LE MONDE EN 1945

Posté par sylvie le 3 décembre 2008

QUEL EST LE BILAN DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE ?

A l’échelle de l’humanité entière, la Seconde Guerre mondiale a certainement été le conflit le plus sanglant de l’histoire, trois fois plus que la Première.  Le conflit a fait environ soixante millions de morts dont une grande vingtaine en Asie et autant en URSS, la moitié des morts  sont des civils , victimes de bombardements, d’atrocités, du génocide. Les pays les plus affectés proprtionnellement à leur taille, sont la Serbie et la Pologne..Un polonais sur six a été tué, dont l’ensemble de la communauté juive.

Les régions les plus détruites  par la guerre sont le Japon  et les villes chinoises, l’Europe centrale, l’Allemagne incluse et l’ouest de l’URSS; mais Londres et les ports français ont aussi beaucoup souffert. Les États Unis, quant à eux, n’ont subi aucune destruction sur leur territoire.

Les infrastructures ( ponts, routes, gares) sont très touchées, d’où d’énormes difficultés de transport….La famine menace .. Les usines ont un peu moins souffert, mais les machines sont uses e n’ont pas été entretenues pendant quatre ans. Il va donc falloir non seulement reconvertir l’industrie à des productions de paix, mais largement la reconstruire…

QUI SONT LES GRANDS VAINQUEURS ?

Le premier vainqueur est évidemment l’Amerique. Elle a  eu peu de pertes humaines, aucune destruction sur son territoire: son industrie a profité de la guerre. Elle détient désormais les deux tiers du stock d’or mondial ce qui fait du dollar une monnaie de référence à l’échelle mondiale. Elle a vaincu le Japon toute seule, et a libéré l’Afrique du Nord, et l’Europe occidentale- de ce fait, elle entretient désormais des troupes dans le monde entier. La popularité des États Unis est immense dans les pays libérés par l’armée américaine.

-l’URSS, quoique épuisée et ravagée est également un grand vainqueur. L’Armée rouge a chassé les Allemands de toute l’Europe centrale. C’est elle qui a pris Berlin. Malgré les nombreuses atrocités commises par cette armée, l’Urss et son dictateur Staline jouissent d’un immense prestige, y compris en Occident, ,pour avoir contribué à  » abattre » la  » bête immonde  » ( Hitler).

QUEL EST LE SORT DE L’ALLEMAGNE ?

Le sort de l’Allemagne est réglé aux conférences de Yalta.. Toutes ses conquêtes de a guerre lui sont retirées, ainsi que l’Autriche et d’importants territoires situé à l’est du pays qui reviennent à la Pologne . Ce qui reste est découpé en quatre zones d’occupation américaine,soviétique, britannique et française.

Hitler s’est suicidé et certains hauts dignitaires du nazisme ont pris la fuite: mais ceux qui ont été fait prisonniers sont jugés par les vainqueurs au procès de Nuremberg. Condamnés pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, 12 des 24 accusés sont condamnés à mort, dont Goring..

POURQUOI DANS LA MEMOIRE DE L’HUMANITÉ LA SECONDE GUERE MONDIALE N’EST ELLE PAS UNE GUERRE « COMME LES AUTRES « ?

L’ampleur des pertes et les souffrances des civils au cours de la Seconde Guerre mondiale étaient tout à fait inimaginables. En outre, l’empois des techniques les plus modernes  dans le but exclusif de semer la mort, et notamment le lancement par les américains, de deux bombes atomiques pour accélérer la reddition du Japon a fait perdre à beaucoup d’occidentaux toute foi dans le progrès. De même, on découvre que des médecins ( allemands,  ou japonais) ont effectué des expériences médicales mortelles sur des prisonniers ou des déportés.La science  est sur le banc des accusés.

- Le génocide et ses six millions de victimes juives e tziganes représentent un autre traumatisme : il pose la question des valeurs collectives de l’humanité, met en évidence la fragilité de la civilisation européenne.

QUELLES MESURES SONT PRISES POUR TENTER D’ÉVITER LA REPETITION D’UN TEL CONFLIT …

En juillet 1944  44 pays fondent un nouveau système monétaire international  dont le dollar, monnaie de la première puissance économique  mondiale, est le pivot. EN 1947 c’est l’apparition du GATT , un organisme international qui lutte contre le protectionnisme et pour le libre échange. La même année, apparaît le Fonds monétaire international qui prête de l’argent aux pays en difficulté..

