ANDRE GIDE

Posté par sylvie le 26 novembre 2008

André Gide est né le 22 novembre 1869, il est l’enfant unique de Paul Gide, professeur de droit….   L’enfant Gide est intelligent, s’ennuie à l’école : l’adolescent se construit une solide culture littéraire : le jeune homme écrit, publie son premier livre  à compter d’auteur  » les Cahier d’André Walter ».. Deux ans plus tard, il part en voyage pour l’Afrique en compagnie d’un ami.. Il en revient adulte, transformé. Il a découvert sa nature profonde, son identité… Elle s’épanouit dans un livre qui paraît en 1897 :  Les nourritures terrestres. Lire confidentiel d’abord : Gide parvenu au faîte de sa gloire, aimait rappeler qu’il ne s’en vendit , en dix ans, que cinq cents exemplaires ..

La gloire vient ensuite : Gide écrit pour libérer la littérature de son carcan moral, de ses cadres traditionnels : Gide agit contre le colonialisme, pour le pacifisme -  C’est l’écrivain actif dans son époque, l’artiste du progrès que couronne le jury Nobel en 1947. Quatre ans plus tard, il meurt d’une congestion pulmonaire.. 

Voici sa dernière phrase qu’il a écrite : ma propre position dans le ciel, par rapport au soleil, ne doit pas me faire trouver l’aurore moins belle »

GIDE EN PENSEES :

-Le monde  ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis

- Je n’aime pas les hommes. J’aime ce qui les dévore…

-dans un monde ou chacun se grime, c’est le visage nu qui parait fardé.

-Quand un philosophe vous répond, on ne comprend du tout ce qu’on lui avait demandé..

-ce qui échappe à la logique est le plus précieux de nous même.

-les bourgeois honnêtes ne comprennent pas qu’on puisse être honnête autrement qu’eux..

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

GERARD DE NERVAL

Posté par sylvie le 15 octobre 2008

f24yrl38oiseaux1.jpg

GERARD DE NERVAL

 

Gerard Labrunie, dit de Nerval , ne connaitra jmais celle qui l’a mis au monde le 22 mai 1908. Le laissant en nourrice, elle a accompagné son marie, médecin de la grande armée pour mourir de fièvre en Silésie. Gerard ne cessera d’inventer des femmes mythiques, et ne s’entendra jamais avec ce père qui lui a volé sa mère.

Le docteur Labrunie voudrait que son fils soit commelui médecin. Ce dernier refuse, prend le pseudonyme de Nerval, s’invente des généalogies flatteuses et devient une figue du Boulevard grâce à un héritage qu’il dilapide avec ses amis peintres et écrivains.  Il traduit le Faust de Goethe, travaille avec Dumas, fait jouer ses pièces de théatre, voage avec Théophile Gautier se rend en Egypte.  A partir de 1840  les premières crises de folie apparaissent chez cet homme sensible qui ne cesse de mêler le réel et l’imaginaire et depuis l’enfance, de se réfugier dans le rêve. Son état ne fera qu’empirer ..C’est pourtant à cett époque qu’il écrira ses plus belles oeuvres ( Odelettes, les Chimères).

Soigné  par le docteur Blanche,( dans la clinique duquel Maupassant plus tard, sera lui aussi interné)Nerval, lorsqu’il est lucide , a honte de son mal et fuit ses amis.

Par  une nuit de grand froid,il se pend à Paris. On retrouve son corps au matin  du 26 janvier 1855. Ultime dérision : le mort a gardé son chapeau.

 

DANS LES BOIS

Au printemps , l’oiseau naît et chante:

N’avez vous pas oui sa voix ?

Elle est pure, simple et touchante,

La voix de l’oiseau- dans les bois!

L’été, l’oiseau cherche l’oiselle :

Il aime et n’aime qu’une fois .

Qu’il et doux, paisible et fidèle,

Le nid de l’oiseau- dans les bois;

Puis quand vient l’automne brumeuse,

il se tait avant les temps froids

Helas! qu’elle doit être heureuse

La mort de l’oiseau – dans les bois !

GERARD DE NERVAL

Publié dans LITTERATURE, Non classé | Pas de Commentaire »

LE ROMANTISME

Posté par sylvie le 5 juin 2008

LE CULTE DU « MOI » ET DE LA LIBERTE DE L’ARTISTE

Le romantisme est un mouvement culturel et artistique européen dont les premières manifestations, en Allemagne et en Angleterre, datent de la fin du XVIIIe siècle. Il s’épanouit au début du Xxe siècle dans le reste de leurre, notamment en France et en Italie.

