LES PERSONNAGES QUI ONT MARQUE L’HISTOIRE

Posté par sylvie le 30 août 2012

Rencontre avec des personnalités qui ont marqué notre siècle, mais aussi avec des hommes et des femmes à la figure originale et attachante et dont la présence est plus sentimentale qu’objective.. Au fil de ces portraits, c’est un siècle d’histoire qui défile, racontée à travers ceux qui l’ont faite ou vécue :hommes politiques, comme De Gaulle, Roosevelt ou Mandela, écrivains, comme Proust ou Sartre, artistes comme Matisse , ,Nijinski ou Picasso, scientifiques comme les Curie ou Einstein, sportifs comme Pelé ou Owens…

Tous ont en commun d’avoir signifié dans leur oeuvre la fin d’une époque et l’entrée dans une forme nouvelle. Ces personnages nous entraînent dans un voyage au coeur de ce siècle, ils en fixent pour nous la mémoire.

NEIL ARMSTRONG : Il nous a quitté il y’a quelques jours, l’occasion de lui rendre hommage

Le 22 juillet 1969 devant des millions de téléspectateurs fascinés, se réalisait l’aventure écrité par Jules Verne et dessinée par Hergé : l’homme marchait sur la lune. Neil Armstrong, chef de l’expédition Apollo &&, posa le premier le pied sur le sol caillouteux de la Mer de la tranquillité et prononça une phrase préparée de longue date et devenue célèbre  » Un petit pas pour un hmme, un bond de géant pour l’humanité ». Juste derriere lui descendit le colonel Edwin Aldrin, t andis que, en orbite autour de la lune, le lieutenant colonel Michael Collins veillait aux commandes de la capsule Apollo. Après quatre jours de voyage dans l’espace, les deux hommes passeront vingt et une heures et trente sept minutes sur la Lune, recueillant le maximum d’échantillons de roches et disposant les appareils scientifiques nécessaires à l’étude de la planète. Mission accomplie, ils regagneront Apollo avec 25 kg de débris lunaires. Quatre jours plus tard, le 24 juillet, ils amerrissentdans le Pacifique. En huit jours, ils ont parcouru plus d’unmillion et demi de kilomètres et pris pied sur un astre jusqu’alors interdit à tout être vivant.

JACQUES YVES COUSTEAU : le monde du silence

S’il est un français contemporain connu du monde entier, c’est bien le commandant Cousteau. Son bonnet rouge, son pull marin, son visage buriné, sa  » Calypso », ses films, ses expéditions sont légendaires. Avec l’abbé Pierre, Jacques Yves Cousteau s’envole dans les sondages de popularité. Cet officier de marine est à la fois un savant, un aventurier, un écologiste, un cinéaste. Il sait nous faire rêver et partager ses passions. A 23 ans, il met au point avec l’ingénieur Gagnan le scaphandre autonome qui porte leurs noms. Cet appareil est le point de départ de l’épopée car il a permis à Cousteau de se livrer àune exploration océanographique de la planète quasi systématique. Cette découverte qui relégua aux oubliettes les scaphandres  » à semelles de plomb » chers à Jules Verne, facilita l’essor de l’archéologie sous marine. Le commandant Cousteau a filmé d’innombrables documentaires et films dont  » le monde du silence » et le Monde sans soleil …

CHRISTIAN DIOR : la bombe du New-look

Il suffit parfois d’une seule journée pour changer un destin. C’est ce qui est arrivé à Christian Dior. A quarante deux ans, cet homme tranquille, au physique plutôt banal, créa sa propre maison de haute couture, sur le tard, grâce à l’appui financier de Marcel Boussac. Il lança sa première collection, sous la neige et en pleines restrictions, le 12 fevrier 1947 au30 avenue Montaigne. Contraste saisissant entre un Paris glacé et presque affamé et le luxe éblouissant de la bombe lancée par Dior : la mode new look. Le succès fut immédiat et complet. Devant l’extrême élégance des mannequins- tailles de guêpe, jupes longues en corolle, le tout coiffé d’immenses capelines- les observatrices américaines s’extasièrent.  » Dieu veuille secourir ceux qui ont acheté avant d’avoir vu la collection de Dior, écrivit une journaliste. Il est génial, il a tout changé »… Toujours est-il que la mode s’était trouvé un nouveau roi et que les retombées économiques furent immenses,des deux côtés de l’Atlantique.



ALBERT EINSTEIN : un génie humaniste

Après de brillantes études, Einstein écrit, à vingt six ans , trois mémoires qui vont, littéralement, changer la face du monde. Les deux premiers, développés les années suivantes, lui valurent le Nobel de Physique en 1921 pour ses  » travaux sur le mouvement brownien et son interprétation de l’effet photoélectrique » Le troisième mémoire jette les bases de la relativité restreinte et sera à l’origine de la libération de l’énergie nucléaire. Cette théorie générale de l’univers s’est imposée pour expliquer de nombreux phénomènes observés à l’échelle atomique ou astronomique et a eu une influence considérable sur la philosophie contemporaine.  » Partagé entre la politique et les équations » selon ses propres mots, Einstein milita toute sa vie en faveur de la paix et de la réconciliation des peuples. Il luttera contre la prolifération des armes nucléaires et apportera son soutien à la cause juive .. 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

PRENDRE LE TEMPS

Posté par sylvie le 24 août 2012

CHAQUE
JOUR…

Prends le temps
de penser,
c’est la source du pouvoir!

Prends le temps
de te distraire,
c’est le secret d’une perpétuelle
jeunesse.

Prends le temps
de lire,
c’est la fontaine de la sagesse.

Prends le temps
d’aimer et d’être aimé,
c’est le privilège divin.

Prends le temps
d’être aimable,
c’est le chemin du bonheur.

Prends le temps
de rire,
c’est la musique de l’âme.

Prends le temps
de te reposer,
sans quoi tu ne pourras jouir
d’aucun autre
privilège.

(Auteur
inconnu)

PRENDRE LE TEMPS b2ckay14

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

LA BAS

Posté par sylvie le 3 août 2012

LA BAS 2h61r7x2LA BAS

 

Le    départ

 

 

Adieu l’étang et toutes mes colombes

Dans leur tour et qui mirent gentiment

Leur soyeux plumage au col blanc qui bombe,

Adieu l’étang.

Adieu maison et ses toitures bleues

Où tant d’amis, dans toutes les saisons,

Pour nous revoir avaient fait quelques lieues,

Adieu maison.

Adieu vergers, les caveaux et les planches

Et sur l’étang notre bateau voilier,

Notre servante avec sa coiffe blanche,

Adieu vergers.

Adieu aussi mon fleuve clair ovale,

Adieu montagne! Adieu arbres chéris!

C’est vous qui êtes ma capitale

Et non Paris.
 Max JACOB ( 1872-1944)

 

 

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...