• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 9 avril 2008

CONNAISSANCE DE SOI

Posté par sylvie le 9 avril 2008

Apprendre à mieux vous connaitre, c’est apprendre à considerer toutes les facettes de votre personnalité dans le but de choisir les meilleures options possibles.

La connaissance de soi c’est aussi aller vers une meilleure comprehension de soi. Elle peut vous aider à comprendre davantage ce qui vous motive, pourquoi vous agissez de telle ou telle manière. La connaissance de soi vous permet de donner une direction plus précise à votre vie, vous connaitre , c’est savoir ce que sont :

LES CROYANCES : ce sont les idées auxquelles vous croyez, vos convictions. Elles sont à la base de vos comportements, elles sont apprises.

LES VALEURS : c’est ce qui est important dans votre vie. Elles donnent un sens à ce qui est fait . Elles proviennent de vos coroyances les plus fondamentales et elles sont aussi apprises.

LES BESOINS : ce sont des exigences. Les besoins peuvent être nécessaires,utiles ou superficiels. Ils s’expriment la plupart du temps lorsqu’un manque est resenti. Ils peuvent être appris, innés, constants ou momentanés.

LES RESSOURCES! ce sont les forces personnelles de l’esprit, du caractère qui vous permettent d’agir en utilisant tout votre potentiel ( ex bon jugement, force physique etc)

LES LIMITES : ce sont les frontières à l’interieur desquelles vous êtes capable de fonctionner, frontières que les possibilités physiques ou intellectuelles ne peuvent dépasser.

HABILETE : ce sont vos attitudes, vos capacités à faire quelque chose, être habile de vos mains s, calcul etc)

SENTIMENTS : ce sont des états affectifs assez stables et durables.

COMPORTEMENT : ce sont des manières d’être et de se conduire qui sont visibles ( ce que vous faites, parler , compter, reparez, diriger etc..)

Publié dans Non classé, psychologie | Pas de Commentaire »

GLACES ARCTIQUES – BANQUISE : Glace de Mer

Posté par sylvie le 9 avril 2008

UNE COUCHE DE GLACE A LA SURFACE DE LA MER

En fin d’été, le froid polaire s’installe, parfois brutalement ( -40°) . la surface de l’océan se refroidit. Quand elle atteint – 2° les premiers cristaux de glace se forment. Une fois la surface gelée, l’eau de mer se trouve isolée de l’air froid et le processus se ralentit. La banquise s’épaissit alors lentement par la face  inférieure, jusqu’à atteindre environ deux metres.

DOUCE OU SALEE ?

En gelant, l’eau de mer forme une imbrication de cristaux de glace d’eau douce et de gouttelettes de saumure. Durant l’hiver, ces gouttelettes salées se regroupent, dessinent des réseaux plus larges, puis des poches et migrent vers le bas, avant d’être rejetéees en mer. Ainsi, en vieillissant la banquise s’adoucit.

AINSI VIT LA BANQUISE

Au coeur de l’hiver, la banquise s’étend sur pres de 15 millions de km2 dont pres de la moitie fondra durant l’été. La partie restante persistera 2.3,4 ans ou plus et son épaisseur atteindra alors quatre à cinq metres. Pendant ce temps,  cette croute de glace traversera l’ocean glacial, emportée par les courants, c’est la dérive arctique.

UN RADEAU CHAOTIQUE

La banquise n’est qu’une fine coquille d’oeuf comparée aux 4000 metres d’eau sur lesquels elle flotte. Emportée par les courants, harcelée par les vents, sans cesse elle se brise, s’ouvre, se chevauche, créant, ici des chenaux d’eau libre, , là des rides de glace dont la crête peut atteindre une dizaine de metres de haut.

DANS LE FROID: GARDER LE CHAUD!

Dans la toundra, la différence de température entre le corps d’un mammifere et celle de l’air est considérable : elle peut atteindre 80° en hiver. Or, un abaissement de la température interne de quelques degrès peut être mortel, sauf pour les mammiferes qui hibernent.

Les mamiferes produisent leur propre chaleur grâce à leur métabolisme, la nourriture fournissant l’énergie nécessaire. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les animaux de la toundra n’ont pas de problème majeur pour se nourrir : l’été , la végétation est riche et croit rapidement grâce au jour permanent , l’hiver, la nourriture est au réfrigérateur : le froid évite aux aliments de se décomposer . Leur problème est plutot de limiter au maximum la perte de chaleur corporelle à l’extérieur.

STRATEGIES ANTI REFROIDISSEMENT

Pour se proteger du froid, il existe plusieurs parades :

- la fourrure : elle s’épaissit et souvent blanchit l’hiver, constituant l’arme essentielle contre la déperdition de chaleur et un excellent camouflage.

- une épaisse couche de graisse : c’est aussi un bon isolant et une source d’énergie pour les mammifères de l’extrême.

- la forme du corps . Les espèces arctiques sont en général  » ramass’ees » pour diminuer proportionnellement la perte de chaleur par rapport à leur masse et leurs extrémités, les plus exposées au froid, sont plus petites ( oreilles, queues, nez, pattes)

PROCHAIN ARTICLE : Ours polaire

PROCHAIN ARTICLE PSYCHO SUR MON AUTRE BLOG : la connaissance de soi .

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...