Surtout à la conférence de San Francisco la SDN qui a échoué à éviter la guerre, cède la place à l’ONU, qui rassemble les principaux vainqueurs et dont on espère plus d’efficacité grâce à la proéminence du Conseil de Sécurité et à la création des Casques Bleus.  En 1948 elle adopte une Déclaration univrselle des Droits de l’homme, afin que l’ensemble des états membres s’engagent  à respecter des valeurs communes .

Publié dans HISTOIRE | 3 Commentaires »

LE REGARD DES AUTRES CIVILISATIONS SUR L’EGYPTE

Posté par sylvie le 28 juillet 2008

Outre les textes egyptiens eux mêmes, des auteurs grecs se sont intéressés à la mythologie égyptienne et et ont tenté d’en rendre compte. De Platon à Diodore, en passant par Pythagore et Hérodote, les penseurs grecs ont été fascinés  par le monde égyptien. Un intérêt tout aussi réel s’ést également manifesté chez les Perses et les Romains, même s’il passait par une dimension plus politique et matérielle de domination, d’expansion et d’édification de villes. C’est par les auteurs grecs et romains que les siècles ultérieurs allaient découvrir les grandes lignes de la religion égyptienne avant même de pouvoir déchiffrer les hieroglyphes, qu’ils allaient se familiariser avec des figures comme Osiris et Isis, adopétées par la religion romaine, mais aussi prendre pour des faits avérés des interpretations erronées.

Au Ier sièce avant J.C.. Alexandrie était devenue l’un des grands centres du savoir de la Méditerranée où affluaient penseurs grecs et romains. Certains, comme les adeptes de l’école néo pythagoricienne puisaient dans les diverses sources religieuses de leur époque pour tenter d’élaborer, à partir de cet éclectisme, une pensée spirituelle plus élevée.. Des auteurs comme Herodote, au Veme siècle avant notre ère, ou Plutarque exploraient tout ce qui pouvait aller dans le sens d’un renouvellement de la pensée religieuse, cherchant notamment à démontrer que les difféerentes manifestations du divin, aussi variées fussent elles, ne seraient en fait que l’expression diverse d’une même âme humaine. 

HERODOTE : histoires.

Premier récit historique rompant avec la tradition épique, les Histoires d’Herodote constituent un ouvrage inachevé consacré pour l’essentiel à l’émergence et à l’expansion de l’empire des Perses et aux guerres médiques. Le livre II est consacré à l’Egypte et il repose sur des observations de terrain faites par ce voyageur infatigable que Ciceron surnomma  » le père de l’Histoire », même si Plutarque devait dénoncer l’inexactititude scientifique de son travail.Au cours d’un voyage de plusieurs mois, Herodote remonta le Nil jusqu’à la première cataracte. Ses écrits foisonnent de détails parfois   inexacts et d’anecdotes. Il décrit le cadre géographique,le mode de vie des Egyptiens, les institutions,les rituels religieux, les tenues vestimentaires et les règles d’hygiène des prêtres, les interdits alimentaires.

PLUTARQUE : Isis et Osiris.

L’ouvrage le plus connu et sans doute le plus riche est celui de Plutarque. Dans Isis et Osiris, traité qui fait partie des Oeuvres morales et qui s’appuie sur des observations précises et des connaissances réelles de la civilisation égyptienne, l’auteur propose une exagènes  grecque dumythe egyptien  à travers lequel il entreprend de dessiner les lieux de rencontre entre deux systèmes mythologiques, celui du monde egyptien et celui du monde gréco-romain. Ainsi, il assimile le dieu Thot à Hermes: de même que Thot fit naître les autres dieux en émettant des sons, Hermes est celui dont on dit qu’il découvrit l’écriture et la musique.

On sait que Plutarque visita l’Egypte et qu’il séjourna à Alexandrie. Il semble avoir été initié aux Mystères d’Osiris et d’Isis.  et avoir lu tout ce qui avait été écrit sur l’Egypte par les Grecs.     

PROCHAIN ARTICLE SUR MON AUTRE BLOG : HERACLITE.

