LES EPICURIENS ET LA RECHERCHE DU PLAISIR

Si le plaisir , comme le dit Epicure, est le  » souverain bien » et le but de la morale, l’épicurisme n’est pourtant pas un appel à la débauche. Il s’agit au contraire d’une morale ascétique qui associe plaisir et vertu.

Dès leur naissance, les hommes recherchent spontanément le plaisir, par la sensation de bien-être,et fuient la douleur. Epicure estime qu’il est naturel de rechercher le plaisir, car c’est vivre en conformité  avec la nature. L’homme malheureux est celui qui a oublié la nature en lui et qui s’égare dans des désirs vains et artificiels. Il lui faut revenir aux exigences naturelles et laisser la nature en lui être juge du bien comme du mal, plutôt que de vouloir juger par lui-même de la voie à suivre.

C’est par la sensation du plaisir que la nature prononce en nous son jugement. S’il est naturel, le plaisir est aussi limité : suivre la nature signifie rester dans les bornes que celle ci impose. Pour ce faire, il convient de distinguer les désirs naturels des désirs vains,des désirs d’opinion.

Certains désirs, enseigne Epicure, sont naturels et nécessaires  (boire ou manger), d’autres naturels et non nécessaires ( (désir sexuel ou esthétique), certains encore, ni naturels ni nécessaires( le désir de gloire ou d’opulence). La poursuite de ces derniers conduit inévitablement  les hommes à l’insatisfaction car ils sont illimités et dépassent la norme naturelle. Seule la satisfaction des désirs naturels et nécessaire, est source d’un plaisir stable.

LES EPICURIENS ET LA RECHERCHE DU PLAISIR dans philo-litterature-poesies un-homme-regardant-la-mer

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...