• Accueil
  • > Archives pour janvier 2013

CHEETAH LA BELLE ( guépards)

Posté par sylvie le 27 janvier 2013

Appartenant à la fois à la famille des chats dont il a la tête,les moustaches et le ronronnement, et à la famille des chiens dont il possède les griffes non rétractiles, le guépard a rendu perplexe de nombreuses générations de naturalistes. Dénommé  » loup tigre » par Buffon, et  » Léopard de chasse » par Brehm, le e plus docile des grands félins n’a été connu qu’assez tard en Europe où il a été introduit par les Croisés revenant de Terre Sainte.

 

 

CHEETAH LA BELLE  ( guépards) dans ANIMAUX guepard_3

 

Originaire de l’Orient où il avait depuis longtemps conquis ses lettres de noblesse pour ses aptitudes à la chasse, le guepard fut également le commensal attiré de tous les sultans et maharadjas qui en confiaient le dressage à leur harem, la tradition voulant que le bavardage incessant des femmes suffise à briser toute vélleité de révolte chez l’animal…

 

Le guépard, que les Anglais appellent Cheetah ( nom dérivé d’un mot persan signifiant moucheté) est l’un des meilleurs exemples de la théorie de Darwin sur l’évolution des espèces. En effet,   ne vivant qu’en terrain découvert, il est obligé de chasser à courre. Cette activité spécifique, inhabituelle chez les félins , a modifié profondément la structure des pattes et l’allongement des membres tout en diminuant la surface portante des pieds. fond-ecran-animaux-guepards-016 dans ANIMAUX

 

L’extraordinaire vélocité du guépard tient essentiellement à la nature hybride de sa morphologie. En effet, seules les pattes ont subi une adaptation à la course, tandis que le reste du corps reste typiquement félin avec toutes les qualités de souplesse et de nervosité que lui donne sa forme longiligne. Le guépard se distingue des autres félins par les taches rondes de sa robe,.Autre signe distinctif : son larmier, sorte de maquillage qu’on dirait fait d’un rimmel noir coulant de ses yeux et entourant son museau. Contrairement à tous les autres félidés, le guépart n’a pas une très bonne acuité visuelle dans l’obscurité, s’apparentant également sur ce point avec la plupart des canidés. Mais il compense son défaut de vision par une ouie et un odorat parfaitement développé , et surtout par un remarquable pouvoir d’interprétation des moindres indices.  On a souvent vanté l’intelligence du guépard,en se basant sur sa bonne volonté à se laisser domestiquer…Ce qui n’est pas un critère évident.Mais c’est dans son milieu naturel qu’il donne la pleine mesure de ses moyens. C’est ainsi que certains zoologues ont mis en évidence ses possibilités vocales hors du commun. Beaucoup ont remarqué que soumis à une forte émotion, le guépard pousse des petits cris métalliques ressemblant à un gazouillis d’oiseau…

 

Le guépard est un merveilleux sprinter.. Incapable de maintenir son effort sur plus de quelques centaines de mètres si sa proie lui échappe, il doit abandonner la poursuite à bout de souffle et de force. Toute son efficacité réside donc dans l’accélération fulgurante de sa course qui lui permet de rattraper la plus rapide des antilopes sur une distance d’un peu plus du double de son handicap au départ.  A défaut de gros bibier, le guépard se contente de proies modestes et ce sont les oiseaux qui lui payent le plus lourd tribut, seuls les    écureuils ou les lièvres parviennent parfois à lui échapper par les brusques crochets dont ils entrecoupent leur fuite, alors que le guépard, emporté par sa vitesse, suit une trajectoire parfaitement rectiligne.

 

Cependant son gibier de prédilection reste l’antilope qu’il approche de deux façons différentes,      en ayant soin de se placer à bon vent de manière à ne pas être trahi par son odeur  aux narines humains, parfaitement décelées par les futures victimes.