Le romantisme est un courant de sensibilité et de pensée et non une école. Il n’a pas de visée pédagogique. C’est en tant que tel  que le romantisme a marqué la création littéraire, que ce soit en

Allemagne , en Angleterre, en France ou en Italie.

SES REJETS ET SES PASSIONS:

Les différents romantismes nationaux ont en commun d’être des mouvements destructeurs, rejetant les préceptes rationalistes du siècle des Lumières et les canons esthétiques du classicisme.

L’ECLOSION DU ROMANTISME

Au début du XIX siècle, la  France est touchée par la vague du romantisme. Trois raisons pour expliquer le retard du romantisme en France par rapport à l’angleterre et à lallemant :

- La force du classicisme ( la réussite des tragédies de Racine par exemple)

-l’immobilisme des institutions littéraires

-Le conservatisme littéraire, social et politique en vigueur dans les premières années de la Restauration.

Deux écrivains jouent un rôle déterminant pour le développement du romantisme en France . Chateaubriand, et Mme de Stael .

LA POSTERITE DU ROMANTISME

Après le foisonnement des oeuvres entre 18930 -1840 l’échec du drame des Burgraves de Victor Hugo marque la fin de la période romantique.   Toute la production littéraire d’écrivains, qui, à un titre ou à un autre se rattachent au romantisme ( Nerval,Gautier, Baudelaire) ne relevé plus alors du mouvement de 1830.

Le romantisme français fut particulièrement varié et vigoureux dans ses manifestations puisqu’il s’incarna dans la peinture ( Delacroix), la musique ( Berlioz), l’histoire ( Jules Michelet) la politique ( Lamartine), la critique litteraire ( Sainte Beuve) , le théâtre, la poesie, le roman, l’essai, l’es mémoires etc…  De nombreux auteurs ne se réclamant pas du romantisme furent pourtant si profondément influencés par lui qu’ils lui sont traditionnellement associes dans l’histoire litteraire française.

LES GRANDS ECRIVAINS ROMANTIQUES

BALZAC : 1799-1850   – Auteur de la Comédie Humaine;titre d’une oeuvre rassemblant 95 romans ou nouvelles formant une fresque de la société française de la Révolution à la fin de la monarchie de Juillet. La conviction que la pensée, le désir, la passion consument l’énergie humaine lui fournissent des clés pour interpréter le fonctionnement d’une société qu’il observe avec une cruelle lucidité.

CHATEAUBRIAND  1768-1848 – Écrivain engagé dans son temps, il regroupe autour de lui la jeunesse romantique fascinée par ses romans, et connaît un destin exceptionnel qu’il orchestre avec génie dans les  » Mémoires doutre Tombe ». Il a porté la musique de la prose française à son point de perfection.

DESBORDES VALMORE:  Poete maudit et femme malheureuse, éprouvée par des deuils familiaux, un des maitres du genres intime.

DUMAS  Pere /Auteur de romans universellement connus , fut aussi un grand dramaturge, rival de Victor Hugo.

GAUTIER Theophile / 1811-1862  :P artisan du romantisme lors de la bataille d’Hernani,  dédicataire des Fleurs du mal de Baudelaire,, chroniqueur dramatique et des récits de voyage, critique d’art et défenseur en prose de  » l’art pour l’art ».

HUGO Victor :  1802-1885   Il est l’animateur de la révolte romantique contre le classicisme. Avec Hernani et le scandale qui s’en est suivi, Hugo domine la création dramatique romantique, il mène une vie politique  qui culmine avec son élection comme député de Paris , puis s’exile à Bruxelles, à Jersey, et à Guernesey . Les honneurs, la gloire précoce et les malheurs ne lamprecht pas d’accomplir une oeuvre considérable de poètes ( les Contemplations, ) dramaturge(Ruy Blas) et  romancier ( Les misérable) qui reflètent sa puissance d’inspiration et son optimisme généreux.

LAMARTINE   -  un recueil poetique,  » Meditations » fait de lui le maitre de la jeune génération romantique. Engagé dans une carriere politique, il connait un cuisant échec à l’élection présidentielle de l’automne, il quitte la vie publique  après le 2 décembre 1852 et termine sa vie dans la gene…

Il peut également Michelet – Musset – DE Nerval -  Sand- Stael -  Sue – Vigny /

s

Publié dans LITTERATURE | 2 Commentaires »

VERLAINE

Posté par sylvie le 10 mai 2008

PAUL VERLAINE

Poete français

1844-1896

30 mars 1844: naissance de Paul-Marie Verlaine. Il est le fils unique d’une famille bourgeoise aisee, qui recueillera une nièce ,Elisa qui jouera le role de grande soeur auprès de Paul.

