L’HOTEL DE VILLE BELGE

Posté par sylvie le 5 mai 2009

yzxu5r08monumentsbelges.jpgL’HOTEL DE VILLE

A l’origine les édiles communaux se réunissaient en plein air pour gérer leur cité, au plus se contentaient-ils d’une chambre dans la Halle mais lorsque la Ville commença à s’enrichir au XIIIème siècle,son administration devint plus complexe et il fallut envisager l’achat d’un bâtiment propre pour y installer ses services. .

La Ville achète alors un « steen » (maison de pierre),appel‚e « de Meerte »,ensuite la Maison « le Sanglier »(den Wilden Ever)mais comme il fallait également loger les fonctionnaires,celles-ci s’avérèrent trop petites et la Ville décide alors vers 1400 de se construire une Maison communale digne d’elle.

Au printemps 1402,la première pierre de ce somptueux édifice est posée.

Ce travail fut confié à l’architecte « Jacques Van Thienen » assisté du maître maçon « Jean Bornoy ».Le projet primitif comprend l’aile gauche ainsi que le beffroi.

Suite à un soulèvement des « Métiers »,il fallut dédoubler l’administration d’où l’agrandissement du bâtiment.

En 1444,le jeune Charles le Téméraire pose la première pierre de l’aile droite de l’Hotel de Ville.

En 1449,la Ville signa une convention avec l’architecte « Jean Van Ruysbroeck » afin de reconstruire le beffroi écrasé entre les deux ailes.Il garda les bases de l’ancien beffroi,les renforça et construisit une nouvelle tour dessus,celle-ci est en trois parties:une partie carrée qui compte quatre étages. une partie octogonale qui compte trois étages. une flèche pyramidale ajour‚e sur laquelle pivote la statue de Saint Michel,haute de 5m,écrasant un dragon.

L’Hotel de Ville a été construit sur le modèle de la demeure fortifiée du Moyen Age ainsi que sur la Halle.

Comme la maison fortifiée,il est constitué d’un plan rectangulaire,à chacun de ses angles,une tourelle,une balustrade cr‚nel‚e rapelle les créneaux. La tour ou beffroi rappelle le donjon.Comme la Halle,il est constitué d’un portique,d’un escalier extérieur qui mène à la halla (grande salle surélevée),cette salle est appelée actuellement la Salle gothique et l’escalier , « l’escalier des lions ».Le style de l’Hotel de Ville est double,d’une part gothique,d’autre part Louis XIV.

Le bombardement de 1695 détruit l’intérieur de l’Hotel de Ville.

Au début du XVIIIème siècle,construction d’une aile arrière.

La nouvelle cour intérieure est ornée de deux fontaines dédiées à la Meuse et l’Escaut.

Moitié du XIXème,restauration de la tour.

Le 5 mars 1936,classement de l’Hôtel de Ville.

Actuellement l’Hotel de Ville abrite l’office du Tourisme,des expositions temporaires et l’on peut toujours s’y marier suivant certaines conditions.

Publié dans VOYAGES | Pas de Commentaire »

TENTATIVE DE COMMUNICATION

Posté par sylvie le 5 mai 2009

TENTATIVE DE COMMUNICATION dans Divers hmf75m2d

                                     TENTATIVE DE COMMUNICATION

Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d’entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous croyez comprendre
Ce que vous comprenez
Il y a dix possibilites qu’on ait des difficultes a communiquer.
Mais essayons quand meme.

Edmond Wells

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

Posté par sylvie le 5 mai 2009

jardinsdemontreal2.jpgGrâce à sa collection de 22 000 espèces et cultivars de plantes, ses 10 serres d’exposition, sa trentaine de jardins thématiques, son équipe de chercheurs et ses programmes d’animation, le Jardin botanique de Montréal se classe parmi les plus importants et les plus beaux jardins botaniques du monde.

Quel que soit le moment de l’année, se balader au Jardin botanique de Montréal c’est se laisser éblouir, au fil des floraisons, par les parfums et les couleurs du monde : de la Chine au coeur du désert mexicain, en passant par le Japon avant de visiter la France ou même les Laurentides.

———————————————————————–

Quel défi que d’arriver à cultiver dans un même lieu des plantes qui viennent de toute la planète! C’est pourtant le tour de force que réussit tous les jours le Jardin botanique de Montréal grâce à l’expertise de ses employés spécialisés dans tous les domaines de l’horticulture.