                                                                                                                                        

Publié dans HISTOIRE, Non classé | 1 Commentaire »

TOUTANKHAMON

Posté par sylvie le 7 juin 2008

TOUTANKHAMON ET ANKHESENAMON

oN sait que le regne de Toutankhamon fut de tres courte duree puisque ce roi mourut tres jeune en 1324 avant J.C. Sans la découverte de sa tombe en  1921  et compte tenu du peu de trace qu’il a laissées ce pharaon serait tombé dans l’oubli.

Or, le destin en a decidé autrement. La mise à jour de son tombeau dans la Vallée des Rois a fait de lui le pharaon de l’egypte ancienne qui nous est le mieux connu. Sa tombe royale pratiquement inviolees contenait des tresors inestimables- le tresor de Toutankhamon- qui ont fascine le monde entier.

Le mystere de Toutankhamon  débute dès sa naissance. Ses parents sont inconnus- Etait-il le fils d’Akhenaton, le roi heretique ?  Après le premier mariage avec Nefertiti  Akhenaton aurait pris sa propre fille Meketaton pour deuxième epouse , le prince serait-il né de cette union ?  Sa mère aurait été donc sa soeur, ce qui n’aurait rien d’etonnant, les mariages entre pères et filles , freres et soeurs etaient monnaie courante dans les familles royales egyptiennes afin de perpetuer la pureté dysnastique.

Un an plus tard Ankhesenamon donne le jour à une fille. Après la mort de son père et mari Akhenaton, elle devient l’epouse du descendant du trone Toutankhamon alors agé de neuf ans.     Ankhesenamon etait  -elle la demi soeur ainée, la cousine, la nièce, la tante ou plusieurs liens de parente avec son époux ?   Les chercheurs en sont réduits à des conjectures.

Toutankhamon mourut en 1324 dans la dixième année de son regne, la mort de ce pharaon serait -elle accidentelle ou a t-il été assassiné ?  Les chercheurs restent évasifs.

L’or pour accompagner  le défunt.

Les egyptiens de l’epoque pharaonique croyaient en une vie après la mort, ne sachant precisement pas ce qui les attendaient  dans l’eau-de-la ils emportaient avec eux le plus grand nombre d’objets de la vie quotidienne. Les sépultures royales etaient  arrangées de manière luxueuse, meublesn vetements, bijoux, jeux  etc… On a retrouvé dans la tombe de Toutankhamon tout ce qu’il aimait.

ARTICLE SUR MON AUTRE BLOG : VOLTAIRE

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

AMERINDIENS AUX ETATS UNIS

Posté par sylvie le 7 mars 2008

                                                                                                             bienvenuesu300051.gif

Le terme amérindiens désigne les premiers occupants du continent américain et leurs descendants. En 1942,l’explorateur Christophe Colomb pense avoir touche les Indes occidentales alors qu’il vient de débarquer en Amérique. A cause de cette erreur, on continue d’utiliser le mot « Indiens » pour parler des populations du Nouveau Monde.

En absence d’appellation qui fasse consensus, on utilise parfois les expressions de  » premieres nations » ou  » premiers peuples ». La formule  » Peaux Rouges  » est ancienne et n’est jamais utilisée aux Etats Unis où l’on préfère les expressions  » Native American(Americains d’origine), Native peoples (peuples d’origine ( Aboriginal Peoples ( peuples aborigènes…aucun n’est vraiment satisfaisant en raison de la diversité de ces peuples et parce que ces derniers les rejettent et préfèrent employer leurs noms de nations ou de tribus.

Originaires de Sibérie, des peuples de chasseurs cueilleurs ont traversé l’actuel détroit de Bering il y ‘a 20 000 ans et ont peu à peu peuplé Amérique du Nord en progressant à la recherche de gibiers. C’est Christophe Colomb qui leur donne par erreur le nom d’Indien à la fin du XVe siècle lorsqu’il débarque dans le  » Nouveau Monde », croyant se trouver en Inde. On les nomme aujourd’hui  » Amérindiens ». Les relations avec les Amérindiens constituent l’une des pages les plus sombres de l’histoire américaine. Ceux ci ont été décimés par les conflits entre tribus ou avec l’armée américaine, ainsi que par les maladies apportées par l’ » l’homme blanc ».

Privés de leurs territoire de chasse par les colons, les Amérindiens ont été parqués dans des réserves où ils vivent aujourd’hui encore avec difficulté,victime de de l’alcoolisme et du chômage.

