EMILE ZOLA

Ravie de vous retrouver après quelques jours d’absence …

Bienvenue aux juilletistes de retour, et bonnes vacances aux autres qui ne sont pas encore partis…

Le thème du jour : ZOLA

Dans les années 1890 lorsqu’on voit arriver les Zola- Emile et son épouse Alexandrine -  au théâtre, on  sait qu’il va falloir  un certain temps pour que le couple gagne les places qui lui sont réservées lorsqu’elles sont situées au milieu d’une rangée.  En effet, Monsieur et Madame Zola qui adorent les plats en sauce, ont pris un tel embonpoint qu’ils doivent jouer des hanches    pour parvenir jusqu’aux sièges où ils vont asseoir leurs kilos superfétatoires.

Pourtant , qui les connut lorsqu’ils se rencontrèrent en 1865, Alexandrine avait alors pour prénom Gabrielle, puis lorsqu’ils se marièrent en 1870 , nourris frugalement de lapin aux petits pois,  pouvait affirmer que les Zola, jeunes, étaient minces comme des fils de haricots verts.

Que s’est-il passé en vingt ans ? eh bien, Zola a fait fortune! une grosse fortune – son allure en a intégré l’adjectif – -en écrivant l’Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le second empire . Le projet en a été proposé à l’éditeur Lacroix, qui, enthousiaste, accepte de publier d’abord en feuilleton dans les journaux, puis en livre, cette histoire de la famille Rougon-Macquart que Zola, grand admirateur du médecin Claude Bernard a décidé d’écrire  en scientifique : l’écrivain, en observateur soucieux du détail, doit connaître les lois de la nature, et s’en inspirer pour créer. Le projet comporte dix volumes.

Hélas, pour les deux premiers romans, les ventes sont minces, Lacroix fait faillite, Zola craint la saisie ….

L’éditeur Charpentier poursuit le programme e publication. Bon an mal an, les ventes se situent aux environs de deux mille exemplaires par livre jusqu’en 1877.Cette année là, c’est l’explosion  . L »Assommoir,une peinture sans concession des misères monde ouvrier, atteint des ventes record! en 1840 Nana, qui traite de la prostitution, se vend à cinquante mille exemplaires en deux jours!!

Jusqu’au dernier volume des Rougon-Macquart,- le Docteur Pascal en 1883, la fortune et la bonne fortune continuent de choyer Zola qui, à son tour, choie dans le secret son ménage clandestin  Jeanne Rozerot, l’ancienne lingère d’AleAlexandrine les deux enfants qu’elle lui a donnés.

 Zolla  pourrait se retirer du monde, vivre de ses rentes, et mourir académicien! Mais en 1898 , indigné par la conspiration du silence autour de l’innocence du capitaine Dreyfus accusé d’avoir transmis aux Allemands des documents confidentiels, il publie dans  » L’aurore «   du 13 janvier un article au retentissement mondial, intitué par Clemenceau  » J’accuse » …

Quatre ans plus tard, le 29 septembre 1902 il meurt asphyxié dans son appartement, sans doute de façon accidentelle.

En 1908 ses cendres sont transférées au Panthéon.

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...