 

Moins exclusivement solitaire que le tigre ou la panthère, le guepard se montre un compagnon plus paisible et plus aimant pour sa compagne, lorsque vient la saison des amours. Vivant en communauté étroite et en bonne intelligence, ils chassent, mangent et dorment ensemble, tout en se livrant à des jeux amoureux d’une tendresse surprenante pour des fauves. Après trois mois de gestation , la femelle donne naissance à trois ou quatre petits guépards aveugles de la taille d’un chaton. Comme les lionnes, les guépardes déplacent souvent leur portée pour des raisons de commodité, mais à trois   semaines , les petits sont déjà capables de marcher. Ils ne commenceront à accompagner leur mère dans ses déplacements qu’à un mois environ, âge auquel ils commencent à manger de la viande. Les jeunes guépards sont souvent victimes des prédateurs attirés par ces proies faciles :   lions, hyènes, panthères…. Aussi ne faut-il pas s’étonner s’il en survit un peu plus du quart! Pour faire face à cette situation dangereuse pour l’espèce, la nature a  provoqué chez la guéparde une curieuse réaction physiologique qui lui permet dans le cas ou elle perd accidentellement sa portée, de s’accoupler à nouveau dans un délai de huit jours. Cette faculté de reproduction accélére a pu également être observée chez la lionne.

fond-ecran-animaux-guepards-010

 

Malgré cette ultime ressource, les guépards se maintiennent difficilement, et c’est la raison pour laquelle l’action nocive de l’homme venant s’ajouter à celle d’un environnement hostile est tellement ctastrophique, les reproductions en captivité  étant si rares qu’elles résultent plus du hasard que d’un espoir  possible de maintenair artificiellement l’espèce.

Publié dans ANIMAUX | Pas de Commentaire »

AUX ARBRES

Posté par sylvie le 22 janvier 2013

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! – vous m’avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d’eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m’occupent tout un jour.
La contemplation m’emplit le coeur d’amour.
Vous m’avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l’esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l’oeil dans l’herbe profonde,
L’étude d’un atome et l’étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m’avez vu fuir l’homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s’élance,
Et je suis plein d’oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, – je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J’ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m’endormirai

VICTOR HUGO

 

AUX ARBRES dans POESIE autom

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

LES LARMES

Posté par sylvie le 21 janvier 2013

LES LARMES

Quelquefois, elles apparaissent en bande.

Souvent ce n’est qu’une seule qui prend son envolée

Pour se poser sur le bord d’une paupière.

En s’envolant de nous, ces oiseaux larmes entraînent

comme des pierres sous leurs ailes

Une partie de la douleur

Qui rend le coeur si lourd à porter.

Mais pour se rendre jusqu’aux yeux

D’où ils s’échappent,

Ils doivent lutter contre les vents de l’indifference,

de l’orgueil …

Ceux là qui, quelquefois attrapent

ces oiseaux dans un grand filet,

les gardent prisonnier en une boule

Au centre de la gorge.

Ce sont les messagers du monde

de notre coeur à montrer aux autres..

Les oiseaux larmes  chantent la beauté de notre être.

Ne capturons jamais d’oiseaux-larmes

Ils ont quelque chose à dire.

Lorsqu’une larme jaillit des yeux d’un être

pour se laisser glisser sur sa joue,

Cueillez là d’un baiser

Elle donnera à vos lèvres

Des paroles d’amour.

LES LARMES dans Divers larme2

Publié dans Divers | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 10 janvier 2013

 

On me trouve trop souvent sensible, mais je pense :

- qu’on ne réalise rien de bon, rien de bien quand on a le coeur sec.

- Il faut savoir aimer.

-Aimer , c’est frémir au spectacle d’un coucher de soleil.

