PLATON

Posté par sylvie le 22 février 2009

LE PLUS INSAISISSABLE DES PHILOSOPHES

Il y’ a une énigme Platon  que les interprètes n’ont pas fini de débrouiller après vingt quatre siècles. Ces oeuvres si belles, si littéraires, si limpides , nous ne savons pas exactement quel est leur statut. L’homme Platon, avec sa pensée, se cache en effet dans son oeuvre sous les noms des interlocuteurs de ses dialogues, celui de Socrate en particulier. Il ne parle jamais en son nom propre , excepte dans des lettres dont l’authenticité a été contestée.. Le cas est unique dans l’histoire de la philosophie : lorsque Descartes écrit  » le discours de la méthode, » , Kant  » la critique de la raison pure  » ou Nietzsche  » la Naissance de la tragédie » , on sait que ces auteurs parlent en leur nom propre et qu’ils sont derrière chacune des pensées exprimées dans ces ouvrages. Rien de tel avec Platon…

Il aimait le pastiche, se plaisait a caricaturer le discours de tous ceux qu’il considérait comme des ennemis de la sagesse, vrais antiphilosophes .

La rencontre de Socrate décida du destin de Platon… Le Jeune Platon, aristocrate de naissance, brûla alors les tragédies qu’ils avait écrites.. La philosophie serait sa voie et sa vie. Mais si la fréquentation du maître détourne le jeune Platon d’une carrière de poète tragique, n’allons pas croire que l’appel de la dramaturgie été complètement étouffé. Platon n’a qu’une vingtaine d’années lorsque son maître bien aimé est condamné à mort. Il est tellement malade qu’il ne peut assister aux sublimes derniers moments du sage dans sa prison et qu’il rapporte lui même dans Phdédon. Cette condamnation et cette mort furent pour Platon un traumatisme qui décida peut être de toute sa pensée : que faut -il faire pour qu’un tel scandale ne puisse plus se reproduire ?

Comme Pythagore, Platon pense que la philosophie ne peut exister que dans une communauté d’hommes bien dirigée. Il n’est pas impossible de lire Platon comme un philosophe essentiellement politique. Platon avait caressé un rêve : celui de devenir le conseiller  du prince : celui de faire du prince un philosophe.. Le hasard aura voulu que Platon tombe sur un tyran Denys de Syracuse. Expérience amère : Platon fut vendu comme esclave par celui qu’il prétendait transformer en sage!!  Plus tard, Voltaire se plaindra d’être traité en domestique par le roi de Prusse.. Les philosophes ne se sont jamais vraiment rendus compte à quel point ils pouvaient énerver les gens du pouvoir ..  Ce n’ est pas parce qu’une pensée est nécessaire que son auteur est indispensable ..

Le platonisme est le modèle de tous les dualismes philosophiques  : le monde est cassé en deux parts inégales :

D’un coté  l’être, de l’autre l’apparence, d’un coté la réalité, de l’autre l’illusion, d’un coté la vérité, de l’autre le mensonge .

Philosopher c’est apprendre à mourir…en transcrivant cette phrase de Platon, Montaigne l’a tirée vers un sens stoïcien  qu’elle n’avait pas à l’origine ..  L’interprétation la plus simple consiste à dire : être sage, posséder la sagesse, c’est s’habituer à la pensée de la mort pour ne plus la craindre… Seulement, on n’apprend jamais vraiment à mourir ..

Platon plus profondément voulait dire ceci : comme il y’a deux mondes hors de l’homme ( l’intelligible e le sensible) , il y’a deux mondes en l’homme : l’âme , et le corps ..   Philosopher c’est oublier les soucis du corps au profit de l’âme, c’est mettre le corps entre parenthèses pour permettre à l’âme ainsi libéré de se déployer et d’atteindre les idées .. Philosopher, c’est mimer la mort .. L’homme sage joue la mort pour la déjouer ..

Laisser un commentaire

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...