Une centaine de personnes oeuvrent au plus fort de la saison à l’entretien horticole de 30 jardins extérieurs, d’un arboretum et de 56 serres de collection, de recherche, de production et d’exposition, le tout réparti sur une superficie de 74 hectares. Les collections de plantes ou les jardins sont sous la responsabilité d’horticulteurs. Ils sont souvent secondés dans leur travail par des horticulteurs spécialisés en propagation, phytoprotection et irrigation ainsi que d’un ou plusieurs jardiniers, selon les besoins saisonniers. Contremaîtres en horticulture, gérant et chef de division complètent ce plus grand rassemblement au Canada de main-d’oeuvre qualifiée dans ce domaine.

Dès l’arrivée d’une plante au Jardin botanique, on s’affaire à la traiter aux petits soins. Selon qu’elle est graine, bouture, jeune plant ou plante mature, elle subira différentes opérations en fonction des étapes de sa croissance : rempotage ou plantation, arrosage, pinçage, élagage, tuteurage, fertilisation, protection hivernale, taille, désherbage, mise en jauge, rabattage.

L’horticulteur doit veiller à l’amélioration continuelle de sa collection ou de son jardin, tout en collaborant à la tenue des inventaires et de l’étiquetage. Il doit en outre exposer les plantes selon des critères d’avant-garde aux niveaux techniques, esthétiques et éducatifs.

Les jardins extérieurs et les serres doivent recréer certaines conditions de sol et d’environnement propres aux milieux d’origines des différentes espèces. Par les végétaux qui les composent, ils doivent aussi refléter l’esprit du thème choisi, comme le Jardin de Chine ou la serre du Jardin céleste.

 

image1200821154031jardinsdemontreal3.jpg

Publié dans NATURE | Pas de Commentaire »

LES ELEPHANTS

Posté par sylvie le 3 mai 2009

elephants.jpg

Il   existe deux types d’éléphants en Afrique, l’éléphant de savane et celui de forêt. Le premier vit dans les savanes, les forêts du sud et de l’est de l’Afrique. Le second, dans la forêt tropicale centrale et à l’ouest. On les trouve aujourd’hui en Tanzanie, au Zimbabwe, au Gabon, au Botswana et en République Démocratique du Congo. Malheureusement exploités ou pire, tués par les hommes, leur nombre est en constante diminution. Dans les années 1930-1940, on pouvait évaluer leur population entre 3 et 5 millions sur le continent Africain. En 2004, ils étaient moins de 600 000.Les éléphants sont surtout tués pour leurs défenses en ivoire. Celles ci sont transformées en bijoux, en objets sculptés…. En 1989, devant la menace de plus en plus forte d’extinction de l’espèce, le commerce international de l’ivoire fut interdit, diminuant ainsi le braconnage. Mais en 1997, trois états Africains ont été autorisés à reprendre ce commerce : le Botswana, la Namibie et le Zimbabwe, suivis en 2000 par l’Afrique du Sud. Dès lors, a également repris le trafic illégal de défenses d’éléphants dans les autres états.De plus, la cohabitation homme – éléphant sur le même territoire est de moins en moins possible. L’éléphant n’a plus de place pour vivre et vice versa. L’homme travaille la terre où habitent les éléphants, et eux piétinent et saccagent leurs champs. Les hommes les tuent pour protéger leurs récoltes. Un cercle vicieux dévastateur, la destruction de la forêt entraînant celle de la faune.

Ces dernières années, s’est également développée une toute nouvelle forme d’exploitation, notamment en Afrique du Sud où il est en plein essor, il s’agit du tourisme à dos d’éléphants. Pour répondre à la demande croissante de cette industrie lucrative, les éléphanteaux sont arrachés jeunes à leur milieu naturel. Ils vivent ensuite en captivité et sont dressés à des fins commerciales comme pour les safaris. L’éléphant est ainsi devenu une vulgaire marchandise. Ils sont toujours les plus grands animaux terrestres vivants de notre planète, mais pour combien de temps encore.

