VERLAINE

Posté par sylvie le 10 mai 2008

PAUL VERLAINE

Poete français

1844-1896

30 mars 1844: naissance de Paul-Marie Verlaine. Il est le fils unique d’une famille bourgeoise aisee, qui recueillera une nièce ,Elisa qui jouera le role de grande soeur auprès de Paul.

Bachelier à 18 ans, il s’inscrit en droit  mais frequente surtout les cafes et les poetes. Il renonce à études pour travailler dans un cabinet d’assurances. Il publie en 1866 sept poemes : poemes saturniens et « les fetes galantes » qui sont marqués par l’influence  de la poesie parnassienne meme si l’on voit déja  s’y dessiner des traits personnels : sensualite,melancolie, et…Tout à fait propre à la poetique verlainienne.

Le déces de sa cousine Elisa,dont il etait follement épris, le mine si bien qu’il se réfugie dans l’alcool. Il mene une vie crapuleuse par la suite à Arras, il tente par deux fois de tuer sa mère à quelques jours d’intervalle. Il rencontre Rimbaud qui lui a envoyé ses premiers poemes de Charleville, ils visitent Paris et trainent dans les cafés ensemble. Ils frequentent le cercle d’amis des poetes zudiques, malgre leur largeur d’esprit ces jeunes poetes – dont Mallarme-  sont scandalisés par la violence de l’attitude de Rimbaud.  Ecartele entre sa vie de famille et son amour pour Rimbaud, Verlaine boit de plus en plus,sa femme,victime de violences conjuguales le quitte, Verlaine vit avec Raimbaud pour qui il ecrit  » ariettes oubliées »

mais les scenes entre eux sont de plus en plus frequentes et Verlaine blesse Rimbaud d’un coup de pistolet…  Ils se separeront par la suite- c’est dans sa cellule qu’il ecrit les poemes du recueil  » romances sans paroles » sur la periode de sa vie en communaute avec Rimbaud.

En 1896 , à 52 ans,il décede d’une congestion pulmonaire, sur sa tombe discours de Bares, Coppee, Kahn, Mallarme

Il etait devenu l’un des écrivains les plus admirés de sa génération et son influence sur les jeunes poetes etait déjà grande, notamment par les symbolistes dont il fut le maitre.

DANS MON AUTRE BLOG : HEIDEGGER  

Une Réponse à “VERLAINE”

  1. LITTERATURE OFFICIELLE dit :

    Après vérifications et confirmations, l’inédit de Rimbaud était bien un faux !

    Un premier article suspect mais assez intriguant (reproduit ci-après) était apparu sur le NET à l’annonce de la découverte d’un texte inédit de Rimbaud :

    L’auteur d’un des coups montés les plus audacieux de ces dernières décennies s’est manifesté sous le nom d’emprunt « Jean Daube Rit » (presque anagramme douteux du pseudonyme adopté par le jeune Rimbaud lui-même « Jean Baudry »). De source indiscutable, l’imposture a été prouvée auprès d’un certain journaliste parisien collaborant à la rédaction d’une célèbre revue littéraire (et qui a préféré -on le comprend- garder l’anonymat). Le faux a été effectué grâce à la recomposition frauduleuse d’archives anciennes à l’aide de vieilles feuilles vierges (authentiques celles-là) ajoutées à la revue en question qui aurait été ensuite « retrouvée » chez un bouquiniste de Charleville-Mézières. Affaire à suivre…

    Piégé comme les autres, Nabe hier soir dans l’émission de Taddéi sur France 3 (le 19 mai 2008) a pour la première fois lu ce faux à l’adresse de millions de crédules !

    Cet article publié sur plusieurs sites officiels était demeuré anonyme.

    Puis dans un second temps le falsificateur -ou prétendu tel- s’est dévoilé dans les termes suivants à travers un autre article, dûment signé cette fois :

    Voilà : je suis l’auteur de cette imposture qui est en train de prendre des proportions énormes. J’en frémis d’horreur. Et d’aise. Je n’en suis pas à mon coup d’essai il est vrai : j’avais déjà fabriqué des faux documents littéraires à propos de Maupassant et de Hugo, pour ne parler que des plaisanteries un peu consistantes (publiées sur support papier « authentique », donc)… Bien entendu mes potacheries n’avaient jamais marché, du moins pas au point de déranger les cercles officiels. Jusqu’à ce que je m’essaye à un « faux Rimbaud ». Cette fois la supercherie a été prise au sérieux, trop. Beaucoup trop, à hauteur inconsidérée de la folie furieuse des médias souvent prompts à s’emballer à la moindre alarme littéraire !

    Les seuls responsables sont les « spécialistes » crédules relayés par les journalistes pressés de vendre de l’information et non l’auteur de cette malicieuse falsification. Je ne me considère pas comme un faussaire au sens judiciaire du terme mais comme un aimable gredin qui a ouvert sa cage à plumes que le vent médiatique a emporté plus haut que prévu. La blague sera de toute façon utile : elle permettra de remettre les pendules à l’heure chez les prétendus spécialistes de Rimbaud.

    Pour la partie strictement littéraire la rédaction du texte « à la Rimbaud » fut l’étape la plus facile et la plus plaisante de l’entreprise. Un peu plus complexe -mais à la portée de tout bon faussaire un peu habile- fut de confectionner un faux matériel sur vieux papier. Le faire entrer ensuite dans un circuit classique afin de lui donner la « patine onirique » nécessaire à sa crédibilité (grenier de particulier, bouquiniste, antiquaires) à travers un protocole plausible ne demande pas une grande imagination, au contraire ! Découvert par un cinéaste sur les traces de Rimbaud (comme le hasard fait bien les choses, n’est-ce pas ?) le document fut fatalement récupéré « dans les règles de l’art ». La presse n’avait plus qu’à prendre le relais.

    Et voilà comment un gentil farceur se retrouve avec une méchante affaire sur les bras !

    Raphaël Zacharie de Izarra
    raphael.de-izarra@wanadoo.fr
    2, Escalier de la Grande Poterne
    72000 Le Mans
    FRANCE
    Téléphone : 02 43 80 42 98
    Freebox : 08 70 35 86 22

Laisser un commentaire

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...