• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 5 juin 2008

PROVERBES ET CITATIONS

Posté par sylvie le 5 juin 2008

PPROVERBES AFRICAINS

Pour qu’un enfant grandisse, il faut tout un village ….

L’eau du fleuve ne retourne pas à sa source.

PROVERBES ESPAGNOLS :

vivre dans la peur, ce n’est vivre qu’à moitié .

couche toi et sois malade, tu sauras qui te veut du bien, et qui te veut du mal

¨

PROVERBES PORTUGAIS

-la paix avec un gourdin dans la main, c’est la guerre.

-Qui te craint en ta présence te nuit en ton absence.

Il y’a ce qui nous tourmente plus qu’il n’est nécessaire

Ce qui nous tourmente avant qu’il ne soit nécessaire

Ce qui nous tourmente alors que ce n’est absolument pas nécessaire

Notre douleur, nous l’augmentons, nous l’anticipons, nous l’inventons.

SENEQUE.

 

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

HUMOUR

Posté par sylvie le 5 juin 2008

QUELQUES HISTOIRES COMIQUES POUR ADOUCIR CERTAINS SUJETS TROP SERIEUX …..

C’est un mec qui va chez l’ophtalmo.

- la petite lettre…là , vous la voyez ?

- Non

- La lettre un peu plus grosse, là , vous la voyez ?

- Non

- Et celle que je vous dessine sur le mur, de haut en bas du mur, vous la voyez ?

- Non, je ne la vois pas!

- bon. Alors ce ne sont pas des lunettes qu’il vous faut, c’est un chien ….

C’est un gosse qui arrive à l’école avec un pansement et le maître lui demande :

- qu’est ce que tu as fait pendant le week end ?

- Je me suis amusé à compter les dents d’un cheval avec mes doigts!

-Et alors pourquoi t’as un pansement ?

-Parce que le cheval a joué avec moi: il a compté mes doigts avec ses dents …

C’est deux mecs qui sont à l’hopital avec des bandelettes partout et il y’en a un qui dit à l’autre :

  – qu’est ce que tu as ?

  – Moi j’ai pris le train

  -Non je te demande ce que tu as ?

- -J’ai pris le train …

  -Comment ça ?

  – J’ai pris le train !

  – Oui moi aussi j’ai pris le train !

  – Oui mais moi c’est dans la gueule …..

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LE ROMANTISME

Posté par sylvie le 5 juin 2008

LE CULTE DU « MOI » ET DE LA LIBERTE DE L’ARTISTE

Le romantisme est un mouvement culturel et artistique européen dont les premières manifestations, en Allemagne et en Angleterre, datent de la fin du XVIIIe siècle. Il s’épanouit au début du Xxe siècle dans le reste de leurre, notamment en France et en Italie.

Le romantisme est un courant de sensibilité et de pensée et non une école. Il n’a pas de visée pédagogique. C’est en tant que tel  que le romantisme a marqué la création littéraire, que ce soit en

Allemagne , en Angleterre, en France ou en Italie.

SES REJETS ET SES PASSIONS:

Les différents romantismes nationaux ont en commun d’être des mouvements destructeurs, rejetant les préceptes rationalistes du siècle des Lumières et les canons esthétiques du classicisme.

L’ECLOSION DU ROMANTISME

Au début du XIX siècle, la  France est touchée par la vague du romantisme. Trois raisons pour expliquer le retard du romantisme en France par rapport à l’angleterre et à lallemant :

- La force du classicisme ( la réussite des tragédies de Racine par exemple)

-l’immobilisme des institutions littéraires

-Le conservatisme littéraire, social et politique en vigueur dans les premières années de la Restauration.

Deux écrivains jouent un rôle déterminant pour le développement du romantisme en France . Chateaubriand, et Mme de Stael .

LA POSTERITE DU ROMANTISME

Après le foisonnement des oeuvres entre 18930 -1840 l’échec du drame des Burgraves de Victor Hugo marque la fin de la période romantique.   Toute la production littéraire d’écrivains, qui, à un titre ou à un autre se rattachent au romantisme ( Nerval,Gautier, Baudelaire) ne relevé plus alors du mouvement de 1830.

Le romantisme français fut particulièrement varié et vigoureux dans ses manifestations puisqu’il s’incarna dans la peinture ( Delacroix), la musique ( Berlioz), l’histoire ( Jules Michelet) la politique ( Lamartine), la critique litteraire ( Sainte Beuve) , le théâtre, la poesie, le roman, l’essai, l’es mémoires etc…  De nombreux auteurs ne se réclamant pas du romantisme furent pourtant si profondément influencés par lui qu’ils lui sont traditionnellement associes dans l’histoire litteraire française.

LES GRANDS ECRIVAINS ROMANTIQUES

BALZAC : 1799-1850   – Auteur de la Comédie Humaine;titre d’une oeuvre rassemblant 95 romans ou nouvelles formant une fresque de la société française de la Révolution à la fin de la monarchie de Juillet. La conviction que la pensée, le désir, la passion consument l’énergie humaine lui fournissent des clés pour interpréter le fonctionnement d’une société qu’il observe avec une cruelle lucidité.

CHATEAUBRIAND  1768-1848 – Écrivain engagé dans son temps, il regroupe autour de lui la jeunesse romantique fascinée par ses romans, et connaît un destin exceptionnel qu’il orchestre avec génie dans les  » Mémoires doutre Tombe ». Il a porté la musique de la prose française à son point de perfection.

DESBORDES VALMORE:  Poete maudit et femme malheureuse, éprouvée par des deuils familiaux, un des maitres du genres intime.

