PLANETE TERRE – Toutes les réponses aux questions que vous ne vous êtes jamais posées.

Posté par sylvie le 31 août 2009

PENDANT UN ORAGE COMMENT SAVOIR A QUELLE DISTANCE LA FOUDRE S’EST ABATTUE ?

Un orage gronde au loin. Soudain, la foudre s’abat. Vous voyez d’abord sa lumière ( l’éclair), puis vous entendez son bruit ( le tonnerre). Boum badaboum!  mais comment savoir à quelle distance la foudre est tombée ?  Pour parcourir la distance depuis le lieu d’impact jusqu’à vos yeux, la lumière a voyagé à une vitesse proche de 300 000 kms/h. Elle a donc mis une infime fraction de seconde : vous voyez l’éclair quasiment au moment même où la foudre s’abat. Le son du tonnerre, lui, va beaucoup plus lentement : à 340 m/s. Pour parcourire un kilomètre, il lui faut trois secondes. Pour connaître la distance en km d’un orage, comptez les secondes entre l’éclair et le tonnerre, puis divisez  cette durée par trois. Par exemple, si 6 secondes se sont écoulées, cela signifie que l’orage se trouve à 2  km de vous …

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LE BONHEUR C’EST DANS LA POCHE

Posté par sylvie le 30 août 2009

Bonne rentrée à tous !

Une petite rentrée en douceur avec un article  léger  et qui s’intitule  » le bonheur….c’est dans la poche »

Pour voir la vie en rose, rose indien, rose bonbon, qui met le rose aux joues, ote les bleus à l’âme… voici quelques idées pour être heureux… Amitié, amour, délices, évasion, jeux , rires, fete…. Rien ne manque 

PLUS QUE PARFAIT

Jamais disponible, toujours par monts et par vaux, la tête ailleurs …      Telle est l’image que vous donnez à vos enfants, votre mari ( femme), vos amis . Et c’est la litanie des mea culpa!  …. Stop! tordez le cou aux critères …    Cessez de décerner la médaille à l’entourage : papa poule, maman cool, femme idéale, mamie gâteau, amant de rêve…. .

Faire ce qu’on peut, il n’y a rien de mieux pour être heureux..

                                                                                    Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être

                                                                                  d’aucun objet extérieur.

                                                                                  Il ne dépend que de nous .

                                                                                 TENZIN GYATSO

                                                                               

                                                            

Publié dans philosophie | Pas de Commentaire »

COUCOU

Posté par sylvie le 27 août 2009

Un petit coucou à tous.

Pas d’articles ces jours ci, je suis en panne de pc….Quelle galère…..

Bonne rentree a tous

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

POURQUOI A -T-ON PEUR

Posté par sylvie le 21 août 2009

Difficile en ces fortes chaleurs de faire des articles ….la rentrée est proche , et je reprendrais le rythme habituel , surtout si le temps s’y prete….

Le thème abordé aujourd’hui est la peur … Pourquoi a t-on peur ? On peut trouver des solutions générales …

La peur est une émotion élémentaire que l’on découvre de façon précoce. Elle est nécessaire à la survie de l’espèce et indispensable  à la survie du nourrisson. La première peur, celle de l’abandon, celle inhérente à la nature humaine c’est une peur bien réelle, puisque le nourrisson ne survivra pas si on l’abandonne. Si le nourrisson ou le petit enfant n’est pas abandonné et bénéficie, pendant son enfance  vulnérable, d’une sécurité suffisante, sa peur de l’abandon, en général, diminue. La peur d’être rejeté peut être considérée comme une composante de la peur de l’abandon. Pratiquement toutes les peurs peuvent être reliées, d’une façon ou d’une autre. à la peur élémentaire de la mort ,résultat de l’abandon. Mort, peur, abandon et rejet sont autant de manifestations de notre impuissance quand nous perdons la maîtrise des évènements. Nous avons peur de ce que nous ne pouvons pas maîtriser;.

Nous avons également peur de ce qe nous ne connaissons pas. Comment pourrions nous maîtriser l’inconnu ? Souvent la peur est synonyme d’insécurité. Comment pourrions nous nous sentir en sécurité dans un monde que nous ne maîtrisons pas ? Comment n’aurions nous pas peur d’un monde empli de souffrance ?

