LE JAZZ ET LE BLUES

LE JAZZ ET LE BLUES

LES MUSIQUES AFRO AMERICAINES DU XXe SIECLE

Le jazz et le blues ont une origine commune : l’arrivée des esclaves noirs sur les cotes de Virginie, au début du XXe siècle.

Pour tout bagage, les esclaves noirs apportent leur culture orale qui associe musique, chant et danse et quelques instruments: tambour, bafafon, (xylophone africain) et banjar.

Les proprietaires de plantations ont coutume de dire : un Noir qui chante est un bon Noir » cela donne du coeur à l’ouvrage et les esclaves sont plus productifs. Mais ils leur interdisent toute réference à leur culture d’origine à une pratique culturelle autre que celle de leurs  » maitres ». Contraints d’utiliser une langue qui ne leur appartient pas les esclaves s’approprient le violib et les genres musicaux des colons européens , ils y ajoutents leurs banjos et leurs percussions. Mais outre le folkore ,le chant religieux exerce une influence déterminante:

C’est la naissance : des worksongs, mélopées rythmant leurs travaux

- des negro spirtuals chantés dans les temples protestants qui representent les seuls lieux de rencontre des communautés noires et ou celles ci bénéficient d’une liberté de parole au cours des offices.

LA NAISSANCE DU BLUES

De ces apports multiples émerge peu à peu le blues entre 1865 et 1870 à l’époque de l’abolition de l’esclavage, après la guerre de Secession.

Libres de voyager, les Noirs quittent le Sud pour les grandes cités, à la recherche d’un emploi. Ce faisant , ils ont acces à divers instruments tels que guitare, harmonica, piano avec lesquels ils mettent en musique leur quotidien de  » Negre » . Le blues est né.

Avant d’essaimer sur l’ensemble du territoire nord americain, le blues est implanté dans les regions de peuplement afro-americain, le Sud rural des USA , en particulier le delta du Mississipi . Un grand nombre de figures emblèmatiques sont originaires de cette région, comme les pionniers Charley Patton, ou Big Joe Williams. Son house, spécialiste du Botteneck, accessoire cylindrique passé autour du doigt qui plaque les cordes sur le manche pour obtenir des glissandos, Skip James, Bukka White, Robert Johnson ,devenu une légende.

Au début du siècle, le blues se développe dans d’autres parties du Sud des USA ou il prend des formes spécifiques. Ainsi, en Luisiane l’accordeoniste Clitton Chenier lui donne desdes accents de la culture cajun, heritée des colons français. Le texas fournit un important contingent d’excellents musiciens : Blind Lemon Jefferson, T-Bone Walker.

Apres la seconde guerre Mondiale, Chicago devient la capitale du Blues avec des interpretes comme Muddy Waters, Willie Dixon, Otis Span…..

D’autres articles seront consacres à ce theme

2 Réponses à “LE JAZZ ET LE BLUES”

  1. mariobergeron dit :

    Ce texte laisse supposer que Clifton Chenier était un musicien du début du 20e siècle… Il n’en est rien. Ce musicien, qui débuta sa carrière vers 1955, ne faisait que jouer une musique qui existait depuis longtemps et dont on trouve des traces, sur disque, dès la décennie 1920.

  2. yannickguillo dit :

    C’est un bon début j’attends la suite…

Laisser un commentaire

 

Les chroniques de Wenceslas... |
Aşk Desem Az Gelir |
Quelques textes des étudian... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les écrits de Shok Nar
| kantinof
| quelques mots parmi tant d'...