DUMAS  Pere /Auteur de romans universellement connus , fut aussi un grand dramaturge, rival de Victor Hugo.

GAUTIER Theophile / 1811-1862  :P artisan du romantisme lors de la bataille d’Hernani,  dédicataire des Fleurs du mal de Baudelaire,, chroniqueur dramatique et des récits de voyage, critique d’art et défenseur en prose de  » l’art pour l’art ».

HUGO Victor :  1802-1885   Il est l’animateur de la révolte romantique contre le classicisme. Avec Hernani et le scandale qui s’en est suivi, Hugo domine la création dramatique romantique, il mène une vie politique  qui culmine avec son élection comme député de Paris , puis s’exile à Bruxelles, à Jersey, et à Guernesey . Les honneurs, la gloire précoce et les malheurs ne lamprecht pas d’accomplir une oeuvre considérable de poètes ( les Contemplations, ) dramaturge(Ruy Blas) et  romancier ( Les misérable) qui reflètent sa puissance d’inspiration et son optimisme généreux.

LAMARTINE   -  un recueil poetique,  » Meditations » fait de lui le maitre de la jeune génération romantique. Engagé dans une carriere politique, il connait un cuisant échec à l’élection présidentielle de l’automne, il quitte la vie publique  après le 2 décembre 1852 et termine sa vie dans la gene…

Il peut également Michelet – Musset – DE Nerval -  Sand- Stael -  Sue – Vigny /

s

Publié dans LITTERATURE | 2 Commentaires »

L’IRLANDE

Posté par sylvie le 5 juin 2008

L‘IRLANDE

L’Irlande est un savant alliage d’humanité et de nature. C’est un pays ou l’on prend le temps de vivre et dispenser les bonnes choses . Dublin, capitale de Lirlande, affiche désormais fièrement son indépendance vis à vis de son voisin britannique.  Les pubs de Dublin et des autres ville guirlande sont à l’image du pays: accueillant et joyeux ..

L’Irlande ne renie pas son passé qui l’a façonné et lui a donné son caractère que l’on aime tant mais elle surfe sur une modernité qui,il faut le dire, lui va bien.

Largement dominée par les prairies et pâturages, l’île offre une grande variété de paysages. La cote Est aux plages sablonneuses contraste avec la cote ouest aux reliefs découpés tel les falaises de Moher.

Bien sur, celle que l’on appelle la verte Erin abrite des villes agréables  et animées comme sa capitale Dublin, Cork ou encore Galway. La réputation de l’accueil irlandais n’est pas un mythe, il n’est pas rare de se voir gratifier d’un sourire ou d’un bonjour par un passant, par contre les contacts physiques sont tres rares, en effet on ne se sert pas la main lors de la première rencontre et la bise est encore plus exceptionnelle. C’est dans les pubs que l’on peut apporter le tempérament jovial des Irlandais. On découvre également sur cette île habitée dans la préhistoire de nombreux vestiges du passé: châteaux, églises, monastères.

L’Irlande qui qui affiche une croissance économique impressionnante depuis quelques années à coup sur tourné vers l’avenir. Sa population jeune et ses industries technologiques s’annoncent comme de sérieux atouts pour les années à venir. L’Irlande est un livre d’étonnement , ( embouteillage en rase campagne  pour cause de moutons capricieux,  un nourrisson au pub agrippé à sa guiness, ou un curé qui entre deux pintes , vous raconte St Patrick, ça n’arrive que chez eux.

CLIMAT: quand on décide de partir en Irlande, on sait d’avance qu’on ne devrait pas compter de de longues siestes à 40° à l’ombre mais plutot sur une atmosphere vivifiante. L’Irlande présente un climat typiquement océanographique, tempère et humide. De la grosse pluie, à la petite bruine, il pleut souvent! iL faut toujours avoir un parapluie à portee de main, il ne faut pas se laisser tromper par un début de matinée ensoleillé,le temps change tres vite et une grosse pluie peut s’abattre en quelques heures. Coté température, l’île se rattrape, il fait doux en eté ( 20°) et les mots d’hiver ne sont généralement pas froids .Décembre et janvier sont les plus froids , juillet et août sont les mois les plus chauds, mai et juin sont les plus ensoleillées.

BELFAST : certains étaient à se rendre à Belfast. Souffrant de son passé marqué par la violence, la capitale de l’irlande du nord est un mélange atypique de cultures anglaises et irlandaises et merite rien qu’à ce titre u ne petite visite.Le centre ville peut se visiter à pied, les artères commerçantes regorgent des boutiques et vêtements au goût british.

LA CUISINE  : la cuisine irlandaise est à base de viande et de pomme de terre. L’irish stew est une sorte de pot au feu qui mangent mouton,carottes,pomme de terre et oignons. C’est le plat irlandais le plus typique. A Dublin, la spécialité s’appelle le « coddle »,c’est un ragout au lard et saucisses avec des pommes de terre et des oignons. Les Irlandais laissent mariner de la viande boeuf dans la bière brune et des oignons pour préparer le guiness beef stew: on trouve facilement du saumon ( ocean atlantique)- en dessert : crumble aux pommes! coté boisson, on trouve en tête les bières brunes, suivies de whiskies, les vins sont importés et relativement chers. Les Irlandais sont de gros consommateurs de thé, les pubs sont les meilleurs restaurants dans les petites villes et villages. Les fish and chips (poissons et frites) sont apprécies des Irlandais pour leur consistance, surtout après une soirée passée au pub.

ARTICLE SUR MON AUTRE BLOG : GOETHE

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

Posté par sylvie le 5 juin 2008

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...