VIVRE AVEC LA PHILOSOPHIE

Posté par sylvie le 7 mai 2017

LE CHOIX DES AUTEURS- DES THEMES- DE L’ÂGE

 

 

Il faut se dire en premier lieu que la philosophie ne s’arrête pas, ni dans notre tête, ni dans la société. Nous pouvons continuer à écrire    nos pensées et remarques, à noter les citations qui nous plaisent ou qui nous intéressent, continuer à lire des ouvrages, des journaux ,des revues, continuer à écouter la radio et regarder la TV.    Et pas seulement bien sur quand il  est question des philosophes! la réflexion philosophique peut se nourrir d’une infinité d’informations et s’exercer sur quantité de    sujets.

 

D’autre part,nous cherchons les auteurs que nous aimons ou les questions qui nous intéressent, ceux ou celles avec lesquels nous nous    sentons à l’aise. Il faut savoir qu’une grande oeuvre philosophique est inépuisable : nous pouvons passer notre existence entière à la fréquenter, nous ferons toujours des découvertes.     Il faut retenir également qu’il existe pour chacun des moments particuliers pour découvrir un auteur.  Une pensée qu’on ne pouvait pas comprendre ni aimer à 18 ou 20 ans peut se révéler    importante et  » parlante » à 30 ou 40 ans.

 

LE CHOIX DES « ENNEMIS »

 

Il ne faut pas hésiter à faire le compte des philosophes que nous détestons franchement. Il ne s’agit pas de ceux qui paraissent ennuyeux et    incompréhensibles, mais de ceux  qui nous paraissent menaçants, dangereux ou nuisibles.. C’est tout à fait important.  » on n’est jamais trop soigneux dans le choix de ses ennemis » disait    ironiquement Oscar Wilde.  Il est utile d’avoir des sortes de colère dans la réflexion.  » comment peut on penser une chose pareille ? Voila une idée impossible ….. » Si nous trouvons des    philosophes qui suscitent en nous ce genre de réflexion, il ne faut pas les fuir mais chercher à  approfondir notre jugement juste pour comprendre pourquoi nous réagissons    ainsi.

 

 

LA PENSEE ET L’EXISTENCE

 

Il faut tenter de mettre en rapport comme on peut, ce que l’on a compris et ce que l’on vit. Notre existence comme celle de tous les êtres    humains va traverser des moments de joies,de détresse, des amours, des deuils, des retrouvailles, des ruptures, des choix moraux, des actes politiques, des connaissances du travail, des    voyages…. Tout cela a des rapports avec la pensée. Et la pensée, réciproquement entretient des liens avec tous ces moments d’existence.  Il faut tenter de ne pas l’oublier.

 

Dans la vie, ce que l’on pensait superflu ou inutile peut se révèler indispensable. Bref, n’oublions pas que les philosophes existent. Nous    en faisons partie, chaque fois que nous le voulons vraiment et que nous faisons ce qui est en notre pouvoir pour que cette volonté devienne notre réalité.

 

16665325_10154168246167595_7392665782617997267_o

 

Publié dans philo | 2 Commentaires »

LA PHILOSOPHIE

Posté par sylvie le 7 novembre 2016

ABSTRAIT NE SIGNIFIE PAS OBSCUR   :

La philosophie est abstraite, c’est vrai . Il est impossible de le nier. Mais abstrait ne signifie pas obscur ni difficile..Abstrait s’oppose à concret et signifie ce que l’on peut penser, par opposition à ce que l’on peut voir,toucher, goûter ,entendre ..

Le nombre 2 n’est pas obscur ni difficile à penser. Mais il est totalement abstrait.On peut rencontrer toutes sortes de choses commençant par 2 ( chaussettes, gants) mais on ne perçoit jamais 2 en tant que nombre dans la réalité matérielle. Le chiffre 2 que vous voyez imprimé ici n’est pas le nombre  » lui même ». Ce chiffre s’imprime,l’idée du nombre elle ne s’imprime pas. Le chiffre imprimé vous fait penser à l’idée du nombre deux. Ainsi, une idée, comme celle du nombre deux peut être abstraite et demeurer cependant tres simple et claire. D’ailleurs si on y réfléchit bien, toutes les idées , absolument toutes sont abstraites !!

