• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 2 mars 2011

BIOGRAPHIE ANTON TCHEKHOV

Posté par sylvie le 2 mars 2011

Il faut savoir pourquoi l’on vit

« Il me semble que l’homme doit avoir une foi, du moins en chercher une, sinon sa vie est complètement vide… Vivre et ignorer pourquoi les cigognes volent, pourquoi les enfants naissent, pourquoi il y a des étoiles dans le ciel… Il faut savoir pourquoi l’on vit, ou alors tout n’est que balivernes et foutaises. »  (Anton Tchékhov)

Marais-Oiseaux_cigognes

Anton Tchékhov

  »Personne n’a compris avec autant de clairvoyance et de finesse le tragique des petits côtés de l’existence ; personne avant lui ne sut montrer avec autant d’impitoyable vérité le fastidieux tableau de leur vie telle qu’elle se déroule dans le morne chaos de la médiocrité bourgeoise . » Gorki

Sa vie

 Ecrivain russe né à Taganrog 1860, décédé à Badenweiler en Allemagne en 1904.

Sa biographie se résume à quelques dates dans un calepin et beaucoup de pages blanches. Il ne se passe rien ou à peu près rien dans la vie de l’écrivain, comme il ne se passe rien ou à peu près rien dans son théâtre.

Une enfance triste dans une bourgade reculée, des études de médecine, une impérieuse vocation littéraire, quelques voyages à l’étranger, des séjours en sanatorium, un mariage sur le tard : bref une vie sans histoires, une vie de routine, partagée entre le travail, les factures à régler et les médicaments.

Sur ce fond de grisaille l’homme souffre continuellement, rongé par un mal inexorable, la tuberculose. Il tousse et crache le sang ; le visage fin et bon, la bouche légèrement moqueuse expriment la mélancolie, et les rides trahissent la crispation de la souffrance. Cette vie ne tient qu’à un fil. Mais chaque instant, si douloureux soit-il, est une victoire sur la maladie. Chaque souffle d’air, le frémissement des feuilles, le bruit des pas sur la neige sont un miracle de la vie.

Nul n’a éprouvé aussi bien que Tchekhov la tristesse désespérante de ces mornes journées où la maladie ne laisse pas de répit, la solitude, le dégoût devant la médiocrité du monde, le tragique à la fois social et métaphysique de la condition humaine ; mais nul n’a connu aussi bien que lui le prix de cette succession d’instants arrachés à la mort.

Fut-il heureux ou malheureux cet homme qui déclare que  » plus le fond sera gris et terne, mieux cela vaudra ? « . La question importe peu.  » Seuls les êtres indifférents sont capables de voir les choses clairement, d’être justes et de travailler « , répond-t-il. Tchekhov s’est désintéressé de sa propre histoire. Il a tout sacrifié à son travail renonçant à vivre pour écrire et, par nécessité, se protégeant contre les dangereux élans de la tendresse.

Son bonheur à lui compte peu, comparé à celui de milliers d’hommes que son œuvre – cette œuvre construite avec froideur, certains diront avec cruauté – a pour mission d’éduquer. Il aime trop les êtres pour s’attacher à l’un en particulier, et il a trop conscience de leur besoin de dignité pour ne pas constamment dénoncer leurs illusions.

L’écrivain ne se veut ni moraliste ni philosophe. Il se contente de peindre la vie, de montrer simplement, modestement les choses. A l’inverse de celle de Tolstoï, son œuvre n’enseigne rien, mais, pourtant, elle donne des leçons. Avant tout Tchekhov est un artiste :  » Mon rôle n’est que d’avoir du talent, autrement dit de savoir distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas, de savoir éclairer les personnages et de leur faire parler leur langue.  »

  » Dans mon enfance je n’ai pas eu d’enfance « . Le petit garçon qui garde la boutique d’épicerie que tient son père, en veillant tard dans la nuit, a déjà sur le monde un regard d’adulte. Entre deux devoirs rédigés à la lueur des bougies, il observe les passants et écoute leurs conversations, tout en luttant contre le sommeil.