La peur, comme la souffrance fait partie de la vie Mais l peur de l peur peut aboutir à une vie au rabais : sans risque, sans exploration, sans défi et sans croissance spirituelle. La peur peut être à l’origine  d ‘un cercle vicieux :

                                         – perte  de sécurité dans le monde=peur

                                        – peur : insécurité intérieure,

                                         -Insécurité intérieure :     peur de soi

                                        - Peur de soi  – perte de maîtrise,

                                        -Perte de maîtrise  – peur paralysante,

                                       – Peur paralysante – perte de sécurité dans le monde.

 Celui qui a peur d’avoir peur se retrouve  dans la situation qu’il essayait d’éviter en ayant peur au départ.

Le courage ne se définit pas comme une absence de peur. Le courage, c’est quand on continue à agir en dépit de sa peur. Faire quelque chose dont nous  n’avons pas peur, ce n’est pas faire preuve de courage. 

Avoir peur est humain, avoir peur n’est pas synonyme de faiblesse ou d’impuissance… La peur est un sentiment, c’est le comportement qui détermine le caractère. Reconnaissez la présence de votre peur, acceptez la sans critique, soyez indulgent avec vous même quand vous avez peur et poursuivez vos activités. Souvenez vous que le vrai courage consiste à dépasser sa peur : c’est ainsi qu’agit le héros…

Publié dans psychologie | 4 Commentaires »

LES COLOMBES

Posté par sylvie le 14 août 2009

 

LES COLOMBES

Sur le coteau, là-bas  ou sont les tombes,

Un beau palmier, comme un panache vert

Dresse sa tête, où le soir les colombes

Viennent nicher et se mettre à couvert.

Mais le matin elles quittent les branches:

Comme un collier qui s’égrène, on les voit

S’éparpiller dans l’airbleu, toutes blanches

Et se  poser plus loin sur quelque toit.

Mon âme est l’arbre où tous les soirs, comme elles,

Der blancs essaims de folles visions

Tombent des cieux en palpitant des ailes

Pour s’envoler dès les premiers rayons.

THEOPHILE GAUTIER

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

LES GRANDS ECRIVAINS – FRANCOIS MAURIAC

Posté par sylvie le 4 août 2009

Elle a épousé Bernard sans amour, parce que  » ses deux mille hectares ne l’avaient pas laissée indifférente…. » elle avait toujours eu la propriété dans le sang….

L’amour? Absent.. lui , d’ailleurs, était amoureux de mes pins …affirme t-ele..

Elle ? Thérèse Desqueyroux, l’héroïne du roman éponyme de François Mauriac, publié en 1927.

Thérèse Desqueyroux, c’est le roman du tourment : ce mari indifférent, distant, atteint d’une maladie de coeur, Thérèse a tenté de l’empoisonner en augmentant les doses d’arsenic qu’il prend pour se soigner.

KBernar a failli en mourir. Thérèse, soupçonnée , se retrouve devant les assises, mais son mari qui la sait coupable, la disculpe. L’affaire se termine par un non-lieu. Cependant, son milieu bourgeois étouffant, va lui infliger une peine singulière, paradoxalement libératrice.

Les personnages de François Mauriac semblent sortir  des régions les plus désemparées de l’âme humaine, celle de l’indécise frontière entre le bien et le mal, entre le ciel et l’enfer, où supplices et délices nourrissent le vertige de la faute

Dans le  » Baiser au lepreux » Noèmie épouse un homme d’une laideur telle qu’elle pas l’idée de l’union charnelle – .Les autres fictions de Mauriac demeurent fidèles à la rhétorique de l’échec où se révèle surtout la défaite de la chair sans cesse troublée par le désir.

François Mauriac, né à Bordeaux le 11 octobre  1885 orphelin de père à deux ans, passe son enfance au château de Malagar, au coeur du vignoble.

Il publie ses premiers poèmes en 1909, participe à la première  Guerre mondiale à Salonique, et devient romancier à succès à partir de la publication du Baiser aux Lepreux. Il est élu à l’Académie Française   en 1933.

Engagé politiquement, il dénonce le fascime, condamne la guerre d’Espagne. De 1939 a 1945 il s’oppose au régime de Vichy , publie clandestinement  ses écrits de résistant sous le titre « Le cahier noir » – signé du pseudonyme Forez.