Les affrontements entre Amérindiens et Européens débutent avec la bataille opposant conquistadors espagnols et guerriers zuni. Elles s’achèvent avec le massacre des Sioux par la cavalerie américaine. De multiples guerres déciment les tribus indiennes qui tentent de préserver leurs territoires en s’alliant pendant les guerres coloniales, les unes avec les Français, les autres avec les Anglais , tribus qui resteront tout aussi divisées pendant la Révolution américaine.

LES PRINCIPALES TRIBUS :

Les Alconquins.:sont les premiers Amérindiens à avoir constitué des alliances avec les Français. Chassés de la région du Mississipi par les Iroquois  ils se réfugient au Quebec et dans l’Ontario.

Les Anazits / Ancêtres de Puebles, les Anasazis construisent des habitations contre les parois des canyons et sur les plateaux de l’Arizona, du Nouveau Mexique de l’Utah et du Colorado, leurs habitations préservées sont visibles dans certains parcs nationaux du Sud Ouest Américain.

Les Apaches :  ils sont composés de plusieurs peuples parlant l’athabascan, les Kiowas qui vivent dans le nord du Nouveau Mexique, les Lipans dans l’est du même état, et dans l’ouest du Texas, les Jicarillas, dans le sud du Nouveau Mexique les mescaleros, et les Apaches proprement dit dans le centre et l’ouest de l’Arizon.

Des guerres impitoyables les opposent à l’armée américaine au milieu du XIX e siècle. Leur chef Cochise signe un traité de paix avec le gouvernement qui leur interdit de quitter leurs réserves d’Arizona. Le dernier chef apache, Geronimo est arrêté et emprisonné avec ses hommes en 1886 en Floride. Installés aujourd’hui dans l’Arizona, les Apaches vivent de l’agriculture, de l’élevage et de l’artisant lié au tourisme.

Les Cherokees. De souche      iroquoise, les Cherokees constituent  une des plus grandes tribus indiennes. Après avoir perdu une partie de leur territoire, plusieurs milliers de Cherokees s’installent dans l’ouest du Mississipi. Leur niveau de développement institutionnel leur vaut d ‘être  inclus par les autorité parmi les cinq tribus les plus civilisées. En 1835 les derniers irréductibles  entament une marche forcée de 1585 kms vers l’ouest le long de la  » Piste des larmes » ,quatre mille d’entre eux périssent en route. Les Chérokees sont aujourd’hui installés en Caroline du Nord et dans l’Oklahoma.

Les Cheyennes !  Ils s’installent près de la Platte River et sur la rive nord de l’Arkansas.De nombreux combats opposent les Cheyennes du sud et les Araphos aux Comandes, aux Apaches et aux Kiowas jusqu’à la conclusion d’un accord de paix en 1840. A partir de 1858 les Blancs tentent de chasser les Cheyennes de leurs terres riches en or. Les américains les parquent dans une réserve dans le Colorado.  Ils finissent comme les autres tribus, déplacés de force dans l’Oklahoma, une partie d’entre eux ont rejoint une réserve au Montana.

Les Comanches. ;  ils vivent dans l’Oklahoma, au Texas, au Nouveau Mexique et en Californie. Ils parviennen  à empêcher  les pionniers de passer sur les territoires pendant plus d’un siècle. Les Comanches appartiennent à une confédération qui regroupe aussi les Kiowas,les Cheyennes et les Araphos.

Les Creeks  /:ils font partie d’une confédération d’une cinquantaine de tribus du Sud autrefois alliée contre les Amérindiens du nord des USA. Ils massacrent de nombreux colons  pendant la guerre de 1813 14 avec les États Unis, ils cèdent environ deux tiers de leurs territoires aux autorités. Déplacés par la suite vers l’Oklahoma, ils en sont chassés en 1889 pour permettre l’établissement de nouveaux colons. Leur mode d’organisation leur vaut d’être classés parmi les  » Cinq Tribus civilisés ».

Les Iroquois. La  confédération iroquoise regroupe à l’origine les Mohawks, les Onondagas, l. Les Iroquois s’allient aux Anglais pour repousser les Français des territoires canadiens  et les soutiennent encore pendant la guerre d’Indépence.  Les Mohawks et les Ayugas s’installent dans des réserves au nord des lac Erie et Ontario; les Onondagas restent pres de Syracuse, dans l’état de New York.

