PREMIER MAI

Posté par sylvie le 30 avril 2011

Bon premier mai à tous !
 

.Bon 1er mai...

.

Publié dans Divers | 1 Commentaire »

LE VENT

Posté par sylvie le 30 avril 2011

starprincess65.jpg

PERSONNE NE DOIT OUBLIER LE VENT

Personne ne doit oublier le vent
quand il prépare ses voiles…

En premier, tenez vous à l’extérieur,
sentant le vent sur votre figure,
notez sa direction et sa force…

Puis, installez les voiles de votre bateau,
pour le diriger vers votre but.
N’oubliez pas de revérifier le vent,
car il change continuellement.

On aimerait marquer un temps d’arrêt,
après chaque progression de nos accomplissements.
Quand on pense que tout va,
quelque chose se produit:
les enfants grandissent,
on doit prendre sa retraite,
de nouveaux voisins arrivent…

Tel un bon marin,
nous devons constamment réajuster nos voiles.
Qu’un changement soit le bienvenu ou pas,
nous devons nous y ajuster.

A force de trop tenir à nos rêves,
nous pouvons passer outre à la réalité.
En faisant la paix avec le changement,
nous grandirons et serons transformés
au delà de toute espérance

troismats.jpg

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

SUR LA PLAGE

Posté par sylvie le 28 avril 2011

PLAGES DU MONDE / rien que des plages

.PLAGES DU MONDE / rien que des plages

.PLAGES DU MONDE / rien que des plages

..PLAGES DU MONDE / rien que des plages

..PLAGES DU MONDE / rien que des plages

.

PLAGES DU MONDE / rien que des plages

.PLAGES DU MONDE / rien que des plages

.PLAGES DU MONDE / rien que des plages

.Sur la plage

La plage étincelle, fume
Et retentit, vaste enclume
Que les vagues et le vent
Couvrent de bruit et d’écume.
Je vais, selon ma coutume,
Le long du galet mouvant,
Les yeux au large, rêvant
Quelque rêve décevant
Salé de fraîche amertume.
Avec leurs doux cris joyeux
Et leurs mines ingénues,
De beaux enfants, jambes nues,
Se mouillent à qui mieux mieux.
De loin, les suit et les gronde
Une vieille grand-maman.
Une jeune femme blonde
Lit toute seule un roman.
Les légères mousselines
Des nuages vagabonds
Se déchirent aux collines.
Les grandes vagues félines
Se cabrent, puis font des bonds.
Et je contemple l’abîme ;
Et je voudrais, âme et corps,
Me mêler aux longs accords
Qui roulent de cime en cime.

EMILE BLEMONT

SEA, SUN… :)

 

SEA, SUN… :)

 

.

Publié dans POESIE | 3 Commentaires »

PAUSE

Posté par sylvie le 20 avril 2011

 

Je prends une petite pause ……

Bonne semaine à tous!!!

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

ERNEST HEMINGWAY

Posté par sylvie le 14 avril 2011

Ernest Hemingway

Ecrivain américain

[Né à Oak Park, Illinois le 21 juillet 1899
Décédé à Ketchum, Idaho le 02 juillet 1961

Fils d’un médecin et d’une musicienne, Ernest Hemingway est né près de Chicago. Très jeune, il devient reporter au Kansas City

Star puis s’engage sur le front italien pendant la 1re Guerre mondiale où il est grièvement blessé. Il s’installe à Paris et commence à écrire

. Il s’impose dès ses premiers romans et le succès l’amène à voyager dans le monde entier. Il est correspondant de guerre lors de la guerre civile espagnole qui lui inspire son grand succès Pour qui sonne le glas. Il est de nouveau correspondant pendant la 2e Guerre mondiale.

En 1952, il écrit Le Vieil Homme et la mer, et reçoit le Prix Nobel de littérature en 1954. Malade, il se suicide en 1961.

 Avec Le Vieil Homme et la mer, Hemingway signe l’une des œuvres majeures du XXe siècle, parabole de la victoire dans la défaite où l’homme ne triomphe jamais totalement. Figure incontournable de l’écrivain aventurier, bon vivant, buveur, prêt à cotoyer la mort, son style est “réaliste” et ses romans ont pour personnages principaux soit des aventuriers (tel que lui) soit des personnages “désanchantés” ou cyniques ayant perdus fois en la vie.

Les anecdotes sur Ernest Hemingway

La belle infirmière…
Blessé sur le front italien, Ernest Hemingway est transféré à l’hôpital de Milan où il tombe amoureux d’une jeune infirmière anglaise, Margaret Jenkinson. Il fera un livre de cette rencontre : le fameux  ” l’ Adieu aux armes”.

Ernest Hemingway s’est écrasé en avion dans la jungle africaine, passant un temps pour mort aux yeux du monde. C’est l’une des nombreuses anecdotes qui lui ont valu la réputation d’aventurier, avec son penchant notoire pour l’alcool.