Bachelier à 18 ans, il s’inscrit en droit  mais frequente surtout les cafes et les poetes. Il renonce à études pour travailler dans un cabinet d’assurances. Il publie en 1866 sept poemes : poemes saturniens et « les fetes galantes » qui sont marqués par l’influence  de la poesie parnassienne meme si l’on voit déja  s’y dessiner des traits personnels : sensualite,melancolie, et…Tout à fait propre à la poetique verlainienne.

Le déces de sa cousine Elisa,dont il etait follement épris, le mine si bien qu’il se réfugie dans l’alcool. Il mene une vie crapuleuse par la suite à Arras, il tente par deux fois de tuer sa mère à quelques jours d’intervalle. Il rencontre Rimbaud qui lui a envoyé ses premiers poemes de Charleville, ils visitent Paris et trainent dans les cafés ensemble. Ils frequentent le cercle d’amis des poetes zudiques, malgre leur largeur d’esprit ces jeunes poetes – dont Mallarme-  sont scandalisés par la violence de l’attitude de Rimbaud.  Ecartele entre sa vie de famille et son amour pour Rimbaud, Verlaine boit de plus en plus,sa femme,victime de violences conjuguales le quitte, Verlaine vit avec Raimbaud pour qui il ecrit  » ariettes oubliées »

mais les scenes entre eux sont de plus en plus frequentes et Verlaine blesse Rimbaud d’un coup de pistolet…  Ils se separeront par la suite- c’est dans sa cellule qu’il ecrit les poemes du recueil  » romances sans paroles » sur la periode de sa vie en communaute avec Rimbaud.

En 1896 , à 52 ans,il décede d’une congestion pulmonaire, sur sa tombe discours de Bares, Coppee, Kahn, Mallarme

Il etait devenu l’un des écrivains les plus admirés de sa génération et son influence sur les jeunes poetes etait déjà grande, notamment par les symbolistes dont il fut le maitre.

DANS MON AUTRE BLOG : HEIDEGGER  

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

Posté par sylvie le 2 mars 2008

MARCEL PROUST

Valentin Louis Georges Eugène Marcel Proust( 1871-1922) est un écrivain français dont l’oeuvre principale s’intitule  » A la recherche du temps perdu » . Marcel Proust demeure l’ écrivain français traduit et diffusé dans le monde.

Marcel Proust est né le 10 juillet 1871 à Auteuil,dans la maison de son grand-oncle maternel, Louis Weil. Sa mère, fille d’un agent de change juif , d’origine alsacienne lui apporte une culture riche et profonde et lui voue une affection parfois envahissante. Son père, fils d’un commerçant d’Illiers, professeur à la faculté de Médecine de Paris après avoir commencé ses études au séminaire, est le premier grand hygièniste français, conseilleur du gouvernement pour la lutte contre les épidémies. Marcel est baptisé à l’Eglise St Louis à Paris. Or la commune fait rage à Paris en Mai  1871, un soir qu’Adrien Proust rentre chez lui, une bale tirée par un insurgé l’atteint à la jambe. Jeanne en apprenant cet évenement est saisie d’une telle frayeur que l’enfant qu’elle met au monde le 10 juillet suivant en portera les stigmates toutes sa vie.

Marcel est fragile, et le printemps devient pour lui la plus pénible des saisons: les pollens libérés par les fleurs dans les premiers beaux jours provoquent chez lui de violentes crises d’asthme. A neuf ans, alors qu’il rentre d’une promenade au bois de Boulogne avec ses parents, il étouffe, sa respiration ne revient pas, son père le voit mourir… Un ultime sursaut le sauve. Voilà maintenant la menace qui plane sur l’enfant et sur l’homme plus tard, la mort peut le saisir dès le retour du printemps, à la fin d’une promenade, n’importe quand, si une crise d’asthme est trop forte.

Après des études au lycée Condorcét, il devance l’appel sous les drapeaux et accomplit son service militaire à Orleans. Rendu à la vie civile, il suit à l’ école libre des sciences politique, les cours d’Albert Sorel  (qui le juge pas trop intelligent) lors son oral de sortie.

