• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

CITATIONS INDIENNES

Posté par sylvie le 29 septembre 2011


Proverbes.... Indiens

L’ardeur du soleil fait mieux apprécier d’être à l’ombre.

Proverbes.... Indiens

On admire les choses que l’on ne comprend pas..

Proverbes.... Indiens

Pourquoi s’en prendre à la flèche, quand le tireur est présent ? 

.

Proverbes.... Indiens

Celui qui a un ami véritable n’a pas besoin d’un miroir.

.

Proverbes.... Indiens

Le monde semble sombre quand on a les yeux fermés.

.

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

REPONSES AUX QUESTIONS QUE VOUS NE VOUS ETES JAMAIS POSEES

Posté par sylvie le 28 septembre 2011

 Le drapeau des Etats Unis comporte treize bandes rouges et blanches et cinquante étoiles. A quoi correspondent-elles ?

Avant leur indépendance, les Etats Unis appartenaient à la Grande Bretagne. Ils étaient formés de treize colonies : Virginie, New Jersey, Massachusetts, Pennsylvanie,… le drapeau était alors composé de treize bandes rouges et blanches, une par colonie, avec dans le coin supérieur  gauche le drapeau britannique, pour rappeler à qui appartenaient ces colonies. A partir de 1776 , les Américains ont entamé une guerre pour leur indépendance. Lorsqu’ils l’ont obtenue, chaque colonie est devenue un état.  L’ensemble a été appelé les « Etats Unis d’Amérique ».  Et, bien sur, le drapeau a été modifié. Les treize bandes rouges et blanches sont restées mais le drapeau britannique a disparu: à la place, on a mis treize étoiles blanches, une par Etat. Par la suite, avec la conquête de l’Ouest, les Etats Unis  se sont agrandis et de nouveaux Etats ont été crées: Vermont et Kentucky, Tennessee, Ohio, Louisiane, Indiana, Mississipi… Chaque fois, le drapeau s’est enrichi de nouvelles étoiles. Les deux dernières ont été rajoutées en 1959 et 1960, lorsque l’Alaska pui Hawaï   sont devenus des Etats. Aujourd’hui le drapeau en compte cinquante, une par état…

Le triangle des Bermudes est-il dangereux ?

Au large de la Floride, le 5 décembre 1945 cinq bombardiers américains s’égarent, et, par manque de carburant , disparaissent l’un après l’autre en mer. L’un des hydravions partis à leur secours disparaît lui aussi. Plusieurs journalistes s’intéressent à l’affaire, et en 1964 l’un d’eux parle pour la première fois du mystérieux  » triangle des Bermudes », un bout de l’Océan Atlantique dont les sommets sont la Floride, l’île de Porto Rico et les îles Bermudes. Plusieurs dizaines d’avions et de navires y auraient disparu. De nombreuses tentatives d’explication ont été avancées, dont certaines sont farfelues: ce serait un repaire d’extraterrestre, à moins qu’il n’y ait là une faille spatio-temporelle… D’autres sont plus sérieuses: il pourrait y avoir une perturbation du magnétisme terrestre qui dévierait les boussoles, ou encore des  » flatulences océaniques », émissions naturelles de méthane sous marin provoquant des remous. Mais l’explication la plus sérieuse est qu’il n’y a pas de mystère : dans cette région une fois et demie  plus grande que la Méditerranée, zone de passage des cyclones, les naufrages ne sont en réalité pas plus nombreux qu’ailleurs …

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 20 septembre 2011

Crea 11 juillet 2011

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

ma citation du dimanche

Posté par sylvie le 18 septembre 2011

Hebergeur d'image

Publié dans CITATIONS | 2 Commentaires »

REVE D’AUTOMNE

Posté par sylvie le 17 septembre 2011

Rêve d’automne      

    

Salut ! bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! le deuil de la nature
Convient à la douleur et plaît à mes regards !

Je suis d’un pas rêveur le sentier solitaire,
J’aime à revoir encore, pour la dernière fois,
Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière
Perce à peine à mes pieds l’obscurité des bois !

Oui, dans ces jours d’automne où la nature expire,
A ses regards voilés, je trouve plus d’attraits,
C’est l’adieu d’un ami, c’est le dernier sourire
Des lèvres que la mort va fermer pour jamais !

Ainsi, prêt à quitter l’horizon de la vie,
Pleurant de mes longs jours l’espoir évanoui
Je me retourne encore et d’un regard d’envie
Je contemple ses biens dont je n’ai pas joui !