Les Navajos: Ils representent une des plus grandes nations amérindiennes. Depuis la découverte de réserves de pétrole sur leur territoire les Navajos ont mis en place un Conseil de la nation navajo, chargé de passer des accords avec les compagnies exploitantes. Ce conseil dispose de pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Le spectaculaire site de Monument Valley, qui se trouve aux limites de l’Arizona  et de l’Utah attire des milliers de touristes      chaque année dans la réserve navajo. La tribu vit des revenus du pétrole, de l’élevage ainsi que d’activités liées au tourisme, notamment l’artisant.

Les Sioux   Membres des Hokans sians, les Sioux ou Dakotas regroupent les Walpekute, les Walpetons, les Siontonwans, les Nakota dans une vaste confédération. Ils combattent au coté des Anglais pendant la guerre d’indépendance. Le traité qu’ils signent avec les autorités confirme leur maintien sur leurs terres, dans le Wyoming, le Missouri, l’Iowa, le Wisconsin, le Minnesota, le Dakota du Nord et du Sud. ils vendent ensuite tous leurs territoires à l’est du Mississipi aux autorités américaines.

Mais en 1870 des chercheurs d’or occupent illégalement la région des Black Hill; scandalisés par le soutien apporté aux pionniers par l’armée américaine, les Sioux commandés par Sitting Bull, massacrent les troupes du général Custer et tuent ce dernier lors de la célèbre bataille de Little Big horn. Les soldats américains se vengeront ent uant plus de 200 hommes  femmes et enfants sioux à Wounded Knee. A la suite de cet épisode, les Sioux se rassemblent dans des réserves au Montana, au Nebraska, dans les Dakota du Nord et du Sud, et au Minnesota.

 

Publié dans HISTOIRE, philo | 2 Commentaires »

LES DEFINITIONS CLES – HISTOIRE

Posté par sylvie le 16 février 2008

GUERRE FROIDE

La guere froide est la période durant laquelle la mésentente des deux Grands a mis le monde au bord d’un conflit général. Cependant, ce conflit n’a jamais éclaté : la guerre froide n’est donc pas une  » vraie » guerre, meme  si elle s’est traduite par des guerres dans certaines régions de la planète, par exemple en Corée.

IMPERIALISME

Le terme d’impérialisme regroupe l’ensemble des méthodes employées par un pays pour en réduire un autre à une situation de dépendance au nom d’une idéologie.

Pour les communistes  l’impérialisme est le stade suprême du capitalisme(Lenine): la soif de pouvoir des capitalistes est telle qu’après s’être partage toute la planète, ils finissent par se battre entre eux.. C’est ainsi que les communistes expliquent la colonisation du monde par l’Europe au XIXe siècle, puis la Première Guerre mondiale.

INGERENCE

On appelle ingérence le fait, pour un pays, d’intervenir dans les affaires d’un autre, de se mêler de sa vie politique intérieure. Or, depuis sa fondation, l’ONU défend le  » devoir de non ingérence »: c’est meme l’un des principes essentiels du droit international.

Cependant lorsqu’un régime politique maltraite les citoyens ou gère si mal le pays qu’il met la population en danger, certains considèrent que la communauté internationale a un  » droit » et meme un  » devoir d’ingérence » . Cette idée est très contestée, notamment dans les pays du tiers monde à qui elle rappelle fortement l’idéologie colonialiste.

 

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

LES DEFINITIONS CLES -HISTOIRE

Posté par sylvie le 23 janvier 2008

.

.DICTATURE : une dictature est un régime politique ou un seul individu ou un groupe réduit, exerce l’ensemble du pouvoir et ou les droits de l’homme ne sont pas respectés.

Ds le monde occidental contemporain, la dictature s’oppose à la démocratie. 

DISSIDENCE : on appelle habituellement dissidence l’opposition politique au régime sovietique en URSS et dans les démocraties populaires, entre les années 1960 et les années 1980.

La dissidence était clandestine, elle n’avait pas le droit de présenter des canditats aux élections, ni d’exposer ses idées. Elle s’exprimait surtout par le biais d’une presse illégale.

LIBERALISME : le libéralisme politique est l’ensemble des doctrines qui considèrent que les libertés individuelles doivent  etre garanties et étendues dans la mesure du possible. Le libéralisme politique s’oppose à toutes les doctrines autoritaires et dictatoriales.