- C’est caresser un arbre pour le sentir vibrer,

-C’est parler à une fleur, à un oiseau qui passe,

-C’est apprécier la sensualité d’un objet ou d’un livre,

-C’est se réjouir de l’instant présent;

- C’est vivre de grandes passions et s’émouvoir d’un rien

Et savoir l’exprimer à soi-même et aux autres …

 

MA PENSEE DU SOIR dans CITATIONS colombe-de-la-liberte

 

 

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

INVITATION AU VOYAGE

Posté par sylvie le 8 janvier 2013

l'invitation au voyage                      17735

de charles
baudelaire

L’INVITATION AU VOYAGE

Mon enfant, ma soeur,

Songe à la douceur

D’aller vivre là – bas ensemble!

Aimer à loisir

Aimer et mourir

Au pays qui te ressemble

Les soleils mouillés

De ces ciels brouillés

Pour mon esprit ont les charmes

Si mystérieux de tes traitres yeux

Brillant à travers leurs larmes.

La, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,

Polis par les ans,

Décoreraient notre chambre,

Les plus rares fleurs

Mêlant leurs odeurs

Aux vagues senteurs de l’ambre

Les riches plafonds,

Les miroirs profonds,

La splendeur orientale,

Tout y parlerait à l’âme en secret

Sa douce langue natale.

La , tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux

Dormir ces vaisseaux

Dont l’humeur est vagabonde,

C’est pour assouvir ton moindre désir,

Qu’ils viennent du bout du monde

Les soleils couchants

Revêtent les champs

Les canaux,

La ville entière,

D’hyacinthes et d’or,

Le monde s’endort

Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,

Luxe , calme et volupté.

CHARLES BAUDELAIRE   Les Fleurs du Mal

mes tubes romantique

Les Fleurs du mal sont un recueil  poétique de Baudelaire publié en 1857, reprenant toutes ses créations depuis  1840. L’ouvrage a été retouché en 1861 après avoir été condamné en justice pour  immoralité, puis complété à titre posthume en 1868 pour sa dernière édition.  Baudelaire y évoque ses tourments internes, la fêlure qui meurtrit son âme, la  lutte sans fin entre le Spleen et l’Idéal qui le consume inexorablement.


« L’invitation au voyage » est un poème versifié célèbre extrait de la  première (et majeure) partie du recueil intitulée « Spleen et Idéal ». Il a été inspiré par Marie Daubrun, une actrice dont le poète s’est brièvement  mais intensément épris. Baudelaire lui déclare ici un amour plus mystique que  sensuel. Le voyage auquel le poète invite sa bien-aimée n’est qu’une promesse de  voyage s’épanouissant dans le rêve. C’est une invitation à se rendre dans un  lieu privilégié, un lieu idéal censé apporter un remède et un réconfort au poète  qui lutte avec le spleen. La quête de ce pays lointain se confond un moment avec  l’évocation de la femme aimée. Baudelaire s’adresse à elle car il est sûr  qu’elle communie à sa vision inspirée. Il s’agit d’une rêverie devant des  tableaux de Vermeer et de Ruysdael. En effet cette contrée pourrait bien être la  Hollande, « Pays singulier, noyé dans les brumes de notre Nord, et qu’on  pourrait appeler l’Orient de l’Occident, la Chine de l’Europe, » écrira  plus tard Baudelaire dans les Petits Poèmes en prose. C’est un moderne « embarquement pour Cythère » où il s’agit d’aller vivre avec la femme  aimée, muse du poète, loin des dures réalités ordinaires.

 

!

.

,
.

Publié dans POESIE | Pas de Commentaire »

RIO DE JANEIRO

Posté par sylvie le 8 janvier 2013

RIO DE JANEIRO

 

 

RIO DE JANEIRO  dans VOYAGES rio-bis1

 

Rio est l’un de ces lieux privilégié du monde dont le nom est un appel universel au romanesque. Il semble qu’on puisse y découvrir le secret d’un autre art de vivre.  