Peut-être l’avenir me gardait-il encore
Un retour de bonheur dont l’espoir est perdu ?
Peut-être dans la foule, une âme que j’ignore
Aurait compris mon âme et m’aurait répondu ? …

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphyr ;
A la vie, au soleil, ce sont là mes adieux ;
Moi, je meurs et mon âme au moment qu’elle expire,
S’exhale comme un son triste et mélodieux.

Alphonse de Lamartine

 

44293713

drnthfyf 

sc6dzz8y

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

AUJOURD’HUI

Posté par sylvie le 15 septembre 2011

bellecascade.jpg

AUJOURD’HUI EST À TOI

La chose la plus précieuse
Que tu possèdes au monde est « aujourd’hui ».
Aujourd’hui, tu peux être heureux.


La plupart de nos misères sont des restes d’hier
Ou des soupçons empruntés à demain.
Tous tes hier, Il les a repris,
Tous tes demains sont entre ses mains.


Aujourd’hui est à toi:
Prends-en les joies et sois heureux,
Prends-en les peines et sois toi.
Décide aujourd’hui même
De jouir de ton travail comme de tes loisirs.


Aujourd’hui est à toi:
Vis-le,
Emplis-le,
Chante-le,
De sorte que, toujours, tu puisses dire:

J’AI AIMÉ AUJOURD’HUI.

Publié dans Divers | 1 Commentaire »

LE CORBEAU ET LE RENARD

Posté par sylvie le 12 septembre 2011

renard fond ecran

POUR LE PLAISIR, CETTE FABLE :

 Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois. »
A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s’en saisit, et dit : « Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.  »
Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Dans la fable Le Corbeau et le Renard, la morale est la suivante : apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. Cette fable fait voir ce que peut l’esprit, et que la sagesse est toujours la plus forte. Le corbeau, par vanité  montre le peu de richesse qu’il a et il se le fait voler. Le renard, lui ne possède rien, mais il repart la bouche pleine. 

 

Publié dans Divers | 2 Commentaires »

DIAPO

Posté par sylvie le 11 septembre 2011

http://www.kizoa.fr/diaporama/d274177k4217866o1/diapo-2

 

Une petite ballade dans la nature !!

Bon dimanche à tous …

Publié dans NATURE | Pas de Commentaire »

LA LIBERTE

Posté par sylvie le 9 septembre 2011

femmebonheur.jpg

Si la philosophie ne devait retenir qu’un concept, ce serait sans doute celui de la liberté. S’il n’a pas toujours été au centre des préoccupations, il l’est du moins   à l’époque moderne.

La liberté est aujourd’hui une valeur universelle, le pilier de tous les régimes démocratiques. Depuis trois siècles, les hommes se battent et se révoltent en son nom. La réflexion philosophique ne pouvait être totalement étrangère à cette tendance historique qui pousse les hommes vers la liberté.

La liberté est une notion aux multiples facettes,et si elle est chère à tous les coeurs, tous ne l’entendant pas de la meme maniere. 

Être libre, en première approximation, c’est ne recevoir d’ordre de personne. Plus généralement  c’est vivre sans dépendre d’une volonté étrangère ou d’un pouvoir extérieur; la forme première de la liberté est donc incontestablement l’indépendance.

La liberté passe aussi par l’indépendance économique. La liberté de disposer de sa vie ne saurait être entière si l’on n’est pas libre de la gagner, il est donc parfaitement conforme à une réflexion sur la liberté d’inclure l’exigence que le travail lui aussi , soit libre  et que l’homme s’y réalise, alors que bien souvent il n’est qu’un effort péniblement consenti sous le double effet d’une nécessité extérieure (celle de  satisfaire ses besoins) et d’une contrainte sociale ….

 ]a liberté existe toujours. Il suffit d’en payer le prix  
Henry de Montherlant 

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui nuit pas autrui
Déclaration des droits de l’homme

La liberté d’être commence lorsque l’obligation de ressembler est abolie  
Emmanuel Gomez 

La liberté, c’est toujours la liberté de l’autre  Rosa Luxembourg 

En fait, nous sommes une liberté qui choisit, mais nous ne choisissons pas d’être libres: nous sommes condamnés à la liberté
Jean-Paul Sartre 

Le vrai démocrate est celui qui, par des moyens non violents, défend sa liberté, par conséquent celle de son pays et, finalement celle de l’humanité toute entière  
Gandhi 

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 8 septembre 2011

ij6s2p10bonnesemaine.gifAvec un peu de retard, je vous souhaite une bonne  rentrée……..

Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur, elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries…..MARCEL PROUST;

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...