PERESTROIKA : le mot Perestroika veut dire  » restructuration » en russe. Il désigne l’ensemble des réformes mises en route par Makhail Gorbatchev à partir de 1986. Son échec précipita la disparition de l’URSS et du communisme en Europe en 1991

la perestroika ne visait pas à faire disparaitre le communisme mais à le rendre plus efficace en y introduisant une dose de démocratie et en mettant fin à la confrontation avec les Etats Unis, qui coutait trop cher.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

QUELQUES DEFINITIONS CLES

Posté par sylvie le 23 décembre 2007

definitions cles en histoire

ANTISEMITISME :   L’antisemitisme est la haine des juifs: il peut se traduire par des propos racistes, des mesures d’exclusion,des massacres qu’on appelle des pogromes.  En europe, entre 1941 et 1945 il a conduit à un génocide: la Shoah.

L’ARMEE ROUGE : c’est le nom que l’on donnait habituellement à l’armée sovietique ( le rouge est la couleur symbolique du socialisme et notamment du communisme) par extension, on parle aussi d’une  » Armée rouge » chinoise.

AUTONOMIE : Un territoire autonome est un territoire qui a le droit de se gouverner en partie par ses propres lois mais qui ne jouit pas d’une independance complete : ainsi il n’a pas d’armée, pas d’ambassades à l’etranger, il n’est pas representé aux Jeux Olympiques.  L’autonomie peut concerner des domaines tres differents, comme la fiscalité, la culture, l’enseignement. On appellele autonomiste  ceux qui veulent obtenir l’autonomie d’un territoire lorsqu’elle n’existe pas, ou l’elargir lorsqu’elle existe. Exemple : En Espagne : la Calalogne et le pays basque jouissent d’une autonomie étendue depuis 1979. En Corse, le  FLNC est un parti ou coexistent autonomistes et independantistes.

BALKANISATION : oN Appelle balkanisation un processus par lequel un grand état éclate en plusieurs pays de taille trop réduite pour etre viables économiquement ou pour pouvoir peser  sur les affaires du monde.

BLOC :D ans le monde bipolaire qui s’est mis en place à la fin des années 1940  un bloc était un ensemble de pays rassemblés derrière l’un des deux  » Grands ».   

Le bloc de l’EST ou bloc oriental, dominé par l’URSS comprenait des démocraties populaires d’Europe centrale, la Chine, Cuba etc..

Le bloc de l’Ouest  ou  bloc occidental, dominé par les Etats Unis comprenait les pays de l’OTAN comme la France, Israel,le Japon, les pays de l’Otase Et les allies de l’Amerique dans le tiers monde..

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

HISTOIRE – QUELQUES DEFINITIONS CLES

Posté par sylvie le 18 décembre 2007

HISTOIRE

Coexistence pacifique :

La doctrine de la coexistence pacifique repose sur l’idée que les deux grands systèmes politiques et sociaux rivaux du XXème siècle, le socialisme et le capitalisme sont appelès à coexister durant un certain temps et ne doivent pas chercher à se détruire mutuellement : la competition ne disparait pas mais elle devient essentiellement économique ( chaquye systeme s’efforce de l’emporter sur l’autre en richesse et en niveau de vie) et idéologique ( chaque système s’efforce de convaincre l’autre de la justesse de ses arguments).

S’opposant à la conception stalinienne des relations entre les deux blocs, la doctrine de la coexistence pacifique fut celle de l’URSS et de ses allies à l’epoque de la Detente.

colonialisme :

Dans l’idéologie colonialiste, des pays ont le droit d’en coloniser d’autres, c’est à dire de mettre fin à leur indépendance : le mot colonialisme désigne  aussi l’ensemble des pratiques inspirées de cette idéologie.

Les colonialistes se justifient par le désir d’augmenter la puissance et le prestige du pays colonisateur et de faire acceder les colonisés au progrès et à une forme superieure de civilisation , le colonialisme est la forme politique de l’imperialisme : il s’oppose à l’anticolonialisme.

DEMOCRATIE

Dans le monde contemporain, ce terme s’applique d’une façon générale, aux regimes politiques qui reposent sur le vote de l’ensemble des citoyens( sauf dans certains pays ou  a certaines époques les femmes, les analphabetes, les domestiques ou les militaires) : les démocraties s’opposent aux dictatures où le pouvoir est confisqué par un homme ou un petit groupe.