Rio n’est ni une grande cité historique comme Florence ou Venise, ni une cité spirituelle comme Jerusalem, ni une capitale de l’esprit comme Paris. Cette ville n’est pas non plus un énorme centre commercial comme New York ou politique comme Berlin, ni même une métropole comme Londres. C’est une ville sensuelle , son chant est celui d’une sirène  et ceux qui y succombent sont des reveurs qui croient aux merveilles d’une terre éternellement promise.

De loin, la ville , coulée entre les montagnes et la mer comme du platre dans un moule , offrait une ligne ininterrompue de gratte ciel blancs aux façades rectangulaires inondées de soleil…Vu de loin, Rio semblait étrangement irréelle.

Rio est l’une des plus grandes villes  qui bat le record du monde en accidents de la circulation.(plus de 2000 morts) soit un toutes les trois heures.    Il n’y a pas un jour ou l’on ne voit pas une voiture renversée sur la plage, un car encastré dans une vitrine ou encore la foule  lancée aux trousses d’un conducteur qui prend la poudre d’escampette.

C’est une ville mortelle, comme n’importe quelle autre, habitée par des êtres préoccupés de leur survie, aux prises avec les difficultés quotidiennes de la condition humaine : ils vivent, meurent, gagnent leur argent et le dépensent dans un monde guidé par un destin aveugle.

Rio est l’une des villes dont la croissance est la plus rapide, mais comme les montagnes occupent une grande partie de son territoire,les habitants en surnombre sont obligés de résider dans de lointaines banlieues   ou de s’entasser de plus en plus dans des zones urbaines existantes. Si l’on ajoute la désorganisation administrative, l’insuffisance des équipements sanitaires et des réseaux de transport, un taux de chomage pouvant atteindre 15%   et un taux d’inflation variant  entre 20 et 80% , on obtient une assez bonne image du chaos.

Capitale du Brésil jusqu’en 1960, Rio cette année là, doit céder son titre à Brasilia , la nouvelle cité édifiée dans l’intérieur du pays.  SI Rio a été détrôné, elle demeure cependant la seule métropole nationale qui cumule les fonctions de centre administratif, culturel, naval, commercial et bancaire, tout en étant une station balnéaire ouverte toute l’année. Rio est maintenant plus que jamais la capitale du divertissement  comme en témoignent les grands rassemblements populaires auxquels donnent lieu le carnaval, les matches de football,  et les plaisirs de la plage.

Les fêtes du Carnaval avant le carême se célèbrent de façon plus déchainées que partout ailleurs. Quant aux grandes équipes de football , leur virtuosité dans le jeu et les foules enthousiastes qu’elles déplacent sont beaucoup plus spectaculaires que dans les autres villes.

Les plaisirs de la plage sont à Rio , ce que la cuisine est à Paris : la quintessence de son charme. Pour les habitants d’une des villes les plus peuplées du monde, la plage représente la grande évasion. Sans elle, ils deviendraient névrosés, comme c’est le cas, dit-on, des habitants de Sao Paulo.  Les plages sont innombrables à Rio, mais par une belle matinée en pleine période de vacances, elles donnent l’impression  que la population  toute entière s’est massée au bord de la mer.

Copaccabana, Ipanema et Bano de Tguca sont de loin les plages les plus fréquentées.

Il y’a à Rio une fréquence anormale de cancers de la peau dus à un excès de rayons U.V.

Ce serait une erreur de penser que la plage est un lieu de repos, la bousculade y règne comme dans la rue. Le long de la promenade qui borde  le coté de la mer , des hommes courent en groupes, sur le sable  des amateurs  de soleil du troisième âge  exécutent     lentement quelques vagues mouvements agitant  bras et jambes comme des caméléons, d’autres jouent au football dans le sable mou, certaines personnes s’entraînent sur des appareils de gymnastique de traction et d’extension. copacabana_rio_de_janeiro_brazil dans VOYAGES

 

 

 

La ville de Rio est située dans la zone tropicale. En effet, le Tropique du Capricorne se situe seulement à quelques degrès au sud de Rio. Le climat  y est donc tropical avec certains changements locaux dus à l’altitude. La température annuelle moyenne est de 24°, la ville se situant dans l’hemisphère sud, les saisons estivales durent de décembre à mars, celle hivernalle dure de juin à Septembre.