En 1894  il publie  » Les plaisirs et les jours » un recueil de poèmes en prose, portraits et nouvelles dans un style fin de siècle ou son art se montre plein de promesses.   Illustré par Madeleine Lemaire dont Proust fréquente le salon avec son ami le compositeur Hahn, le livre passe à peu près inaperçu et la critique l’accueille avec sévérité, notamment décrivaient Jean Lorrain, réputé pour la férocité de ses jugements, il en dit tant de mal qu’il se retrouve au petit matin sur un prè, un pistolet à la main. Face à lui, un pistolet à la main : Marcel Proust.  Tout se termine sans blessures, mais non sans tristesse pour l’auteur débutant. Ce livre vaut à Proust une réputation de mondain dilettante qui ne se dissipera qu’àprès la publication des premiers tomes de  » A la recherche du temps perdu »

« LE MOI SOCIAL ET LE MOI PROFOND

La fortune familiale lui assure une existence facile et lui permet de fréquenter les salons du milieu bourgeois et de l’aristocratie. Il y accumule le matériau nécessaire à la construction de son oeuvre : une conscience plonge en elle même, recueille  tout ce que le temps vécu y a laissé intact et se met à reconstruire, à donner vie à ce qui fut ébauches et signes. Lent et patient travail de déchiffrage comme s’il fallait en tirer le plan nécessaire et unique d’un genre qui n’a pas de précédent, qui n’aura pas de descendance: celui d’une cathédrale du temps. Le temps, n’ existe ni au présent, ni au futur, mais au seul passé dont la prise de conscience est proche de la mort.  L’analyse du snobisme et de la société aristocratique et bourgeoise de son temps fait de l’oeuvre de Proust une interrogation majeure des mobiles sociaux de l’individu et de son rapport aux autres, instruments de l’ascension sociale. Comme Balzac, Proust a su créer un monde imaginaire, double de celui réelle dans lequel il évoluait, peuplé de personnages devenus aujourd’hui des archetypes sociaux ou moraux. L’amour et la jalousie sont également analysés sous un jour nouveau.

L’ECRITURE DE LA RECHERCHE

Après la mort de ses parents, sa santé déjà fragile se détériore davantage en raison de son asthme. Il vit en reclus et s’épuise au travail. Son oeuvre principale  » A la recherche du temps perdu » sera publiée entre 1913et 1927 c’est à dire en partie à titre posthume.  Il ne reste plus à Proust que trois années à vivre. Son homosexualité , inavouable dans la société de l’ époque ,est latente dans son oeuvre. Il travaille sans relâche à l’écriture des cinq livres suivants de  » a la recherche du temps perdu  » jusqu’en 1922. Il meurt épuisé, le 18 novembre 1922 d’une angine mal soignée.  Il est enterré au cimetiere du Pere Lachaise,à Paris.

SURVOL DE L’OEUVRE

Des critiques ont écrit que le roman moderne commençait avec Proust. En rompant avec la notion d’intrigue, l’ écrivain devient celui cherche à rendre la vérité de l’âme. La composition de  » La reche en témoigne: les thèmes tournent selon un plan musical et un jeu de correspondances qui s’apparentent à la poésie. P’roust voulait saisir la vie en mouvement, sans autre ordre que celui des fluctuations de la mémoire affective. Il nous laisse des portraits uniques, des lieux recrées , une réflexion sur l’amour et la jalousie, une image de la vie, du vide de l’existence, et de l’art.  Il nous laisse surtout un style composé de phrases’s longues, pareilles à une respiration dans laquelle on s’embarque.  L’oeuvre de Proust est aussi une réflexion majeure sur le temps. La Recherche permet de s’ interroger sur l’existence même du temps, sur sa relativité et sur l’ incapacité à le saisir au présent. Une vie s’ écoule sans que l’individu en ait conscience et seul un évenement fortuit fait surgir à la conscience le passé dans son ensemble et comprendre que seul le temps écoulé, » perdu » a une valeur

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

ALBERT CAMUS

Posté par sylvie le 15 février 2008

Biographie d’Albert Camus :

Ecrivain français, romancier, auteur de pièces de théâtre, journaliste. Albert Camus n’a pas connu son père et a passé son enfance avec sa mère en Algérie. Sa santé (tuberculose) ne lui permet pas d’accéder à une carrière universitaire. Après une licence de philosophie, il devient journaliste engagé (parti communiste et Alger-Républicain), puis fut résistant. D’une courte adhésion au parti communiste, il retire une méfiance de l’endoctrinement et la certitude que la stratégie politique ne devait jamais prendre le pas sur la morale. En 1943, il rencontre Jean-Paul Sartre et travaille au journal « Combat ».

