Il AIMAIT LA MORT,ELLE AIMAIT LA VIE

Posté par sylvie le 30 mars 2015

IL PLEUTIL aimait la mort, elle aimait la vie

Il aimait la mort, et ses sombres promesses,
Avenir incertain d’un garcon en détresse,
Il voulait mourir, laisser partir sa peine,
Oublier tous ces jours à la même rengaine…

Elle aimait la vie, heureuse d’exister,
Voulait aider les gens et puis grandir en paix,
C’était un don du ciel, toujours souriante,
Fleurs et nature, qu’il pleuve ou qu’il vente.

Mais un beau jour, la chute commenca,
Ils tombèrent amoureux, mauvais choix,
Elle aimait la vie et il aimait la mort,
Qui d’entre les deux allait être plus fort?

Ils s’aimaient tellement, ils auraient tout sacrifié,
Amis et famille, capables de tout renier,
Tout donner pour s’aimer, tel était leur or,
Mais elle aimait la vie et il aimait la mort…
Si différents et pourtant plus proches que tout,
Se comprenant pour protéger un amour fou,
L’un ne rêvait que de mourir et de s’envoler,
L’autre d’une vie avec lui, loin des atrocités…

Fin de l’histoire : obligés de se séparer,
Ils s’étaient promis leur éternelle fidélité.
Aujourd’hui, le garcon torturé vit pour elle,
Puisque la fille, pour lui, a rendu ses ailes…

Il aimait la mort, elle aimait la vie,
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui.

NEVER ‘ ( tiré d’une citation de SHAKESPEARE)

 

Publié dans POESIE | 1 Commentaire »

A QUEL AGE EST-ON VIEUX ?

Posté par sylvie le 20 mars 2015

A quel âge est-on vieux ?

A cinq ans je croyais que l’on devenait vieux Sitôt qu ‘on atteignait la dizaine d’années Mais quand mes dix printemps sonnèrent glorieux Je remis à quinze ans mes caduques données.

Lorsque longtemps après, j’attrapai mes quinze ans, Je fixai à vingt ans ma future vieillesse. Or, mes vingt ans passés, j’ajoutai dix printemps, Pensant bien qu’à trente ans j’obtiendrais la sagesse.

Arrivèrent ces trente et là je me disais: On doit devenir vieux seulement à quarante. La quarantaine vint:j’étais robuste et frais. Alors, me suis-je dit, ce doit être à cinquante.

Cinquante tôt venu, vite je m’aperçus Qu’on reste jeune encore tant qu’on n’a pas soixante. Je les ai dépassés de seize ans révolus Et je me trouve aussi neuf que lorsque j’avais trente.

Mes cheveux sont, bien sûr, devenus grisonnants Mais je conserve encore un peu de ma crinière; Je marche sans bâton, mais j’ai perdu mes dents; Les jeunes pourraient bien me prendre pour grand-père.

Malgré tout, je me sens presque aussi bien portant Qu’en ces jours si actifs de ma plus tendre enfance; Plus modéré, bien sûr, sans crouler cependant. Mes rêves envolés, je garde l’espérance.

Parfois je me demande: » A quel âge est-on vieux? » Il me semble que moi, je suis toujours le même; Je me tiens occupé, je ne me sens que mieux. J’ignore la question, ça règle le problème.

Quand j’aurai mes cent ans, je dirai: « Ô Seigneur A quel âge est-on vieux? »….Mais à cent ans, quoi faire Si la neige des ans m’interdit tout labeur ? mieux vaut le ciel alors…quand il plaira au Père…

La jeunesse n’est pas une période de la vie,elle est un état d’esprit,un effet de la volonté,une qualité de l’imagination,une intensité émotive,une victoire du courage sur la timidité,du gout de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années,on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.Les années rident la peau;renoncer a son idéal ride l’âme.Les préoccupations,les doutes,les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui,lentement,nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Le jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.Il demande,comme l’enfant insatiable:Et après?Il défie les événements et trouve la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre Foi.Aussi vieux que votre Doute.Aussi jeune que votre confiance en vous-même.Aussi jeune que votre espoir.Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.Réceptif à ce qui est beau,bon et grand.Réceptif aux messages de la nature,de l’homme et de l’infini.

Si un jour,votre coeur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme,puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard…

Général Mac Arthur,1945 A

fillette

Publié dans Divers | 3 Commentaires »

LA MONTAGNE

Posté par sylvie le 13 mars 2015

Image de prévisualisation YouTube

 

 

LES MONTAGNES

 

Les montagnes ne vivent que de l’amour des hommes.

Là où les habitations, puis les arbres, puis l’herbe s’épuisent,

naît le royaume stérile, sauvage, minéral

.Cependant, dans sa pauvreté extrême, dans sa nudité totale, 

 Il dispense une richesse qui n’a pas de prix : 

Le bonheur que l’on découvre dans les yeux de ceux qui le fréquentent. 

 

  G. REBUFFAT

lacetmontagne.jpg

 

Publié dans NATURE | 2 Commentaires »

LE CANCRE

Posté par sylvie le 9 mars 2015

ecolier

LE CANCRE

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec des craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur

JACQUES PREVERT

Publié dans POESIE | 2 Commentaires »

MA CITATION DU SOIR

Posté par sylvie le 7 mars 2015

Une petite citation que j’aime particulièrement :

 

ecrire

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...