NICOLAS VANIER

Posté par sylvie le 23 novembre 2007

1nicolasvanier1.jpg

Pour tous les amoureux du Grand Nord!!! films à voir et à revoir!! livres à lire et à relire !!!!!je suis une grande fan…..

Nicolas Vanier est passionné pour le grand nord dès l’adolescence, il commence ses expéditions en traversant à pied la Laponie en 1982. En=1983, il s’attaque au grand nord québécois sur les traces des indiens.Montagnais.. Il explore plus avant le nord canadien en traversant la péninsule du Nouveau-Québec-Labrador avec des traîneaux à chiens. Cette exploration fera l’objet d’un premier ouvrage, Grand Nord et d’un documentaire télévisé pour France2.

Il parcourt en.1986 et 1987 les montagnes Rocheuses et l’Alaska, en trois étapes, avec les moyens de locomotion traditionnels de ces régions. Une partie est effectuée àcheval,, partant du wyoming jusqu’à la Colombie Britannique.. Douze chevaux suivent l’expédition, cinq servent de monture à l’équipe, composée de quatre hommes et une femme, les sept autres portent l’équipement. Cette première partie du voyage, faute d’expérience en matière de bât, fut pour grande partie effectuée à pied. La deuxième étape s’effectue sur l’eau, avec la descente du Yukon en radeau de sapin et le passage des lacs et rivières en canoe,. La troisième étape jusqu’au Detroit de Bering  s’effectue avec des attelages de chiens de traîneau.

En1990 et 1991, il entreprend la traversée de la Siberie,, partant de Mongolie pour rejoindre

l’ocean Arctique,, pour une expédition de 7 000 kilomètres. Soucieuse d’adopter les moyens de déplacement locaux, plus adaptés à ces voyages de l’extrême, son équipe utilise le cheval, le poney, le traîneau à chiens, les rennes et les canoës pour se déplacer.

 

 3.jpg

 

 

 

En 1993, il retourne en Sibérie, où il partage le quotidien d’une famille d’éleveurs nomades ..De1994 . a 1995, il entreprend avec sa femme et sa fille alors âgée d’un an et demi, un voyage d’un an à travers les Rocheuses et le Yukon jusqu’en Alaska. Ils commencent leur périple à cheval, passent l’hiver dans une cabane de bois qu’ils construisent eux-mêmes et finissent leur périple en traîneaux à chiens.

Tout au long de ses périples, Nicolas Vanier a développé pour les chiens de traineau une passion et une expérience qu’il met à l’épreuve en.1996 en participant à la .yucon Quest,, course de 1 600 kilomètres à travers le grand nord canadien et l’Alaska, réputée pour être la plus difficile au monde.

Pendant les années qui suivent, il se prépare à l’Odyssée blanche, un voyage de 8 600 kilomètres qu’il effectue en.1999 avec son équipe en traîneau à chiens. Il part de Skagway en .Alaska pour arriver jusqu’à Quebec moins de 100 jours plus tard. Il rencontre lors de ce voyage .Norman Winthers, qui jouera plus tard dans son film le Dernier Trappeur.

Il participe en2000à la mise en place de l’association Les Fauteuils glissants, qui a pour objet de rendre accessible aux personnes handicapées moteur la pratique de la randonnée en traîneaux à chiens dans le monde. En.2002 ET 2003, il participe à plusieurs course en traîneau à chiens, dont à nouveau la Yukon Quest.

En .2005 il lance dans les .Alpes , sur le domaine skiable des Portes du Soleil et de la Haute-Maurienne-Vanoise, la Grande odyssée, une course de chiens de traîneau, première de cette envergure en Europe. La deuxième édition aura lieu en janvier 2006.

Nicolas Vanier prépare pour l’hiver 2005/2006 l’Odyssée sibérienne, un périple de 8 000 km et de 4 mois à travers la Sibérie qu’il effectuera à raison de 80 kilomètres par jour avec un attelage de dix chiens,d’Irksouk  à Moscou. Le départ est prévu le 1er décembre 2005 sur les bords dulac Baikal

Nicolas Vanier a aussi, avec son coéquipier Alain Brenichot, créé au Québec, à 60 kilomètres du lac Saint-Jean, le Camp des écorces, camp de base qui propose des aventures dans le Grand Nord.

Le 2 décembre 2005,Nicolas Vanier et ses dix chiens quittent les rives du mythique lac Baikall et s’élancent vers l’est sur une piste enneigée. A travers toute la Siberie Ce sont 8.000 kilomètres de montagnes, de taïga et de toundra, de routes de neige et de rivières gelées qui les attendent jusqu’à la très symbolique place .Rouge de Moscou. Pour lui, cette expédition est comme un retour aux sources, à son .premier grand voyage en Siberie,, où un trappeur lui offrit un tout jeune chien de traîneau,Otchum,, qui devait devenir le père et le grand-père de tous ses attelages successifs… Mais L’Odyssee Siberienne’ est aussi une façon de porter un message vers le grand public. Depuis vingt-cinq ans, Nicolas Vanier est le témoin direct de la dégradation du Grand Nord : ‘Je sais combien la situation est grave et combien éphémère est cette vie, partout menacée. Je ne voyage plus pour mon simple plaisir et celui de le faire partager aux autres, mais avec la volonté de montrer l’importance d’agir pour que les générations futures puissent voir des ours polaires autrement que dans un livre, sous la rubrique animaux disparus.’ Une prise de conscience autour de la fragilité de notre planète, qui rend d’autant plus précieux les sublimes paysages .