Albert Camus élabore une philosophie existentialiste de l’absurde résultant du constat de l’absence de Dieu et de sens à la vie. La prise de conscience de cette absurdité doit être considérée comme une victoire de la lucidité sur le nihilisme qui permet de mieux assumer l’existence en vivant dans le réel pour conquérir sa liberté. L’homme peut ainsi dépasser cette absurdité par la révolte contre sa condition et contre l’injustice.

Albert Camus met à profit son talent d’écrivain pour diffuser sa philosophie en adaptant la forme au sujet. Le roman symbolique et l’?uvre théâtrale sont utilisés comme moyens d’expression pour les idées et les doutes. L’auteur de « La Chute » se tourne vers un humanisme sceptique et lucide pour lequel il convient avant tout d’être juste. Il est prix Nobel de littérature en 1957 et meurt dans un accident de voiture.

Publié dans LITTERATURE, Non classé | 1 Commentaire »

LES ECRIVAINS ROMANTIQUES FRANCAIS

Posté par sylvie le 27 janvier 2008

LE CULTE DU « MOI » ET DE LA LIBERTE DE L’ARTISTE

Le romantisme est un mouvement culturel et artistique europeen dont les premières manifestations, en Allemagne et en Angleterre, datent de la fin du XVIIIe siècle. Il s’épanouit au début du XIXè siècle dans le reste de l’Europe, notamment en France et en Italie.

Le romantisme est un courant de sensibilité et de pensée et non une école. Il n’a pas de visée pédagogique. C’est en tant que tel  que le romantisme a marqué la création littéraire, que ce soit en

Allemagne , en Angleterre, en France ou en Italie.

SES REJETS ET SES PASSIONS:

Les differents romantismes nationaux ont en commun d’être des mouvements destructeurs, rejetant les préceptes rationalistes du siecle des Lumières et les canons esthétiques du classicisme.

L’ECLOSION DU ROMANTISME

Au début du XIX siecle, la  France est touchée par la vague du romantisme. Trois raisons pour expliquer le retard du romantisme en France par rapport à l’Angleterre et à l’Allemagne :

- La force du clacissisme ( la réussite des tragedies de Racine par exemple)

-l’immobilisme des institutions litteraires

-Le conservatisme litteraire, social et politique en vigueur dans les premières années de la Restauration.

Deux écrivains jouent un role determinant pour le développement du romantisme en France . Chateaubriand, et Mme de Stael .

LA POSTERITE DU ROMANTISME

Apres le foisonnement des oeuvres entre 18930 -1840 l’échec du drame des Gurgraves de Victor Hugo marque la fin de la période romantique.   Toute la production littéraire d’écrivains, qui, à un titre ou à un autre se rattacherent au romantisme ( Nerval,Gautier, Baudelaire) ne releve plus alors du mouvement de 1830.

Le romantisme français fut particulièrement varié et vigoureux dans ses manifestations puisqu’il s’incarna dans la peinture ( Delacroix), la musique ( Berlioz), l’histoire ( Jules Michelet) la politique ( Lamartine), la critique litteraire ( Sainte Beuve) , le théatre, la poesie, le roman, l’essai, l’es memoires etc…  De nombreux auteurs ne se réclamant pas du romantisme furent pourtant si profondément influencés par lui qu’ils lui sont traditionnellement associes dans l’histoire litteraire française.

LES GRANDS ECRIVAINS ROMANTIQUES

BALZAC : 1799-1850   – Auteur de la Comedie Humaine;titre d’une oeuvre rassemblant 95 romans ou nouvelles formant une fresque de la societe française de la Revolution à la fin de la monarchie de Juillet. La conviction que la pensée, le désir, la passion consument l’énergie humaine lui fournissent des cles pour interpreter le fonctionnement d’une societé qu’il observe avec une cruelle lucidité.

CHATEAUBRIAND  1768-1848 – Ecrivain engagé dans son temps, il regroupe autour de lui la jeunesse romantique fascinée par ses romans, et connait un destin exceptionnel qu’il orchestre avec génie dans les  » Memoires d’Outre Tombe ». Il a porté la musique de la prose française à son point de perfection.

DESBORDES VALMORE:  Poete maudit et femme malheureuse, éprouvée par des deuils familiaux, un des maitres du genres intime.

DUMAS  Pere /Auteur de romans universellement connus , fut aussi un grand dramaturge, rival de Victor Hugo.