François Mauriac est mort en 1970, deux mois avant le général de Gaulle, auquel il avait consacré un ouvrage en 1964.

Le prix Nobel lui avait été décerné en 1952 pour  » la profondeur de son discernement spirituel. »

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

MON HUMEUR DU SOIR

Posté par sylvie le 4 août 2009

Je n’aborderai pas durant ce mois d’aout les sujets serieux, nombre d’entre vous sont en vacances, et les autres n’ont pas besoin de philosophie et de litterature ce mois ci, moi y compris ……..

Ma pensee du soir :

                                         Celui qui doute de tout ne sait pas plus que celui qui ne doute de rien !

 Bonne nuit à tous ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                       

                                        

Publié dans philosophie | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 3 août 2009

MA PENSEE DU SOIR :

                         C’est du silence  que naissent les plus belles paroles .

Publié dans philosophie | Pas de Commentaire »

EMILE ZOLA

Posté par sylvie le 2 août 2009

Ravie de vous retrouver après quelques jours d’absence …

Bienvenue aux juilletistes de retour, et bonnes vacances aux autres qui ne sont pas encore partis…

Le thème du jour : ZOLA

Dans les années 1890 lorsqu’on voit arriver les Zola- Emile et son épouse Alexandrine -  au théâtre, on  sait qu’il va falloir  un certain temps pour que le couple gagne les places qui lui sont réservées lorsqu’elles sont situées au milieu d’une rangée.  En effet, Monsieur et Madame Zola qui adorent les plats en sauce, ont pris un tel embonpoint qu’ils doivent jouer des hanches    pour parvenir jusqu’aux sièges où ils vont asseoir leurs kilos superfétatoires.

Pourtant , qui les connut lorsqu’ils se rencontrèrent en 1865, Alexandrine avait alors pour prénom Gabrielle, puis lorsqu’ils se marièrent en 1870 , nourris frugalement de lapin aux petits pois,  pouvait affirmer que les Zola, jeunes, étaient minces comme des fils de haricots verts.

Que s’est-il passé en vingt ans ? eh bien, Zola a fait fortune! une grosse fortune – son allure en a intégré l’adjectif – -en écrivant l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire . Le projet en a été proposé à l’éditeur Lacroix, qui, enthousiaste, accepte de publier d’abord en feuilleton dans les journaux, puis en livre, cette histoire de la famille Rougon-Macquart que Zola, grand admirateur du médecin Claude Bernard a décidé d’écrire  en scientifique : l’écrivain, en observateur soucieux du détail, doit connaître les lois de la nature, et s’en inspirer pour créer. Le projet comporte dix volumes.

Hélas, pour les deux premiers romans, les ventes sont minces, Lacroix fait faillite, Zola craint la saisie ….

L’éditeur Charpentier poursuit le programme e publication. Bon an mal an, les ventes se situent aux environs de deux mille exemplaires par livre jusqu’en 1877.Cette année là, c’est l’explosion  . L »Assommoir,une peinture sans concession des misères monde ouvrier, atteint des ventes record! en 1840 Nana, qui traite de la prostitution, se vend à cinquante mille exemplaires en deux jours!!

Jusqu’au dernier volume des Rougon-Macquart,- le Docteur Pascal en 1883, la fortune et la bonne fortune continuent de choyer Zola qui, à son tour, choie dans le secret son ménage clandestin  Jeanne Rozerot, l’ancienne lingère d’AleAlexandrine les deux enfants qu’elle lui a donnés.

 Zolla  pourrait se retirer du monde, vivre de ses rentes, et mourir académicien! Mais en 1898 , indigné par la conspiration du silence autour de l’innocence du capitaine Dreyfus accusé d’avoir transmis aux Allemands des documents confidentiels, il publie dans  » L’aurore «   du 13 janvier un article au retentissement mondial, intitué par Clemenceau  » J’accuse » …

Quatre ans plus tard, le 29 septembre 1902 il meurt asphyxié dans son appartement, sans doute de façon accidentelle.

En 1908 ses cendres sont transférées au Panthéon.

 

Publié dans ARTS, LITTERATURE | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...