Donc , comme toute les idées, la philosophie appartient au domaine de l’abstraction. Cela n’empêche ni la clarté ni la facilité. Cessons donc de croire que penser soit une activité exceptionnelle, difficile, fatigante et réservée à quelques-uns .. Faire de la philosophie n’est rien d’autre que d’exercer sa pensée de manière précise et méthodique. On n’a pas à craindre que ce soit obscur et flou… Au contraire, l’une des fonctions principales de la philosophie doit être d’aider à être plus précis dans ses propres pensées, moins flou dans ses propres idées..  » la philosophie a pour but de rendre claires et de délimiter les pensées qui autrement sont, pour ainsi dire, troubles et floues » dit un philosophe britannique d »origine autrichienne du xxe siècle, Ludwig Wittgenstein’.

Philosopher ne nécessite pas d’aptitudes particulières. Ce n’est pas un don que certains possederaient et d’autres pas . Tout le monde détient les capacités nécéssaires, c’est à dire la capacité de raisonner, de distinguer ce qui est cohérent de ce qui est absurde, de discerner ce qui est vrai du faux.. , c’est cela que Descartes appelait le bon sens ou  » la raison ».

2wssuz94f.jpg

Publié dans philo | 1 Commentaire »

LE TEMPS

Posté par sylvie le 2 février 2016

Le temps guérit de tout  » ,  » l’erreur est humaine » ,  » personne n’est irremplaçable »… Elles sont nombreuses ces phrases toutes faites et passe partout qu’on prononce sans y penser… pourtant elles recèlent de véritables leçons de philosophie ….

ON NE PEUT PAS ETRE ET AVOIR ETE :

Le temps est ainsi fait qu’il passe, et nous avec lui : notre passé est mort et nous ne sommes plus celui que nous étions alors . Nous mourons à ce que nous étions à mesure que nous vivons ce que nous sommes.. C’est cette présence de la mort dans la vie qui fait que  » l’on ne peut pas être et avoir été « .. Nous allons mourir un jour mais nous mourrons aussi un peu tous les jours, nous mourons à l’être que nous avons été, il y’a un an ,un mois,deux jours..

 

Ou passe tout ce temps qui passe ? L’être que nous étions à six, douze, vingt ans ans a t-il irrémédiablement disparu ? L’être que je suis aujourd’hui n’est-il pas au contraire l’unité de celui que j’étais et de celui que je suis ? Même si mon passé est loin, moi je reste. Je ne meurs pas avec lui, je l’intègre à mon présent …

 

C’est Saint Augustin qui a donné l’analyse la plus pointue de ce paradoxe du présent qui contient en soi le passé et le futur «   le futur n’existe pas encore – qui le nierait ? – et pourtant l’esprit vit déjà dans son attente,  le passé n’existe plus – qui le nierait ? – et pourtant  l’esprit vit encore dans son souvenir , le présent, passage réduit à un point, n’a aucune extension – qui le nierait ? - 

 

On ne peut représenter le temps d’une existence humaine par une flèche unidimensionnelle  et linéaire. Notre être a plus d’épaisseur qu’une ligne droite  puisque dans le seul présent , je suis à  la fois celui que je je suis actuellement, celui que j’étais encore il y’a peu et celui que je serai dans quelques secondes …

bruno71171.jpg

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

LA TOURNURE D’ESPRIT PHILOSOPHIQUE

Posté par sylvie le 3 septembre 2015

 

On n’apprend pas la philosophie, on apprend à philosopher, écrit Kant. Que signifie cette distinction ? Philosopher ce n’est pas prendre possession de l’ensemble des doctrines philosophiques comme d’un savoir .C’est adopter une une certaine attitude intellectuelle face aux discours comme aux évènements, aux savoirs comme aux pratiques. C’est appréhender ceux ci autrement que nous ne le faisons spontanément,  mais c’est aussi adopter une nouvelle démarche intellectuelle en changeant, parfois même en inversant nos habitudes mentales.

 

 

 

En un mot philosopher, c’est d’abord acquérir ce que l’on appelle la   » tournure d’esprit philosophique ». La tournure d’esprit se caractérise  par une méfiance à l’égard des certitudes et des évidences, des réponses toutes faites que l’on peut apporter aux questions que l’on nous pose ou qui se posent, des lieux communs et des généralités vides que l’on confond avec des vérités universelles. Cette tournure philosophique est faite de doute, de vigilance, d’étonnement qui nous conduisent à interroger et à analyser. Il ne s’agit pas de s’enfermer dans le doute ou le soupçon mais de les utiliser pour accéder à une plus grande lucidité et pouvoir ainsi formuler  clairement les problèmes qui demandent à être approfondis et réfléchis soit parce qu’ils n’ont pas de solution préalable, soit parce qu’ils ne peuvent pas avoir de solution, mais qu’il est urgent de les penser . Il s’agit aussi de   » penser par soi même » , d’accéder, selon une formule de Kant à une majorité intellectuelle ou l’on devient responsable de ce que l’on dit, avec les risques que cela comporte.

