand-oncle maternel, Louis Weil. Sa mère, fille d’un agent de change juif , d’origine alsacienne lui apporte une culture riche et profonde et lui voue une affection parfois envahissante. Son père, fils d’un commerçant d’Illiers, professeur à la faculté de Médecine de Paris après avoir commencé ses études au séminaire, est le premier grand hygièniste français, conseilleur du gouvernement pour la lutte contre les épidémies. Marcel est baptisé à l’Eglise St Louis à Paris. Or la commune fait rage à Paris en Mai  1871, un soir qu’Adrien Proust rentre chez lui, une bale tirée par un insurgé l’atteint à la jambe. Jeanne en apprenant cet évenement est saisie d’une telle frayeur que l’enfant qu’elle met au monde le 10 juillet suivant en portera les stigmates toutes sa vie.

Marcel est fragile, et le printemps devient pour lui la plus pénible des saisons: les pollens libérés par les fleurs dans les premiers beaux jours provoquent chez lui de violentes crises d’asthme. A neuf ans, alors qu’il rentre d’une promenade au bois de Boulogne avec ses parents, il étouffe, sa respiration ne revient pas, son père le voit mourir… Un ultime sursaut le sauve. Voilà maintenant la menace qui plane sur l’enfant et sur l’homme plus tard, la mort peut le saisir dès le retour du printemps, à la fin d’une promenade, n’importe quand, si une crise d’asthme est trop forte.

Après des études au lycée Condorcét, il devance l’appel sous les drapeaux et accomplit son service militaire à Orleans. Rendu à la vie civile, il suit à l’ école libre des sciences politique, les cours d’Albert Sorel  (qui le juge pas trop intelligent) lors son oral de sortie.

En 1894  il publie  » Les plaisirs et les jours » un recueil de poèmes en prose, portraits et nouvelles dans un style fin de siècle ou son art se montre plein de promesses.   Illustré par Madeleine Lemaire dont Proust fréquente le salon avec son ami le compositeur Hahn, le livre passe à peu près inaperçu et la critique l’accueille avec sévérité, notamment décrivaient Jean Lorrain, réputé pour la férocité de ses jugements, il en dit tant de mal qu’il se retrouve au petit matin sur un prè, un pistolet à la main. Face à lui, un pistolet à la main : Marcel Proust.  Tout se termine sans blessures, mais non sans tristesse pour l’auteur débutant. Ce livre vaut à Proust une réputation de mondain dilettante qui ne se dissipera qu’àprès la publication des premiers tomes de  » A la recherche du temps perdu »

« LE MOI SOCIAL ET LE MOI PROFOND

La fortune familiale lui assure une existence facile et lui permet de fréquenter les salons du milieu bourgeois et de l’aristocratie. Il y accumule le matériau nécessaire à la construction de son oeuvre : une conscience plonge en elle même, recueille  tout ce que le temps vécu y a laissé intact et se met à reconstruire, à donner vie à ce qui fut ébauches et signes. Lent et patient travail de déchiffrage comme s’il fallait en tirer le plan nécessaire et unique d’un genre qui n’a pas de précédent, qui n’aura pas de descendance: celui d’une cathédrale du temps. Le temps, n’ existe ni au présent, ni au futur, mais au seul passé dont la prise de conscience est proche de la mort.  L’analyse du snobisme et de la société aristocratique et bourgeoise de son temps fait de l’oeuvre de Proust une interrogation majeure des mobiles sociaux de l’individu et de son rapport aux autres, instruments de l’ascension sociale. Comme Balzac, Proust a su créer un monde imaginaire, double de celui réelle dans lequel il évoluait, peuplé de personnages devenus aujourd’hui des archetypes sociaux ou moraux. L’amour et la jalousie sont également analysés sous un jour nouveau.

L’ECRITURE DE LA RECHERCHE

Après la mort de ses parents, sa santé déjà fragile se détériore davantage en raison de son asthme. Il vit en reclus et s’épuise au travail. Son oeuvre principale  » A la recherche du temps perdu » sera publiée entre 1913et 1927 c’est à dire en partie à titre posthume.  Il ne reste plus à Proust que trois années à vivre. Son homosexualité , inavouable dans la société de l’ époque ,est latente dans son oeuvre. Il travaille sans relâche à l’écriture des cinq livres suivants de  » a la recherche du temps perdu  » jusqu’en 1922. Il meurt épuisé, le 18 novembre 1922 d’une angine mal soignée.  Il est enterré au cimetiere du Pere Lachaise,à Paris.

SURVOL DE L’OEUVRE

Des critiques ont écrit que le roman moderne commençait avec Proust. En rompant avec la notion d’intrigue, l’ écrivain devient celui cherche à rendre la vérité de l’âme. La composition de  » La reche en témoigne: les thèmes tournent selon un plan musical et un jeu de correspondances qui s’apparentent à la poésie. P’roust voulait saisir la vie en mouvement, sans autre ordre que celui des fluctuations de la mémoire affective. Il nous laisse des portraits uniques, des lieux recrées , une réflexion sur l’amour et la jalousie, une image de la vie, du vide de l’existence, et de l’art.  Il nous laisse surtout un style composé de phrases’s longues, pareilles à une respiration dans laquelle on s’embarque.  L’oeuvre de Proust est aussi une réflexion majeure sur le temps. La Recherche permet de s’ interroger sur l’existence même du temps, sur sa relativité et sur l’ incapacité à le saisir au présent. Une vie s’ écoule sans que l’individu en ait conscience et seul un évenement fortuit fait surgir à la conscience le passé dans son ensemble et comprendre que seul le temps écoulé, » perdu » a une valeur

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...