LE DICO DE LA PHILO

Posté par sylvie le 19 mai 2010

« Lorsqu’un philosophe me répond, je ne comprends plus ma question » 

 Pierre Desproges

Jargonneuse, pédante et élitiste la philo ? Pourtant il s’agit simplement de questions que les hommes se posent depuis qu’ils pensent, d’un désir naturel de savoir: «    Qui suis je ? Ou vais je ? Qu’est ce que la vérité ? Quels rapports entre le corps et l’esprit ?

La philosophie nous est plus familière qu’on ne pense. Quant à son vocabulaire souvent jugé obscur, il est le fruit d’une construction  conceptuelle indispensable pour raisonner clairement et lever les ambiguïtés qui entravent la pensée..

Voici quelques  mots pris au hasard avec leur explications …

BONHEUR :  le bonheur est l’état de satisfaction et de félicité auquel tout être humain aspire. Si intuitivement nous pensons tous savoir ce qu’est le bonheur, la difficulté majeure consiste à nous accorder sur les moyens d’y accéder et la place qu’on lui octroie.. Par ailleurs, le bonheur semble relever d’un idéal inaccessible, dans la mesure où nous de définissons souvent par ce qui nous manque ( pauvres,nous souhaitons la richesse, ou laids, la beauté par exemple) … On peut également ajouter que le bonheur suppose un état durable, là ou le passage du temps implique au contraire sa discontinuité…

HEDONISME : L’hédonisme est la doctrine philosophique qui fait de la recherche du plaisir le but ultime de l’existence et de sa conquête le souverain bien. Trop souvent réduit à son expression la plus vulgaire, l’hédonisme ne consiste pas à se livrer à une quête effrénée et démesurée de toutes les formes  de jouissance sensuelles possibles. Bien au contraire, il constitue une éthique et repose sur une rationalisation des plaisirs  limités à la satisfaction des désirs qui correspondent à notre nature et à ses besoins réels mais surtout qui ne nous entraînent pas dans la spirale de l’excès.

Epicure est le philosophe qui a le plus développé cette approche apologétique du plaisir constamment traversée par une obsession d’équilibre. Soucieux de réhabiliter la sensation comme principe de connaissance, il recommande aussi de s’en remettre à elle pour la recherche de la vertu dont le plaisir est un indicateur et non un adversaire.. C’est toutefois comme absence de douleur qu’il est envisagé.. Dès lors, le bonheur est aisé à atteindre puisqu’il réside dans la satisfaction des plaisirs les plus simples et dans l’évitement de la souffrance.

ILLUSION :  L’illusion est un rapport de décalage avec la réalité nous amenant à percevoir une apparence des choses qui n’existe pas hors de nos représentations. Il faut doublement distinguer l’illusion de l’erreur, abusivement considérée comme un synonyme.  D’abord parce que l’illusion  est un phénomène perceptif ou affectif alors que l’erreur procède du jugement seul. Ensuite, parce que le propre de l’illusion  est sa permanence. En effet, lors même que je prends conscience de l’illusion en réformant mon jugement, elle reste présente en tant que perception dont je ne parviens pas à me défaire..Par exemple : j’ai beau savoir que le bâton plongé dans l’eau n’est pas brisé, celui ci continue d’apparaître cassé en raison de la réfraction de la lumière.. Enfin l’illusion diffère aussi de l’hallucination qui est produite par une sorte de divagation sensorielle ou un trouble mental..

L’illusion ne nous trompe pas en elle même: la lune nous apparaît bien comme un disque et nous ne pouvons la voir autrement en levant les yeux vers le ciel. C’est seulement la prétention  de fonder une connaissance sur cette apparence qui relèverait alors de l’erreur.

Laisser un commentaire

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...