 

La tournure philosophique est ainsi plus qu’une manière de penser, elle est une manière d’être qui suppose le sens de la responsabilité  intellectuelle.

 

 

 

Un but principal : clarifier la pensée. 

 

342a8ca2

 

 

 

Le but de la philosophie est la clarification logique de la pensée. La philosophie n’est pas une doctrine mais une activité. Une oeuvre philosophique consiste essentiellement en élucidations. Le résultat de la philosophie n’est pas un nombre de « propositions philosophiques » mais le fait que des propositions s’éclaircissent. La philosophe a pour but de rendre claires et de délimiter rigoureusement  les pensées qui, autrement, sont troubles et floues.

 

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

LES RESSOURCES DE L’IMAGINATION

Posté par sylvie le 12 avril 2015

LES RESSOURCES DE L »IMAGINATION

Il est impossible de décrire cette méthode en détail; elle demande un dosage infiniment prudent.

Qu’est  – ce  l’imagination ?

L’imagination va du normal au pathologique. Font partie de l’imagination: les rêveries flottantes au coin du feu, les rêveries morbides 

 

. Il y »a aussi l’imagination des mythomanes:le sujet altère la vérité, ment ( sans le savoir)simule des malaises.. Et cela d’une manière extraordinairement vaste.

L’imagination pathologique peut avoir des répercussions sociales graves: lettres anonymes,calomnies,insinuations, médisances.

 

Songeons aussi a tous les mensonges inspirés par la haine ou la jalousie, qui sont toujours une forme de débilité mentale.

 

L’imagination est  la base de certaines fugues,de délire de la persécution, de délires de grandeur….

L’imagination est donc  une grande dame blanche ou noire,toujours puissante.

 

BELLE JEUNE F

Publié dans philo | 2 Commentaires »

LA PHILOSOPHIE

Posté par sylvie le 26 septembre 2014

On ne fait pas de philosophie, pas plus qu’on ne fait de mathématiques ( ou n’importe quelle autre science avec de simples paroles. Et même si la philosophie est née du dialogue, elle ne commence réellement qu’avec le texte écrit.

Certes on pourrait objecter à cette thèse le fait que Socrate, considéré dès l’antiquité comme le véritable père de la philosophie, n’a pas écrit une ligne. Mas on pourrait objecter à cette objection le fait que Socrate n’a pour  nous d’existence philosophique qu’à travers les dialogue écrit de son disciple Platon. Pareillement, ce sont les bons mots et les anecdotes sur sa vie de clochard tels qu’ils nous ont été rapportés par Diogène Laerce qui font à nos yeux le caractère de philosophe de Diogène le cynique.

Pourquoi la philosophie a t-elle besoin de l’écriture ? Parce que la pensée est captive de la parole, de ses hasards , de ses détours et de ses incertitudes. Prisonnière aussi de la dimension affective de l’échange : dans le feu d’une conversation, la rigueur n’est pas de rigueur. On veut faire plaisir à l’interlocuteur, ou bien, à l’inverse, le démolir. L’écriture donne à la pensée une forme objective et définitive. La parole, meme maîtrisée est toujours un peu irresponsable. De plus, seule , l’écriture peut donner à la pensée cette structure systématique sans laquelle il ne saurait y avoir proprement de philosophie. Car s’il y’eut des philosophies contre le système, le scepticisme, l’empirisme, , il n y en eut pas en dehors du système.

La division sociale du travail, qui assigne à certaines classes de la société le soin de pourvoir aux travaux matériel ( les esclaves en Grèce) et à d’autres les tâches nobles de la réflexion et du commandement, doit être considérée comme l’autre condition fondamentale de la philosophie. En ce sens, on peut dire de la philosophie qu’elle est en même temps fille de l’esclavage, et fille de la liberté , car il a fallu que certains individus soient libérés de leurs immédiats soucis pratiques pour se livrer à la spéculation sur la nature des choses. En effet, la philosophie est une affaire individuelle, personnelle, qui ne tire pas ses idées de la tradition sociale et religieuse. Les sociétés traditionnelles ont une loi et une cohésion si puissantes qu’elles interdisent l’émergence d’une libre pensée…

Même les plus grands penseurs de l’islam ( Averroès, Avicenne….) oou de l’Inde ( Shankara, Madhva) ne seront pas aussi indépendants de leur contexte social et religieux.

Alors que les hommes généralement se contentent de croire, les philosophes veulent savoir, mais pour savoir, il faut juger, critiquer, mesurer, exclure, imaginer, bref effectuer un travail de l’esprit dont les religions et les idéologies permettent l’économie.