DICTATURE :

Une dictature est un regime politique ou un seul individu  ou un groupe réduit , exerce l’ensemble du pouvoir et ou les droits de l’homme ne sont pas respectés.

Dans le monde occidental contemporain, la dictature s’oppose à la démocratie.

DISSIDENCE

On appelle habituellement dissidence l’opposition politique au regime sovietique en URSS et dans les démocraties populaires entre les années 1960 et les années 1980.

La dissidence était clandestine : elle n’avait pas le droit de présenter des candidats aux élections, ni d’exposer ses idées, elle s’exprimait surtout par le biais d’une presse illegale ( le samizdat)

EXTREME DROITE :

On appelle extrême droite l’ensemble des courants de droite qui refusent la démocratie. L’etrême droite s’oppose donc à la droite modéree ou liberale, elle appelle   la plupart du temps à la dictature.

En France, l’extreme droite se montre antisemite, violente, certains courants sont réactionnaires, c’est à dire qu’ils veulent revenir au passé, d’autres réclament une révolution.

EXTREME GAUCHE

on appelle extrême gauche l’ensemble des courants de gauche qui refusent la démocratie sous sa forme libérale, qu’ils jugent au service de la bourgeoisie. L’extrême gauche s’oppose à la gauche modéree ou réformiste.

Se réclamant souvant du socialisme marxiste l’extrême-gauche appelle à la révolution généralement sous une forme violente inspirée de la Revolution Française.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

L’HISTOIRE EST-ELLE UNE SCIENCE ?

Posté par sylvie le 5 décembre 2007

ous êtes sur mon blog depuisL'HISTOIRE EST-ELLE UNE SCIENCE ? dans HISTOIRE minminutes1s dans HISTOIREssecondes

.

L’historien répond à une exigence de vérité. Le problème étant qu’il raconte un passé auquel il n’a pas été présent. Toutefois cette exigence de vérité ne suffit pas à faire de l’histoire une science. Toute science a pour but de dégager des constantes ou lois universelles et prédicatives. Or, l’histoire est une discipline purement empirique: il n’y a pas de lois universelles de l’histoire comme il ya   des lois en physique. L’histoire peut seulement nous enseigner comment les choses se sont passées et non comment elles se passeront.

Si donc nous définissons une science par son objet, alors l’histoire n’est pas une discipline scientifique: en revanche, elle l’est peut être par sa méthode : l’historien a pour but de dire ce qui s’est réellement passé à partir de traces qu’il autentifie et interprete.

EN QUOI CONSISTE LE TRAVAIL DE L’HISTORIEN

Le travail de l’historien est un travail d’interprétation : il ne s’agit pas simplement pour lui de faire une chronologie, mais d’établir le sens et l’importance des évènements ainsi que leurs relations. L’historien ne doit pas expliquer les chaînes causales et établir des lois, mais comprendre un sens, aussi l’objectivité historique n’a t-elle rien à voir avec l’objectivité scientifique: étant une interprétation.  L’histoire peut et doit toujours être  réécrite. En ce sens, l’histoire est seulement la façon dont l’homme s’approprie un passé qui n’est pas seulement le sien .

POURQUOI FAISONS NOUS DE L’HISTOIRE

Nous faisons de l’histoire non pour prévoir notre avenir, mais pour garder trace de notre passé, parce que nous nous posons la question de notre propre identité: c’est parce que l’homme est en quête de lui même , parce qu’il est un être inachevé qui ne sait rien de son avenir qu’il s’intéresse à son passé. Par l’histoire, l’homme construit et maintient son identité dans le temps.

Publié dans HISTOIRE | 4 Commentaires »

LA GUERRE DE SECESSION

Posté par sylvie le 23 novembre 2007

UN CONFLIT MEURTRIER

La guerre de Sécession est l’un des conflits les plus meurtriers que les États Unis ont connus.

C’est aussi l’un des plus tragiques. L’union (nordiste) et la Confédération ( 11 états sécessionnaires du sud) se sont affrontées pendant quatre ans dans des combats qui ont fait plus de 620 000 morts;

La guerre de Sécession est désignée par 30  noms différents aux Etats Unis.Près de 140 ans après la fin des hostilités, les cicatrices de cette guerre civile ne sont pas encore complètement refermées.

