LA BAS

LA BAS 2h61r7x2LA BAS

 

Le    départ

 

 

Adieu l’étang et toutes mes colombes

Dans leur tour et qui mirent gentiment

Leur soyeux plumage au col blanc qui bombe,

Adieu l’étang.

Adieu maison et ses toitures bleues

Où tant d’amis, dans toutes les saisons,

Pour nous revoir avaient fait quelques lieues,

Adieu maison.

Adieu vergers, les caveaux et les planches

Et sur l’étang notre bateau voilier,

Notre servante avec sa coiffe blanche,

Adieu vergers.

Adieu aussi mon fleuve clair ovale,

Adieu montagne! Adieu arbres chéris!

C’est vous qui êtes ma capitale

Et non Paris.
 Max JACOB ( 1872-1944)

 

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...