 

9f460818

 

 

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE

Posté par sylvie le 6 juillet 2013

En terminale, nous rencontrons une matière qui nous est complètement étrangère qui répond au doux nom de  » philosophie » et que toutefois il va falloir étudier pour obtenir le baccalauréat..

Mais qu’est ce donc que cette matière dont on nous a jamais parlé avant et dont nous ne soupçonnions même pas l’existence… Tout d’abord, il est important de savoir que la philosophie n’est pas qu’une simple matière. C’est un mode de vie. Celui qui pratique la philosophie, autrement dit, le philosophe, est un élève de la sagesse et non pas un sage. La philosophie n’a pas la prétention d’atteindre la sagesse, elle s’affirme seulement comme une quête de la sagesse, elle tend le plus possible vers cette sagesse mais en aucun cas, elle ne lui est assimilable.. La philosophie veut dire , amour de la sagesse. Elle est une voie de la vérité, voire même une chasse de la vérité … Les philosophes voudraient construire des connaissances que l’on ne puisse  pas remettre en causse. La philosophie commence toujours par la prise de conscience de notre ignorance, nous ne pouvons pas être philosophes. Cette prise de conscience est l’ouverture sur le chemin de la philosophie qui nous permet de nous évertuer à changer cette ignorance en savoir. Nous sommes tous prisonniers de notre ignorance mais nous ne voyons même pas les murs de la prison. Nous croyons connaître beaucoup de choses mais en réalité nous ne connaissons rien .. Nos prétendus savoirs ne sont que des préjugés,des idées toutes faites avec lesquelles on nous a abreuvé depuis notre naissance .

L’enseignement de la philosophie nous sert donc à prendre conscience que nous sommes prisonniers et à nous libérer enfin de tous ces préjugés que nous avons accumulé depuis tant d’années  et enfin pouvoir  être libres de penser par nous même.. La philosophie remet l’esprit de l’individu à zéro, lui fait oublier tout ce qu’il croyait savoir, le place devant son ignorance et lui offre la possibilité de pouvoir établir de vraies connaissances , de s’intéresser réellement à l’essence des choses : qu’est ce que la justice ? Qu’est ce que le bonheur ? qu’est ce que l’amour ? Autant de questions essentielles sur lesquelles se penchent les philosophes.

Cette philosophie semble s’occuper de tout : morale, psychologie, politique, esthétique, sciences, entre autres. Il n’est pas question en philosophie d’apprendre des réponses, mais d’apercevoir des problèmes…Ce qui est essentiel, c’est de découvrir la liberté d’esprit de chacun ..Il n’y a pas d’aventure plus intéressante que l’expérience de la réflexion ..

Les philosophes sont des aventuriers d’un genre un peu particulier, ils vivent  des aventures de la pensée ..Ne croyez pas que ce soit moins fort , moins mouvementé, moins risqué.. Quand on essaie de voir autrement l’existence, de mettre en question ses habitudes mentales, de suivre jusqu’au bout les conséquences d’une idée, on rencontre toujours des surprises et des imprévus.

Ne croyez pas que les philosophes soient des gens prudents, ce serait une illusion. Vous les verrez toujours en train d’explorer de nouvelles possibilités. Ils partent à la découverte de territoires mal conus. Ils ne cessent de tenter des choses que l’on dit impossibles. Ce sont des expérimentateurs d’existence, car ils s’efforcent de faire de leur vie une forme inédite de recherche..

La pensée est une activité humaine fondamentale. Exercer son intelligence procure évidemment un plaisir particulier. La jouissance des philosophes n’a pas d’autre origine : découvrir des idées que l’on n’avait pas, approfondir des conceptions que l’on avait déjà, soumettre ses idées aux critiques des autres, les défendre, répondre aux objections, suivre des chemins de pensée dont on ne soupçonnait même pas l’existence, tout cela procure des plaisirs réels.

HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE dans philo mer-le-soir

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

LA SAGESSE

Posté par sylvie le 15 octobre 2011

 La sagesse, c’est être attentif aux messages de son coeur, c’est être à l’écoute de soi,à l’écote de l’autre.. Mais comment parvenir à entendre ces messages dans ce vacarme permanent, dans ce rythme quotidien qui ne nous laisse que peu de chances de nous retrouver, de faire le point sur ce que nous ressentons, sur ce que nous désirons vraiment, sur ce qui est essentiel pour nous?

Faute de temps, faute de regard, faute d’écoute, nous perdons notre vraie richesse. Nous nous appauvrissons un peu plus chaque jour et notre vérité devient aridité. Plus rien ne peut pousser ni pour soi, ni pour l’autre, et l’on ne donne plus puisqu’on n’a plus rien à donner.