Les citations d’Ernest Hemingway

«C’est quand on est vaincu qu’on devient chrétien.»
[ Ernest Hemingway ]L’adieu aux armes

«Quand on a du succès, c’est toujours pour les mauvaises raisons. Quand on devient populaire, c’est toujours dû au pire aspect du travail effectué.»
[ Ernest Hemingway ]

«De la joie chez les gens intelligents, est la chose la plus rare que je connaisse.»
[ Ernest Hemingway ]

«Nous devons nous y habituer : aux plus importantes croisées des chemins de notre vie, il n’y a pas de signalisation.»
[ Ernest Hemingway ]

«Décider de ne pas être un salopard permet de se sentir plutôt bien… Ca pourrait presque remplacer Dieu.»
[ Ernest Hemingway ]Le soleil se lève aussi

«La lâcheté est presque toujours due à la simple incapacité de suspendre l’activité de son imagination.»
[ Ernest Hemingway ]Men at war

«Le temps est la plus petite chose dont nous disposons.»
[ Ernest Hemingway ] – Extrait d’interview dans The New Yorker – 13 Mai 1950

«La première panacée pour une nation mal dirigée est l’inflation monétaire, la seconde est la guerre. Les deux apportent prospérité temporaire et destruction indélébile. Les deux sont le refuge des opportunistes économiques et politiques.»
[ Ernest Hemingway ]Notes sur la guerre – Septembre 1935

«Celui qui a commencé à vivre plus sérieusement de l’intérieur commence à vivre plus facilement à l’extérieur.»
[ Ernest Hemingway ]

«D’une utilisation imprécise, tous les mots ont perdu leur tranchant.»
[ Ernest Hemingway ]La mort dans l’après-midi

«J’ai appris à ne jamais tarir le puits de mon inspiration, à toujours m’arrêter quand il restait un peu d’eau au fond et à laisser sa source le remplir pendant la nuit.»
[ Ernest Hemingway ]

«Ce qui est moral est ce que vous trouvez bon après et ce qui est immoral est ce que vous trouvez mauvais après…»
[ Ernest Hemingway ]La mort dans l’après-midi

«Chacun de mes contacts avec la politique m’a donné l’impression d’avoir bu dans un crachoir.»
[ Ernest Hemingway ] – Extrait du journal New York Times -17 Septembre 1950

«Le déplacement majestueux de l’iceberg est dû au fait qu’un neuvième seulement se laisse voir à la surface de l’eau.»
[ Ernest Hemingway ]

«Le chat est d’une honnêteté absolue : les êtres humains cachent, pour une raison ou une autre, leurs sentiments. Les chats non.»
[ Ernest Hemingway ]

«Dans tous les arts, le plaisir croît avec la connaissance que l’on a d’eux.»
[ Ernest Hemingway ]

«Toutes les fresques paraissent bonnes quand elles commencent à peler et à s’écailler.»
[ Ernest Hemingway ]L’adieu aux armes

 

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

Posté par sylvie le 14 avril 2011

quelbonheur.jpg

 

Désolée mes amis d’être moins présente ces jours ci , des petits soucis m’empechent d’etre aussi régulière , mais  je ne vous oublie pas…

*

LA MER

La mer brille comme une coquille
on a envie de la pêcher,
La mer est verte, la mer est grise,
Elle est d’azur, elle est d’argent,
Elle est d’argent et de dentelle.

PAUL FORT

 

 

 

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

ma citation du soir

Posté par sylvie le 7 avril 2011

Citations

La vie est un miroir dans lequel l’homme n’est jamais que le reflet de lui même…CHAMFORT;

.

Publié dans CITATIONS | 2 Commentaires »

LA CONSCIENCE

Posté par sylvie le 7 avril 2011

QU’EST CE QUE LA CONSCIENCE ?Lorsqu’une montagne ou une plante subissent les actions de leur milieu extérieur, elles ne le savent pas… Lorsqu’un être humain subit une action ou bien décide d’en engager une, il peut le savoir.. ” conscience” vient de deux mots latin signifiant ” savoir avoir” … La conscience est une forme de savoir …

Il existe des savoirs inconscients : la plus grande part de notre mémoire constituée d’un ensemble très vaste et indéfini de souvenirs, est inconsciente. Lorsque Socrate disait  que la seule chose qu’il sait, c’est qu’il ne sait rien, alors que les sophistes ne savent rien mais croient tout savoir, il établissait la distinction entre une ignorance consciente et  une ignorance  inconsciente…

La conscience est moins une chose qu’une relation ..  La conscience se porte vers deux directions possibles : le monde extérieur , qui est celui des choses et des autres ou bien le monde intérieur . Seul l’être humain est capable d’avoir  conscience de lui même

Il existe un principe de distinction entre deux formes de conscience : celle qui juge les faits, et celle qui juge  d’après les valeurs.. On appelle conscience morale la seconde forme de conscience et conscience psychologique la première.

La conscience psychologique porte sur l’être alors que la conscience morale porte sur le devoir-être..  La conscience psychologique se rapporte aux faits, ses jugements sont des jugements de faits alors que la conscience morale se rapporte aux valeurs ses jugements sont des jugements de valeur..  Dans les expressions ” prendre conscience”,” perdre conscience” le terme ” conscience ” est pris au sens  psychologique, dans les expressions ” bonne ou mauvaise conscience” ” en son âme et conscience”  le terme conscience a un sens moral ..

De même, il ne faut pas confondre ” expliquer ” et justifier ” … Expliquer c’est  rendre compte d »une chose par des causes et des conditions , justifier, c’est donner une légitimité à une chose : lorsque un sociologue explique la violence ou le racisme ,il ne le justifie pas évidemment..

Publié dans philosophie | Pas de Commentaire »

PRINTEMPS

Posté par sylvie le 2 avril 2011

fond ecran printemps

.Ravie de vous retrouver après quelques jours d’absence …

Le printemps est là ….Quel bonheur de profiter de ces longues journées, du ciel bleu….

Le Printemps

Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses des lilas fleurissent.
Les amantes qui te chérissent
Délivrent leurs cheveux flottants.

Sous les rayons d’or éclatants
Les anciens lierres se flétrissent.
Te voilà, rire du Printemps !
Les thyrses de lilas fleurissent.

Couchons-nous au bord des étangs,
Que nos maux amers se guérissent !
Mille espoirs fabuleux nourrissent
Nos coeurs gonflés et palpitants.
Te voilà, rire du Printemps

THEODORE DE BANVILLE

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...