Le père, fils de serf libéré, est un homme sévère, violent, qui passe ses colères en maniant le fouet et, l’instant d’après, s’agenouille devant les icônes. On suit très régulièrement les offices chez les Tchekhov, on est confit en dévotions. L’église, la boutique, le lycée, une atmosphère de brutalité et de bigoterie, tel est le cadre où grandit le jeune Anton.

A Taganrog, bourgade du Sud sur la mer d’Azov, la vie est monotone et triste, parfois sordide – les affaires marchent mal ; la famille Tchekhov, le père, la mère et leurs six enfants, vit entassée dans quatre pièces et loue à des étrangers les chambres disponibles. A quatorze ans Anton gagne quelques kopecks en servant de répétiteur à des fils de notables. Mais bientôt la situation se dégrade, car le père qui a emprunté 500 roubles, ne peut rembourser ses traites et doit s’enfouir pour éviter la prison pour dettes. Anton seul reste à Taganrog, où à seize ans, il est chargé de liquider l’affaire et d’envoyer aux siens, à Moscou, l’argent qu’il pourra sauver du naufrage.

Seize ans et des responsabilités d’adulte ! De nature gaie, vive, moqueuse, Anton a vite appris la gravité. C’est lui qui réconforte la famille par Lettreet, chaque mois, à date régulière, il envoie quelques roubles à Moscou. Malgré son enfance misérable et les mauvais traitements de son père, il ne juge pas les siens.

A seize ans, le monde qui l’entoure est celui de la routine de la vie provinciale, de la steppe aux portes de la ville – promesse d’évasion – de l’enfance misérable, de la médiocrité des villageois, de leur médiocrité et de leur soûlerie, des vols des commis, des mensonges et de la misère de ces pauvres qui se résignent à leur sort. Une seule génération sépare Anton du servage, et il ne lui faut pas beaucoup d’imagination pour ressentir la cuisante humiliation des opprimés.

Il a découvert le besoin de dignité inhérent à chaque homme, et ces quelques lignes, écrites en 1879, la réponse à son jeune frère Michel, sont révélatrices :  » Une chose me déplaît dans ta Lettre: pourquoi te qualifies-tu de petit frère nul et insignifiant ? Ton insignifiance, ta médiocrité, sais-tu où seulement tu dois les ressentir ? Peut-être devant Dieu, devant l’esprit, la beauté, la nature ; mais jamais devant les hommes. Devant les hommes il faut prendre conscience de sa dignité « .

Petit-fils de serf, fils de boutiquier, Tchekhov est un vivant exemple de l’ascension sociale offerte aux classes laborieuses par le régime tsariste finissant. Si la peinture que l’écrivain fait des milieux aristocratiques qu’il ne connaissait pas n’est pas des plus convaincantes, il est aussi à l’aise dans le peuple que dans la bourgeoisie et dans les classes libérales. Comme une vieille collection de photos, l’œuvre de Tchekhov nous apprend bien des choses sur la société où il vécut. Société riche en inégalités, bien sûr, mais plutôt bon enfant, société lasse d’elle-même et en quête d’un avenir radieux – donc apte à tomber (comme elle le fit) dans le pire des pièges pseudo-idéalistes, société où la naissance ne compte plus pour rien, où ne règnent que, pour les uns, l’argent, et, pour les autres, une profonde et haute spiritualité.

En 1879 Anton rejoint sa famille à Moscou. Il s’inscrit à la faculté de médecine où il terminera ses études en 1884. Les Tchekhov vivent pauvrement et logent dans un sous-sol humide. Les frères aînés boivent et se dissipent. Anton a la charge des siens et améliore l’ordinaire en publiant quelques brefs récits dans un petit journal humoristique. En 1880, à vingt ans il a publié neuf récits, 5 ans plus tard il atteindra le chiffre de 129 articles et nouvelles !

Mais cette littérature  » alimentaire  » payée 68 kopecks la ligne compte moins dans sa vie que la médecine. Il écrit ses contes trois heures par jour, sur le coin de la grande table où est servi le samovar, au milieu des éclats de rire de ses frères et de leurs camarades. Ses sujets appartiennent à la vie de tous les jours, qu’il observe de son regard moqueur. Sa facilité tient du prodige.