LES CAUSES DU CONFLIT

La guerre éclate au terme de plusieurs décennies de conflits d’intérêt d’ordre principalement économique et éthique entre le nord et le sud des Etats Unis.

L’économie : Les États du Nord dont la richesse repose sur une forte production industrielle, cherchent à préserver leurs marchés intérieurs par l’adoption d’une politique protectionniste, de leur coté, les États du Sud qui exportent leur tabac, leur canne à sucre et surtout leur coton vers l’Europe, sont farouchement hostiles à ces dispositions.

De plus, les habitants du Sud reprochent aux représentants du Nord d’avoir voté des lois comme l’octroi de subvention et autres aides fédérales destinées à favoriser le développement du Nord des États Unis au détriment du Sud.

L’ESCLAVAGE : nombreux sont ceux, dans le Nord qui méprisent la richesse des États du Sud  fondée sur l’esclavage. Plus de 380 000 personnes possédaient des esclaves au début de la   guerre de Secession.Le parti démocrate compte à la fois des partisans et des adversaires de l’esclavage. 

Le kansas,et le Nebraska les démocrates abolitionnistes font scission et créent le parti républicain. Leur candidat, Abraham LINCOLN remporte largement l’élection présidentielle de 1860

LA SECESSION : les Sudistes ne laissent pas au président Lincoln le temps d’appliquer sa politique abolitionniste. En  février 1861 quelques semaines avant son investiture, sept états du sus fondent les États confédères Amérique et nomment le sénateur du Mississipi JEFFERSON Davis au poste de président par intérim.

Ni les nordistes,ni les sudistes ne disposent d’assez de troupes pour mener une guerre d’envergure, l’avantage numérique revient aux nordistes qui débutent la guerre avec 186 000  hommes et la poursuivent avec près de 2 millions de soldats. De leur coté, les sudistes comptent 150 000 hommes et un million au plus fort des combats. Plus riches, les Nordistes sont aussi mieux équipés que les sudistes..

Commandés par le général Johnston 40 000 sudistes attaquent par surprise 37 000  de l’Union qui campent au bord de la rivière Tenessee. Des combats d’une rare férocité font rage toute la journée. Après l’arrivée des renforts nordistes du général Bluell, les confédérés battent enfin en retraite le soir. La victoire est amère : la bataille a fait 13000 morts dans leurs rangs et 10 000 dans le camp adverse. Le général nordiste GRANT sera hanté toute sa vie par ce carnage…Encouragés par cette victoire, les nordistes intensifient leur contrôle le long du Mississipi.

LA REDDITION SUDISTE : l’année 1865 commence par une nouvelle victoire des nordistes qui s’emparent de Fort Fisher qui contrôle l’accès au port stratégique de Wilmington. Les sudistes sont coupés d’une source vitale de ravitaillement.  Richmond tombe! le lendemain Lincoln visite la ville en flammes sous les acclamations des esclaves libérés. Les troupes de LEE se replient vers l’ouest mais les nordistes les rattrapent en Virginie.

Soucieux d’éviter un nouveau bain de sang, Grant demande aux forces sudistes du général Lee de se rendre. Deux jours plus tard,le général sudiste, usé et démoralisé par quatre années accepte de signer sa reddition qui met fin à la guerre. La bienveillance de Grant lui évitera d’être jugé pour haute trahison.Lincoln n’a pas le temps de savourer sa victoire: il est assassiné le 14 avril 1865 à  Washington.

LE BILAN DE LA GUERRE

la guerre de Sécession est un des plus sanglants conflits de l’histoire des États Unis. Environ 622 000 ont été tués et autant blessés dans les 2000  combats, actions et autres escarmouches qui ont opposé les combattants pendant quatre ans: les nordistes ont perdu 364000  hommes soit un homme sur cinq, et les sudistes 250000  soit un homme sur quatre.De nombreux soldats ont succombé aux épidémies de typhoïde et de scorbut et autre maladies qui ont ravagé leurs rangs.

L’EMANCIPATION DES NOIRS: quatre millions qui vivaient dans des conditions lamentables sur les plantations sudistes. Le racisme restera encore longtemps ancré dans la mentalité américaine.

 

Publié dans HISTOIRE | 1 Commentaire »

123
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...