Publié dans ANIMAUX, Non classé | Pas de Commentaire »

Les dix leçons de la vie

Posté par sylvie le 2 mai 2009

Les 10 leçons de la vie

1. Si tu juges les gens tu n’auras pas le temps de les aimer;
2. Celui qui se relève est plus fort que celui qui n’est jamais tombé;
3. On ne peut compter que sur soi-même, mais on ne peut y arriver seul;
4. Hâte-toi lentement et tu auras vite fait d’arriver à destination;
5. Qui veut faire quelque chose, trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse;
6. On ne peut gravir les échelons ou succès avec les mains dans les poches;
7. Proférer une parole blessante prends à peine une seconde, mais en guérir la blessure demande beaucoup de temps;
8. Ne te hâte pas de punir, hâte-toi de comprendre;
9. Si tu es content, tu es roi;
10. La seule façon de travailler pour la paix du monde est d’établir en soi un îlot de paix. 

Publié dans philosophie | Pas de Commentaire »

LE MIRACLE GREC – EPICTETE

Posté par sylvie le 2 mai 2009

EPICTETE-

Aux côtés de Sénèque et de Marc-Aurèle , Epictète illustre ce nouveau stoïcisme impérial, celui de la Rome des I er et II e siècles de notre ère. Tout comme Marc-Aurèle, il écrivit en grec, ce qui confirme à la fois le caractère cosmopolite déjà de la doctrine stoïcienne, le cosmopolitisme de fait de l’Empire, mais aussi le prestige de la langue grecque.

Emmené à Rome comme esclave, il y fut affranchi par son maître, lui même esclave affranchi. A Rome il étudia la philosophie stoïcienne et à son tour l’enseigna. Chassé de Rome par un décret de l’empereur Domitien qui en bannissait tous les philosophes, il se réfugia en Eire ( face à l’Ile de Corfou)  où il dirigea une école célèbre par les diatribes qu’il y faisait entendre, exhortant avec véhémence les élèves tant à se détourner des passions pour se tourner vers la sagesse, qu’à quitter le refuge de l’école pour affronter les  » orages  » de la vie.

On doit à un de ses disciples un recueil de ces diatribes ainsi qu’un manuel ou se trouve condensé l’essentiel de l morale stoicienne.

Le manuel s’ouvre sur cette distinction fondamentale entre c qui dépend de nous et ce qui n’en dépend pas :

Il y’a des choses qui dépendent de nous et d’autres qui n’en dépendent pas. Ce qui dépend de nous, ce sont nos jugements, nos tendances, nos désirs, nos aversions. Ce qui e dépend pas d nous, c’est notre corps, c’est la richesse, la célébrité, le pouvoir : en un mot toutes les oeuvres qui ne nous appartiennent pas.

Parmi les choses qui dépendent de nous : la vertu ou le vice : en eux seules résident le bien véritable ou le mal véritable, tout le  reste est  » indifférent » qui n’est ni vice ni vertu.

D’où la maladie, la pauvreté, en quoi beaucoup voient le malheur- tout comme la santé, la richesse- aux yeux de tant d’hommes , le bonheur, sont à proprement parler choses  » indifférentes » et  le sage vit heureux  dont l’action présente est droite et conforme à ce qui dépend de lui. Sans passion ( agapanthie) , sans trouble ( ataraxie) le sage accepte ce qui ne dépend pas de lui..

Nul masochisme pourtant chez Epictète, mais une sérénité devant l’ordre cosmique , devant la Providence, que même si    ceux ci dépassent souvent notre compréhension, l’acquiescement pourtant n’est pas de résignation mais de collaboration  , comme en fait foi ce passage étonnant :

 » Si l’homme de bien pouvait prévoir l’avenir, il coopérerait lui même à la maladie, à la mort, à la mutilation, parce qu’il aurait conscience que, en vertu de l’ordre du monde, cette tache lui est assignée.. »

Quelques maximes :

 » Ne demande pas que ce qui arrive arrive comme tu veux. Mais veuille que les choses arrivent comme elles arrivent, et tu seras heureux ».

« Tu  ne peux à la fois prendre soin de ton âme et des choses extérieures » ..

« Quelqu’un se baigne de bonne heure : ne dis pas que c’est mal,dis que c’est de bonne heure – Quelqu’un boit beaucoup de vin : ne dis pas que c’est mal, dis qu’il boit beaucoup de vin. Car avant d’avoir reconnu comment il en juge, d’où peux tu savoir si c’est mal ? « 

 

Publié dans Non classé, philosophie | Pas de Commentaire »

123
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...