 » La médecine est ma femme légitime, écrit-il, la littérature, ma maîtresse. Quand l’une m’ennuie, je vais passer ma nuit avec l’autre « .

 A partir de 1884 Tchekhov devient médecin pratiquant à Zvenigorod. Son seul souci, grave, est sa santé. Depuis quelque temps il s’est mis à cracher du sang.

L’écrivain célèbre Grigorivitch lui écrit une Lettredans laquelle il exprime son admiration pour son talent. Il lui écrit  » vous vous rendez coupable d’un grand péché moral si vous ne répondez pas à ces espérances.

Jusqu’ici Tchekhov a traité son travail littéraire avec légèreté, comme un passe-temps sans importance, cette Lettrel’oblige à prendre du recul sur lui-même.

Bientôt Tchekhov devient une gloire de la Russie. Il reçoit le prix Pouchkine ; on le courtise, on l’adule, et le public l’aime. Et pourtant combien il est difficile de connaître cet homme de 28 ans, déjà las et déçu, qui se livre si peu. De sa vie sentimentale, on ne sait rien ou presque, en dehors d’une brève aventure d’adolescent avec une jeune paysanne et de son tardif mariage avec l’actrice Olga Knipper.

Beaucoup de femmes l’ont aimé passionnément, lui-même s’avoue sensuel : il s’ennuie sans grand amour. Mais il refuse de s’engager. Il s’interdit d’aimer. Sa froideur est une défense pour sauvegarder sa liberté intérieure.

Et cependant son prochain lui inspire une grande pitié. Il part pour Sakhaline, sous un climat polaire, où sont rassemblés les déchus de la terre, les bagnards russes. Plus tard il soigne les victimes d’une épidémie de choléra, lutte contre la famine, se dépense sans compter, sans jamais faire ni politique ni morale. Contrairement aux écrivains engagés, Tchekhov revendiquait le droit de n’appartenir à aucun parti et de frapper aussi bien à droite qu’à gauche selon les ordres de sa conscience.

Ces activités ne l’empêchent pas d’écrire. Les critiques littéraires sont souvent acerbes à son égard. Lorsque la Mouette est présentée pour la première fois à Saint-Pétersbourg, le spectacle est un désastre.

En 1897 il séjourna à Nice. Il élut domicile à la Pension russe, située au numéro 9 de la rue Gounod, où il retrouva une quarantaine de ses compatriotes. Parmi eux, de nombreux malades. La cuisinière qui était russe préparait d’abondants repas mi-russes, mi-français, où le borchtch voisinait avec le bifteck-pommes frites. Le temps ensoleillé, les fleurs, les palmiers, la mer paisible et bleue, tout l’incitait à la paresse. Il déambulait longuement sur la Promenade des Anglais, s’asseyait à la terrasse d’un café, lisait les journaux, écoutait les orchestres en plein air et s’efforçait de ne penser à rien.

Après une brève amélioration ses crachements de sang se renouvelèrent.

Tchekhov est de plus en plus souffrant et c’est à cette période de sa vie qu’il tombe dans le piège de l’amour, un piège d’autant plus cruel que la maladie et les tournées théâtrales le séparent sans cesse d’Olga. Le 25 mai 1901 Anton et Olga se marient. Il reste à l’écrivain trois ans à vivre. Trois ans de lente agonie. Comme un courant d’air Olga va et vient et repart, aimante mais incapable de sacrifier sa carrière pour l’homme qui se meurt à ses côtés.

Olga ne désespère pas de sauver son mari de la tuberculose et l’emmène dans une ville d’eau de la Forêt-Noire. Une nuit du début de juillet 1904 Tchekhov s’éteint tout doucement à 44 ans en murmurant en allemand :  » Ich sterbe  » (je meurs).

Son œuvre

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

PHOTOS IMPRESSIONNANTES

Posté par sylvie le 2 mars 2011

PHOTOS IMPRESSIONNANTES dans NATURE b5vyn3j0

fzk80dfe dans NATURE

 

 

 

 

 

 

 

 

ybl8f2l1

jk4zo657

Photos impressionnantes …….qui se passent de commentaires

Publié dans NATURE | 1 Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...