Publié dans NATURE | Pas de Commentaire »

L’OURS BLANC

Posté par sylvie le 6 novembre 2007

3022987471laplaneteblanche.jpg

L’ours blanc ou ours polaire est un grand mammifère originaire des régions arctiques. C’est d’ailleurs le plus grand des carnivores terrestres et figure au sommet de sa pyramide alimentaire.

Parfaitement adapté à son habitat, il possède une épaisse couche de graisse ainsi qu’une fourrure qui l’isolent du froid, la couleur blanche  de son pelage lui assure un  camouflage idéal  sur la banquise et sa peau noire lui permet de mieux conserver sa chaleur corporelle. Pourvu d’une courte queue et de petites oreilles, l’ours possède une relativement petite tête fuselée et un corps long adaptés à la natation.

L’ours polaire est un mammifère marin semi aquatique, dont la survie dépend essentiellement de la banquise et de la productivité marine. Il chasse aussi bien sur terre que dans l’eau.

L’ours polaire est, avec l’ours kodiac, le plus grand carnivore terrestre vivant. Il est deux fois plus grand qu’un tigre de Siberie et pèse deux fois plus lourd qu’un lion. Les mâles adultes poussent environ 400 et600 kgs  et peuvent parfois atteindre les 800 kgs  pour une taille de 2, 4  à 3 mètres. A la naissance, les oursons ne pèsent seulement qu’entre 600  grammes, le record de poids pour un ours blanc est actuellement de 1100 kg. Les ours  blancs ont des prises de poids assez spectaculaires.  Leur poids ne les empêchent pas d’être véloce sur la terre ferre, ils peuvent sans problème dépasser un homme en course. Les ours blancs sont d’excellents nageurs grâce à leur couche de graisse. Ils peuvent être vus en pleine mer à des centaines de mesures de toute terre. Ils nagent en utilisant leurs pattes avant pour se propulser et leurs pattes arrières comme gouvernail.

PEAU ET FOURRURE:

L’ours blanc est immédiatement reconnaissable à sa fourrure blanche. A la différence d’autres mammifères arctiques tels que le renard arctique, il ne change jamais ce pelage pour une une couleur plus foncée en été. Les ours blancs renouvellent leur fourrure de mai à tout;ces ours sont extrêmement bien isolez point qu’ils attrapent  chaud à des températures supérieures 10° C. De ce fait, ils se prélassent parfois sur la glace pour se refroidir, et sur terre, ils peuvent creuser à la recherche de la couche de permafrost plus froide sous le sol.

REPARTITION GEOGRAPHIQUE ET HABITAT

L’ours polaire est une espèce vivant au niveau du pôle nord , au bord de location Arctique,dont l’habitat se limite quasiment à la banquise. Le point le plus méridional de leur habitat se situe dans la baie JAMES au Canada. 

MODE DE VIE

Les ours blancs sont des animaux solitaires. Dans la famille des ours, l’ours blanc est le membre au régime le plus carnivore, puisqu’il se nourrit principalement de phoques.  En tant que prédateur carnivore, consommateur de poissons, l’ours blanc linge de grandes quantités de vitamine A qui sont stockées dans son foie .

REPRODUCTION :

Les femelles ont des petits( un ou deux en général) tous les trois ans. Ils viennent au monde pendant que la mère s’est retranchée dans sa tanière pour hiverner: ils ne la réveillent pas, se contentant de se nourrir du riche lait maternel en testant pendant plusieurs semaines. La mère ne les emmène hors de la tanière que lorsqu’ils sont âgés de trois à quatre mois : c’est à ce moment seulement qu’ils découvrent le monde qui les entoure. Les jeunes restent longtemps auprès de leur mère. C’est elle qui fait toute leur éducation: chasse, choix d’une tanière…. Ils ne se séparent définitivement de la mère qu’à image de trois ans.

MENACES

L’ours blanc fait partie de la liste rouge des espèces menacées. Auparavant classé dans la catégorie  » risque faible), l’ours blanc est déformé classé dans la catégorie  » vulnérable »On estime que l’espèce pourrait disparaître d’ici un siècle à cause d’une réduction de la superficie et de la qualité de son habitat.

L’habitat des ours est naturellement limité par l’étendue de la banquise et des plaques de glace dérivant es dont ils se servent comme plate forme pour la chasse aux phoques. La survie de l’ours polaire est donc menacée par le réchauffement climatique qui restreint leur habitat en faisant fondre la banquise. Les premiers signes d’un déclin ont déjà été observés dans les zones les plus méridionales  de leur habitat.Les découvertes d’ours blancs noyés, de cannibalisme, le nombre en augmentation d’ours  » à problèmes »  sont rapportés de plusieurs régions à la portée des ours. Ces observations sont cohérentes avec les changements prédits causés par le réchauffement  du climat.

autresanimauxautresmammiferessaintfeliciencanada5796777607168057.jpg

Publié dans NATURE | 8 Commentaires »

1...34567
 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...