GAUTIER Theophile / 1811-1862  :P artisan du romantisme lors de la bataille d’Hernani,  dedicataire des Fleurs du mal de Baudelaire,, chroniqueur dramatique et des recits de voyage, critique d’art et defenseur en poesie de  » l’art pour l’art ».

HUGO Victor :  1802-1885   Il est l’animateur de la révolte romantique contre le classicisme. Avec Hernani et le scandale qui s’en est suivi, Hugo domine la création dramatique romantique, il mène une vie politique  qui culmine avec son élection comme député de Paris , puis s’exile à Bruxelles, à Jersey, et à Guernesy . Les honneurs, la gloire précoce et les malheurs ne l’empechent pas d’accomplir une oeuvre considérable de poetes ( les Contemplations, ) dramaturge(Ruy Blas) et  romancier ( Les miserables) qui reflètent sa puissance d’inspiration et son optimisme généreux.

LAMARTINE   -  un recueil poetique,  » Meditations » fait de lui le maitre de la jeune génération romantique. Engagé dans une carriere politique, il connait un cuisant échec à l’election présidentielle de l’automne, il quitte la vie publique  après le 2 sdecembre 1852 et termine sa vie dans la gene…

Il y’eut également Michelet – Musset – DE Nerval -  Sand- Stael -  Sue – Vigny /

s

Publié dans LITTERATURE | 28 Commentaires »

OSCAR WILDE

Posté par sylvie le 19 janvier 2008

 » J’ai mis tout mon génie dans ma vie ,je n’ai mis que mon talent dans mon oeuvre…Confidence d’Oscar Wilde à André Gide (1891)

« Les enfants commencent par aimer leurs parents, en grandissant, ils les jugent, quelquefois ils leur pardonnent … Oscar Wilde.

Oscar Wilde est né à Dublin en 1854. Il est le fils d’un chirurgien irlandais de réputation internationale. Sa mère Jane Francesca Elgee est une femme pleine de ferveur nationaliste qui, dans les années 1840, soutient la cause irlandaise face à l’Angleterre.

Après des études classiques au Trinity College à Dublin, ou déjà  il fait preuve d’une forte personnalité et se distingue des autres étudiants. Oscar Wilde est admis à l’université d’Oxford. Il a notamment comme professeur John Ruskin  l’un des porte paroles d’un mouvement culturel qui estime que l’art ne doit être que la recherche du Beau, sans aucune préoccupation morale ou sociale.

Oscar Wilde est un élève brillant et distingué, il a des cheveux longs, des cravates lavllière et orne les boutonnières de ses costumes d’un lis ou d’un chrysanthème.

Esprit subtil et excentrique, dandy d’une rare élégance, sa célébrité est grande dans les milieux culturels et aristocratiques londoniens qui accueillent avec ravissement ses premiers Poèmes. Il devient très vite l’un des théoriciens de  » l’art pour l’art » et le chef des  » esthètes’, il est invité à donné une série de conférences aux Etats Unis sur l’esthétisme.

De retour en Europe, il s’installe à Paris ou il écrit deux pièces de théâtre « Duchesse de Padoue »" Vera ou les Nihilistes » ; il rencontre  les principaux écrivains  français de l’époque: Verlaine, Mallarme, Zola,Hugo. De retour à Londres, il  épouse l’une de ses admiratrices Constance Lloy. Ils auront deux enfants.

Rédacteur en chef du magazine « The womans » World », il montre ses talents de pamphlétaire et son art du paradoxe. Il s’engage à défendre également la cause féministe.

Pour ses enfants, il organise des bals costumés et écrit des contes, il publie également des nouvelles, un essai( ce serait son seul roman). Ce roman lui vaut une très grande notoriété, mais le public anglais  lui reproche l’immorabilité de certains personnages.

En 1895 Oscar Wilde décide de porter plainte en diffamation contre le Marquis de  Queensberry, le père d’Alfred Douglas, son amant, ce qui tourne mal. Finalement c’est le Marquis qui porte plainte devant les tribunaux, accusant Wilde de pervertir son fils. Oscar Wilde,est condamné pour délit d’homosexualité à deux ans de travaux forcés, il purgera cette peine dans la très répressive prison de Readlig sud de l’Angleterre.

Il sort de prison le 19 mai 1897 et s’exile en France, près de Dieppe. C’est un homme brisé et ruiné. Il prend pour pseudonyme le nom de Sebastian Melmoth.

Il publie en 1898  » la ballade de la geôle  » de Reading, un témoignage émouvant sur sa douleur de prisonnier. Il meurt  à Paris en 1900 de misère et de solitude.

