MARCEL PROUST

Posté par sylvie le 23 août 2010

Fils d’un grand médecin, Marcel Proust naît le 10 juillet1871 à Auteuil.  Avec Robert, son frère de deux ans son cadet, et qui sera comme son père un professeur en médecine réputé), il passe une enfance heureuse malgré ses premières crises d’asthme, dès l’âge de neuf ans, tout en se révélant d’une sensibilité maladive. A Condorcet, en clase de rhétorique, son style étonne et son professeur de français le met au supplice en ironisant sur sa prose enchevêtrée et ses longues phrases.

Il commence à fréquenter les salons, notamment celui de Mme de Caillavet, l’égérie d’Anatole France. Libéré de ses obligations militaires pour raisons de santé, il s’inscrit à la faculté de droit et devient, avec ses manières exquises, la coqueluche des salons. Ses amis sont le musicien Reynaldo Hahn et Lucien Daudet, , l’un des fils d’Alphonse. Au moment de l’affaire Dreyfus, Proust dont la mère est juive, signe avec Anatole France une pétition en faveur de Zola.

Dans son appartement rue de Courcelles, il organise de fastueux dîners à l’étiquette compliquée ou il invite ses amis aristocrates… Quand il ne séjourne pas dans les grands hôtels de la côte normande, il collabore à des journaux, traduit les oeuvres de l’historien anglais John Ruskin. Son père, dont les travaux ont permis de vaincre le choléra, et qui a toujours accepté et payé les frasques de son fils meurt en 1903  , sa mère en 1905. Pour Marcel Proust, le choc est tel qu’il reste alité un mois sans ce’sser de pleurer. Sa chambre est devenue son refuge. Il en a couvert les murs de liège pour écrire dans  un silence total.

« Du côté de chez Swann » est publié en 1914 à compte d’auteur. L’accueil de la critique est mitigé. Proust, à cause de ses crises d’asthme, vit de plus en plus seul, le plu ténu parfum de fleur le fait tousser. La première guerre mondiale fauche nombre de ses amis. Il déménage plusieurs fois, fait de l’hôtel Ritz son second domicile, enquêtant auprès des maîtres d’hôtel, toujours à la recherche du temps perdu.

En 1919 il obtient le Prix Goncourt pour  » A l’ombre des jeunes filles en fleur ». Cachant un étant de santé de plus en plus défaillant, il recommence à sortir, tout en travaillant d’arrache pied à son oeuvre. Il sait que le temps lui est compté. En proie à des cauchemars et à des maux de tête, se nourrissant mal, épuisé, il contracte une pneumonie fin octobre 1922. Son frère Robert veut le faire transporter dans une clinique, Marcel refuse. Il veut encore travailler …    Il meurt le 18 novembre 1922 à l’âge de 51 ans

« Du côté de chez Swann » est le premier tome d’ » A la recherche du temps perdu »; suivent  » A L’ombre des jeunes filles en fleur,  » le coté des Guermantes, Sodome et Gomorrhe,  la prisonnière , Albertine disparue , Le temps retrouvé , les trois dernières oeuvres étant posthumes.  Oeuvre clé de la littérature  française, à la fois chronique mondaine d’un siècle finissant, vaste analyse psychologique d’êtres qui se croisent, s’aiment et se déchirent, et formidable exercice de style,  » A la recherche du temps perdu » n’est pas d’un abord facile. Cette  » comédie humaine » est aussi foisonnante en personnages que celle d’un Balzac si elle n’en a pas la rigueur classique. Elle s’ordonne à coups de digressions,de retours en arrière, autour de l’exploration de la mémoire du narrateur: il s’agit moins de faits que de sentiments, de souvenirs, de sensations ….En recréant une réalité disparue dans l’inconscient, Proust a renouvelé complètement la conception du roman…

Laisser un commentaire

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...