PETITE ALOUETTE

Petite Alouette

Le jour commence à peine à blanchir les collines,

Dans la plaine qui dort encore,

Au long des prés bordés de sureau et d’épines,

Le soleil aux traits d’or

N’a pas encore changé la brume en perles fines.

Et déjà, secouant dans les sillons de blé

Tes ailes engourdies,

Alouette, tu pars, le gosier tout gonflé

De jeunes mélodies,

Et tu vas saluer le jour renouvelé.

Dans l’air te balançant, tu montes et tu chantes,

Et tu montes toujours.

Le soleil luit, les eaux frissonnent blanchissantes ;

Il semble qu’aux alentours

Ton chant ajoute encore des clartés plus puissantes.

Plus haut, toujours plus haut, dans le bleu calme et pur,

Tu fuis allègre et libre,

Tu n’es plus pour mes yeux déjà qu’un point obscur,

Mais toujours ta voix vibre ;

On dirait la chanson lointaine de l’azur…

O charme aérien !… Alouette, alouette,

Est-ce du souffle heureux

Qui remue en Avril les fleurs de violettes

Ou du rythme amoureux

Des mondes étoilés, que ta musique est faite ?

Tout s’éveille à ta voix : le rude laboureur

Qui pousse sa charrue,

Le vieux berger courbé qui traverse rêveur

La grande friche nue,

Se sentent rajeunis et retrouvent du coeur.

Sur tes ailes tu prends les larmes de la terre

A chaque aube du jour,

Et des hauteurs du ciel par un joyeux mystère

Tu nous rends en retour

Des perles de gaieté pleuvant dans ta lumière

ANDRE THEURIET

PETITE ALOUETTE alou_cham

André Theuriet

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...