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

GERARD DE NERVAL

Posté par sylvie le 12 janvier 2008

GERARD DE NERVAL

Poète français

22 mai 1808 – 26 janvier 1855

Gérard de Nerval est né le 22 mai 1808 à Paris. Deux ans plus tard, sa mère mourut en Silesie alors qu’elle accompagnait son mari, médecin militaire de la grande armée napoléonienne. IL fut élevé par son grand-oncle maternel.

Encore lycéen, il se signala par ses traductions de Faust et autres oeuvres de Goethe, qui restent parmi les meilleures jamais exécutées. La première de celles ci fut simplement signée » Gerard ». Elle parut en Novembre et ne porte que sur la première partie du chef d’oeuvre, la seule connue alors. gOETHE apprécia grandement son travail et remarqua son inspiration allant jusqu’à dire qu’il aurait écrit sa pièce ainsi s’il avait du l’écrire en français, Berlioz s’en inspira pour « la damnation de Faust » .

Il se lie d’amitié avec Theophile Gautier et Victor Hugo. Épris de l’actrice Jenny Colon, Nerval lui voua un culte idolâtre qui prit des formes nouvelles à la mort de celle ci : figure de la mère perdue, mais aussi de la femme idéale ou se mêlent dans un syncrétisme caractéristique de la pensée de Nerval. Il connut à partir de 1841 plusieurs crises de démence qui le conduisirent à la maison de santé du docteur Blanche. Des lors ses séjours dans cet  établissement alternent avec ses voyages en Allemagne , au Moyen orient.  Il voyagea beaucoup et rédigea des reportages et impressions de voyages  correspondants. En même temps, il travailla comme nouvelliste et auteur des livrets  d’opéra qinsi que comme traducteur de poemes de Heinrich Heines qui était son ami.

Ses dernières années furent marquées par la détresse matérielle et morale, et par l’écriture de ses principaux chefs d’oeuvre, réalisés pour se purger de ses émotions sur les conseils du docteur Blanche :  » les filles du feu », Aurelia ou le rêve et la vie » . On le retrouva pendu à une grille d’un bouge en 1855 dans le coin le plus sordide qu’il ait pu trouver, comme l’a noté Baudelaire:

INFLUENCE POSTERIEURE :

L’insistance de Nerval sur la signification des rêves eut une influence sur le mouvement surréaliste qui fut soulignée par André Breton. Dans sa dédicace à Alexandre Du mas pour les  » filles de feu » Nerval évoque  » l’état de rêverie super naturaliste » qui fut le sien lorsqu’il écrivit les sonnets des Chimères.

Marcel Proust et Rene Daumal furent aussi grandement influencés par cette oeuvre majeure.

UN CHEF D’OEUVRE : Sylvie

C’est une autobiographie déguisée ou derrière un narrateur fictif s’exprimant- à la première personne, Nerval recompose des souvenirs d’enfance et sa quête vaine d’un bonheur simple et réconcilié. Un entrefilet dans un journal plonge brutalement le narrateur dans des souvenirs de fêtes villageoises  près de Senlis. Il se remémore sa jolie compagne d’alors, la brune Sylvie et la jolie Adrienne aperçue un soir au milieu d’une ronde de jeunes filles, et jamais oubliée depuis.

CITATIONS /

 » ne m’attends pas ce soir, car la nuit sera noire et blanche » (mot laissé à sa tante le soir de son suicide).               

« Le rêve est une seconde vie, je n’ai pu percer sans frémir ces portes d’ivoire ou de corne qui nous séparent du monde invisible »

Publié dans LITTERATURE | 2 Commentaires »

VICTOR HUGO

Posté par sylvie le 10 janvier 2008

Le 26 février 1802 à Besançon naît Victor Hugo. Son père est devenu général au cours des guerres de la Révolution et de l’Empire. Enfant, il souffre de la mésentente de ses parents. Dès son adolescence, il affirme des ambitions littéraires et participe à des concours poétiques. Après des études brillantes, il épouse Adele Foucher son amie d’enfance, grâce à la pension  accordée par le roi à la suite de la parution de son premier recueil poétique premier succès public – « Les odes » qui deviendront plus tard  »  » Les odes et ballades » La nuit de son mariage, son frère Eugène son frère, qui lui aussi aimait Adèle, devient fou.