Comme dans le reste du pays,  les différentes ethnies composent  la population brésilienne, et sont classifiées selon une codification ouverte à diverses interprétations :

- Blancs- noirs – indigènes, asiatiques – et  metissage entre blancs et noirs – Caboclos ou mamelucos ( metissage indiens et noirs)

Bien que la pluparts des cariocas soient de descendance portugaise ou africaine , plusieurs vagues d’immigrants ont contribué à constituer la population de Rio.   Ainsi des communautés italiennes, libanaises, allemandes, espagnoles, juives  ou encore japonaises coexistent dans les differents quartiers de la ville.

Il n’existe pas de racisme officiel au Bresil, d’autant plus que cette pratique est prohibée. La Constituon interdit et condamne la discrimination raciale sous toutes ses formes.

Dans le domaine de l’éducation Rio et Sao Paulo sont les villes  les plus avancées , de nombreuses grandes écoles et universités nationales ont choisi de s’implanter à Rio.

rio1

Publié dans VOYAGES | Pas de Commentaire »

FORCE ET COURAGE

Posté par sylvie le 4 janvier 2013

 

Il faut de la force pour exprimer son opinion,

Il faut du courage pour l’assumer jusqu’au bout.

Il faut de la force pour prendre une décision.

Il faut  parfois du courage pour en accepter les conséquences..

Il faut de la force pour avancer

Il faut du courage pour accepter de s’etre tromper

Il faut de la force pour affronter le danger

Il faut du courage pour accepter ses limites.

Il faut de la force pour choisir

Il faut du courage pour renoncer

Il faut de la force pour accepter les épreuves

Il faut du courage pour en rire

Il faut de la force pour dénoncer

Il faut du courage pour se taire.

Il faut de la force pour gagner sa vie

Il faut du courage pour affronter la misère.

Il faut de la force pour avancer

Il faut du courage pour ne pas renoncer

Il faut de la force pour dire non

Il faut du courage pour être capable d’affirmer son opinion sans violence

Il faut de la force pour affronter les autres

Il faut du courage pour s’affronter soi meme

Il faut de la force pour réussir

Il faut du courage pour se surpasser

Il faut de la force pour calmer la peine d’un ami

Il faut du courage pour affronter sa propre souffrance

Il faut de la force pour endurer l’injustice

Il faut du courage pour l’arreter

Il faut de la force pour aimer

Il faut du courage pour s’en aller

Il faut de la force pour vivre

Il faut du courage pour survivre.

FORCE ET COURAGE dans Divers b28c9707-larme

Publié dans Divers | 1 Commentaire »

IL EST DES RENCONTRES MAGIQUES

Posté par sylvie le 1 janvier 2013

IL EST DES RENCONTRES MAGIQUES

Il est des rencontres magiques qui surgissent dans notre vie sans prévenir.

Il est des rencontres qui ont un caractère magique par la qualité de ce qu’elles révèlent,en nous, ou chez l’autre.

Il est des rencontres qui nous appellent au plus profond de notre être, du plus lointain de notre histoire.

Il est des rencontres qui éclaireront notre parcours de vie d’une lumière plus vive, plus féconde.

Je souhaite à chacun de pouvoir accueillir l’une de ces rencontres si elle fait irruption dans sa vie, et de s’y abandonner

de  tout son coeur!

JACQUES SALOME

Bonne année à tous !

IL EST DES RENCONTRES MAGIQUES dans Divers d124bf78

 

Publié dans Divers | 2 Commentaires »

BONNE ANNEE

Posté par sylvie le 1 janvier 2013

BONNE ANNEE  bonne-annee-an

 

BONNE ANNEE   A TOUS

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...