La sagesse, c’est tenter de développer l’harmonie avec soi, bien sur, mais aussi avec l’autre.Tenter d’intégrer les contraires, souvent faces opposées d’une même vérité, plus complémentaires que contradictoires. La sagesse est ouverture, rigueur, courage, endurance, engagement, humilité. Elle est apprendre et comprendre, mais comprendre de tout son être.

CITATIONS.

 » on ne reçoit pas sagesse. Il faut la découvrir soi même après un trajet que personne ne peut faire pour nous » … MARCEL PROUST.

-  » tu me dis …j’oublie

   tu m’enseignes je me souviens

  tu m’impliques..j’apprends …………. »   BENJAMIN FRANKLIN

 » On n’enseigne pas ce que l’on sait

  On n’enseigne pas ce que l’on veut

 On enseigne ce que l’on est »   JEAN JAURES

«  Ce qui compte dans l’effort, c’est avant tout l’action plutôt que le résultat »

« Fais donc ton devoir sans te préoccuper de ce qu’il en résulte, de son aboutissement bon ou mauvais. Dans la seule sagesse tu trouveras ton refuge sans penser à l’issue, source de maux et de misère. Le sage ne se soucie ni du bon ni du mauvais en ce monde..L.V.BEETHOVEN

 » Donne tes mains pour servir et ton coeur pour aimer «    MERE TERESA

 » On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux.. » ST EXUPERY

« Pour  obtenir une vérité quelconque sur moi, il faut que je passe par l’autre  » ..J.P.SARTRE

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

LA LIBERTE

Posté par sylvie le 9 septembre 2011

femmebonheur.jpg

Si la philosophie ne devait retenir qu’un concept, ce serait sans doute celui de la liberté. S’il n’a pas toujours été au centre des préoccupations, il l’est du moins   à l’époque moderne.

La liberté est aujourd’hui une valeur universelle, le pilier de tous les régimes démocratiques. Depuis trois siècles, les hommes se battent et se révoltent en son nom. La réflexion philosophique ne pouvait être totalement étrangère à cette tendance historique qui pousse les hommes vers la liberté.

La liberté est une notion aux multiples facettes,et si elle est chère à tous les coeurs, tous ne l’entendant pas de la meme maniere. 

Être libre, en première approximation, c’est ne recevoir d’ordre de personne. Plus généralement  c’est vivre sans dépendre d’une volonté étrangère ou d’un pouvoir extérieur; la forme première de la liberté est donc incontestablement l’indépendance.

La liberté passe aussi par l’indépendance économique. La liberté de disposer de sa vie ne saurait être entière si l’on n’est pas libre de la gagner, il est donc parfaitement conforme à une réflexion sur la liberté d’inclure l’exigence que le travail lui aussi , soit libre  et que l’homme s’y réalise, alors que bien souvent il n’est qu’un effort péniblement consenti sous le double effet d’une nécessité extérieure (celle de  satisfaire ses besoins) et d’une contrainte sociale ….

 ]a liberté existe toujours. Il suffit d’en payer le prix  
Henry de Montherlant 

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui nuit pas autrui
Déclaration des droits de l’homme

La liberté d’être commence lorsque l’obligation de ressembler est abolie  
Emmanuel Gomez 

La liberté, c’est toujours la liberté de l’autre  Rosa Luxembourg 

En fait, nous sommes une liberté qui choisit, mais nous ne choisissons pas d’être libres: nous sommes condamnés à la liberté
Jean-Paul Sartre 

Le vrai démocrate est celui qui, par des moyens non violents, défend sa liberté, par conséquent celle de son pays et, finalement celle de l’humanité toute entière  
Gandhi 

Publié dans philo | Pas de Commentaire »

PAROLES DE PHILOSOPHES

Posté par sylvie le 1 mai 2011

 

C’est dans le creuset qu’on éprouve l’or,

C’est dans l’adversité qu’on reconnait ses vrais amis.ISOCRATE

Le savoir acquis dans un pays étranger peut être une patrie

L’ignorance peut être un exil vécu dans son propre pays.AVERROES.

La nature nous a donné une langue et deux oreilles afin que nous écoutions deux fois plus que nous ne parlons…ZENON

Le comble de l’absurde et du risible pour un être humain est d’envisager que le bonheur lui appartienne une vie durant.R.BURTON

L’amour sans éternité s’appelle angoisse ,

L’éternité sans amour s’appelle enfer……. GUSTAVE THIBON

Publié dans philo | 1 Commentaire »

1234
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...