Naissent Leopoldine, Charles, Francis-Victor, et Adele.  Il est reconnu comme le chef de file du mouvement romantique. Les milieux  officiels l’estiment. Ce révolutionnaire en littérature, qui a reçu la légion d’honneur est conservateur en politique. Sa femme, amoureuse du critique littéraire,Sainte-Beuve,ami de la famille se détache de lui avant de lui revenir.  Il a rencontré l’actrice Juliette Drouet. Entre son épouse et l’actrice  qui ont fait voeu de se consacrer à leur grand homme, sa vie privée devient digne d’un vaudeville.  Il reçoit ses maîtresses dans son bureau  relié par une porte secrète à son appartement. En 1843 la noyade tragique de sa fille Leopoldine, un an après son mariage, est pour lui une terrible épreuve , qui lui inspirera les poèmes les plus poignants des Contemplation. Lui, qui a composé de si beaux poèmes sur l’enfance  inspirés de sa vie familiale, verra dans sa vieillesse mourir aussi ses deux fils .Quant à sa fille Adele, elle sera internée , devenue folle à la suite d’une histoire d’amour, comme son oncle Eugène.

Ce chef de file du  » Cénacle » romantique, cet ami d’Alexandre Dumas, de Théophile Gautier ne se contente pas d’écrire. Il participe activement à la vie politique. Académicien de 38 ans en 1840, il devient pair de France et réclame lors d’une intervention, le retour en France de la famille Bonaparte. Mais le coup d’état du 2 décembre 1851 le fait entrer dans l’opposition  ouverte au régime de Louis Napoléon. Il doit se réfugier en Belgique. Il y rédige  » Les Châtiments » avant de s’installer à Jersey puis à Guernesey avec sa famille et Juliette Drouet.

Hugo se passionne alors pour le spiritisme, écrit coup sur coup  » Les Contemplations »,  » Chanson des rues et des bois »  » l’année terrible »   » Les misérables »  » les Travailleurs de la mer », La légende des siècles » et refuse les amnisties proposées par Napoléon III qu’il accable  dans son pamphlet Napoléon le Petit. Il s’est laissé pousser  une barbe blanche de patriarche et s’habille comme un ouvrier.

Les Misérables font un triomphe à Paris. Après l’effondrement du Second Empire, Hugo revient à Paris le 5 septembre 1870 et reçoit un accueil triomphal. Élu au Sénat, mais ayant renoncé à jouer un role politique de premier plan, il cultive l’art d’être grand père.

Ses 80 ans sont l’occasion d’une immense manifestation nationale.Des millions d’hommes se reconnaissent dans son oeuvre universelle, Premier dramaturge de son siècle, il en est aussi l’un des plus grands romanciers, un poète de génie et un illustrateur de talent. Et bien que couvert de gloire et d’honneurs, il est devenu le protecteur des humbles.

Le 11 mai 1883 Juliette s’éteint, ( sa femme est morte à Bruxelles en 1868). Il lui survit deux ans . Le 22 mai 1885 une congestion pulmonaire l’emporte. Des obsèques nationales sont décrétées. Le 1er juin      , deux millions de personnes suivent le cercueil de ce grand républicain, de l’Arc de Triomphe au Panthéon ou ses cendres sont déposées.

ELLE AVAIT PRIS CE PLI…..

Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin

De venir dans ma chambre un peu chaque matin

Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère,

Elle entrait et disait  » bonjour mon petit père »,

Prenait ma plume, ouvrait mes livres, et s’asseyait

Sur mon lit, dérangeait mes papiers et riait,

Puis soudain s’en allait, comme un oiseau qui passe.

Alors je reprenais, la tête un peu moins lasse,

Mon oeuvre interrompu, et tout en écrivant,

Parmi mes manuscrits, je rencontrais souvent

Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,

Et mainte feuille blanche entre ses mains froissées,

Ou je ne sais comment, venaient mes plus doux vers,

Et c’etait un esprit avant d’être une femme

Son esprit reflétait la clarté de son âme,

Elle me consultait sur tout,à tout moments

Oh! que de soirs d’hiver radieux et charmants,

Passés à raisonner langue,histoire et grammaire.

Mes quatre enfants groupés sur mes genoux, leur mère

Tout près, quelques amis causant au coin du feu!

J’appelais cette vie être content de peu!

Et dire qu’elle est morte! Hélas! que Dieu m’assiste!

Je n’étais jamais gai quand je la sentais triste,

J’étais morne au milieu du bal le plus joyeux,

Si j’avais, en partant, vu quelque ombre en ses yeux

VICTOR HUGO

Publié dans LITTERATURE | 1 Commentaire »

123456
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...